NeuroLogie

Un Cas Etonnant d'Hydrocéphalie

Voici une image, provenant du Lancet*, qu'un collègue m'a transmis. Il s'agit d'un cas d'hydrocéphalie non-communicante assez étonnant vu les dimensions qu'ont prises les ventricules, vu l'extrême minceur du manteau cortical et vu... que l'individu en question - un homme marié de 44 ans - vit une vie de fonctionnaire tout à fait normale (si ce n'est avec un QI légèrement abaissé) et qu'il s'est présenté chez son médecin en se plaignant d'une LEGERE parésie de la jambe gauche!!!

Brain of a white-collar worker, Page 262,

pp. 193-290 (21 July 2007-27 July 2007), The Lancet

N.B. Les plus adroits auront remarqué que le plan de coupe - axial - entre les deux images que je vous propose n'est pas le même. Mais remarquez également que, de toute façon, au niveau du plan de coupe de l'image A du Lancet (qui se trouve plus dorsalement que le plan de coupe de l'image que je vous propose à droite) on ne devrait même pas en temps normal rencontrer des ventricules!

Bonne lecture!

ventricules

Un Crayon dans le Crâne

Vous avez peut-être déjà vu cette image. L'objet que vous voyez coincé dans ce crâne est un crayon de 8 cm!! Il s'agit d'une femme de 59 ans, qui, alors qu'elle était une enfant de quatre ans, est tombé sur un crayon, qui lui a transpercé la joue et a pénétré son crâne. Elle a vécu de cette manière pendant 55 ans et a continuellement souffert de céphalées et d'épistaxis (autant utiliser les termes médicaux!;-)), jusqu'à ce qu'on lui retire le crayon de la tête. Le chirurgien qui l'a opérée s'attend même à ce que sa patiente récupère le sens de l'odorat.

A bientôt!

crayon

Le Cas de Phineas Gage

L'image du précédent article (i.e. "Un Crayon dans le Crâne") ne va pas sans rappeler le curieux sort de Phineas Gage ainsi que l'accident qui a été si déterminant dans sa vie. Tous ceux qui sont passés par l'unité "Perceptions, Emotions et Comportement" se souviendront sans doute de cet homme, qui a vécu au milieu du XIXe siècle et qui travaillait en tant que contremaître sur un chantier de chemin de fer au Vermont. Une de ses activités consistait à remplir des trous avec de la poudre à canon, d'y rajouter ensuite un détonateur, et puis de tamponner le trou avec du sable à l'aide d'une barre métallique.

Voici une reconstitution, faite par Damasio, du crâne en question.

On remarque l'entrée de la barre sous la pommette de la joue gauche, et son passage à travers le lobe frontal gauche, ou même à travers les deux lobes frontaux: en effet, il existe aujourd'hui un désaccord au sujet du passage de la barre funeste, Damasio penchant plutôt pour l'option à deux lobes.

Une fois le malade rétabli, son entourage remarqua qu'"il n'était plus Gage". Alors qu'il avait été, avant son accident, travailleur, responsable, respecté et apprécié de ses pairs, il fut comparé, après le 13 septembre 1848, à un enfant aux passions sauvages d'un homme fort. Voici des propos tirés du rapport de son médecin, Dr. J. M. Harlow:

Le cas de Phineas Gage est d'autant plus intéressant qu'il a été un des premiers à démontrer le lien extrêmement étroit entre les lobes frontaux, certains aspects de la personnalité et une interaction sociale appropriée. Jusque là, on niait que les lobes frontaux pussent jouer ces rôles.

phineas

Un cas de méningiome pour le moins surprenant...

Le Jeudi 19 Juillet dernier j'ai assisté à une intervention neurochirurgicale fort intéressante. La patiente, une femme née en 1953 ne présentait pas d'antécédents neurologiques pertinents; elle avait pourtant passé un IRM en Août 2005. L'imagerie, à l'époque, s'était révélée sans particularités.

Depuis quelques semaines, cette patiente se plaignait de légères paresthésies faciales à droite. Pour être le plus efficace possible, le neurologue décide alors de faire un IRM en pondération T2. Il constate alors la présence d'un méningiome d'environ 5 cm de diamètre situé entre les lobes temporal et frontal à droite. La tumeur comprime ces deux lobes; le lobe frontal est poussé médialement et le lobe temporalé médio-postérieurement.

Après ouverture du crâne, les méninges ont été ouvertes; le cerveau est alors apparu, on pouvait alors apercevoir l'organe pulsant sous l'influence de la tension artérielle élevée de la patiente.

Structures vasculaires

Artère cérébrale antérieure

Tractus olfacitf

Chiasma optique

Votre esprit averti aura certainement remarqué que le trajet du V n'est pas réellement situé à l'endroit de la tumeur et que la probabilité d'une lésion chirurgicale de ce nerf crânien est très faible (le nerf V ne fait pas partie des structures qui gênent l'intervention).

On pourrait penser que le trijumeau était directement comprimé par la tumeur. Or, ce n'était absolument pas le cas. Le SNC a un potentiel de compensation extraordinaire; ainsi, notre patiente ne présentait aucun déficit majeur. On peut s'expliquer la paresthésie par la compression, par le lobe temporal (lui même poussé en bas et en arrière par la tumeur) de la racine du V (ce qui expliquerait la paresthésie de toute l'hémiface droite.

Le chirurgien a cousu les méninges, fermé le crâne (à l'aide de vis chirurgicales) et recousu le scalp (qui, précisons-le, n'a pas été rasé, question de féminité pour la patiente!)

Pour des images explicatives, http://www.neuro-chirurgie.org

top