Actualités

Félicitations à Monica Didier Bulla pour sa brillante défense de thèse!

Mardi passé, le 17 avril 2018, Monica Didier Bulla a défendu avec succès sa thèse de doctorat portant le titre de “Biophysical properties of the ORAI1 channel in the context of tubular aggregate myopathy”. Son doctorat a été récompensé avec la mention "Très bien" et elle a reçu la plus haute note (6.0) pour son programme MD-PhD.  

Monica a commencé ses études centrées sur le canal calcique Orai1 dans le laboratoire du Prof. Nicolas Demaurex en novembre 2013, après avoir obtenu son diplôme de médecine. Le travail de Monica est focalisé sur la caractérisation détaillée de 3 nouvelles mutations activatrices de Orai1, G98S, V107M et T184M, associées à la maladie génétique musculaire appelée la myopathie à agrégats tubulaires (MAT ou TAM). Dans sa publication dans le journal Human Mutation effectuée en collaboration avec le groupe du Prof. Jocelyn Laporte (Université de Strasbourg), Monica a montré que l'entrée du calcium médiée par Orai1 était augmentée dans le cas des 3 mutations, mais à des degrés différents. L'activité augmentée de ces canaux mutés corrèle avec la sévérité de la maladie, ce qui n’avait jusque-là pas encore été mis en évidence par les instruments diagnostiques actuels. Dans une étude suivante, actuellement en révision, Monica a caractérisé les propriétés de ces canaux mutantés de manière plus approfondie, et a étudié l’impact de ces mutations sur les phénomènes de régulation par des facteurs de stress physiologique comme les changements de pH ou la présence d'oxydants. Par ailleurs, elle a aussi étudié la possibilité que ces canaux mutantés soitent bloqués par l’inhibiteur de Orai1 GSK7975, un médicament impliqué à l’heure actuelle dans des essais cliniques, et qui pourrait potentiellement offrir une approche thérapeutique pour le traitement de la TAM. 

Le fait que la dérégulation de Orai1 soit associée à de nombreuses maladies immunes et au cancer suscite un grand intérêt dans l’étude du fonctionnement de ce canal dans des conditions normales, de stress ou dans la maladie. Le travail de Monica offre une nouvelle compréhension de ce canal important ainsi que des maladies qui y sont associées. En plus de son travail concernant ces mutations TAM, Monica a aussi contribué à une seconde étude publiée dans le Journal of Cell Science examinant une nouvelle isoforme du régulateur de Orai1 STIM1, l’isoforme STIM1L, hautement exprimée dans le muscle. 

Monica a obtenu la prestigieuse bourse du Fonds National Suisse de la recherche scientifique pour le programme MD-PhD, et elle a été le lauréate de plusieurs prix: notamment du prix de la meilleure présentation à la retraite des étudiants PHYM en 2015, ainsi que du prix 2016 de jeune chercheur  de la Société Physiologique Suisse . Monica s'est également engagée dans plusieurs activités d'enseignement au cours de la dernière année et planifie de continuer sa carrière dans l'éducation des sciences biomédicales. 

 Nous lui souhaitons, ainsi qu'à ses futurs étudiants, tout le meilleur pour la suite ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par: P. Nunes-Hasler and S. Ljubicic

26 avril 2018
  Actualités