Actualités

Ecrire une revue pendant le confinement

Les jonctions neuromusculaires assurent la transmission d'un signal des moto-neurones aux fibres musculaires, provoquant la contraction du muscle. Elles sont le siège de nombreuses maladies graves et ont fait l'objet d'un  effort de recherche conséquent. Si le stress neuronal a longtemps été considérée comme l'événement pathologique affectant le muscle, l'idée est apparue au cours de la dernière décennie qu'un dysfonctionnement du muscle pourrait être responsable de la dégénérescence du neurone.

 

Une question clé à élucider

L'importance de ce changement de paradigme a poussé la Prof. Perrine Castets à étudier les interactions entre les muscles et les nerfs. Son article dans Nature Communications écrit dans le cadre de son poste Ambizione au Biozentrum à Basel a été le point de départ de sa recherche sur l'influence des fibres musculaires sur le maintien des jonctions neuromusculaires. Cela l'a convaincue de l'importance de la voie TOR (Target of Rapamycin), une voie essentielle pour le métabolisme musculaire, et en particulier la régulation des interactions neurone / muscle.

 

Les bénéfices du confinement

Lorsque le confinement est arrivé au printemps dernier, la Professeure Perrine Castets essayait de débloquer du temps pour écrire une revue sur la voie TOR et les jonctions neuromusculaires. Cette situation inattendue lui a permis de donner naissance à cette revue et de répondre à une question importante : la voie TOR pourrait-elle être plus qu'un acteur métabolique dans le fonctionnement des jonctions neuromusculaires ?

 

Envie de découvrir la réponse?

Téléchargez sa revue publiée dans Frontiers in Molecular Neuroscience et découvrez comment la voie TOR peut influencer le maintien, et alternativement la déstabilisation, de la connexion neurone/muscle, dans des conditions saines et pathologiques.

 

27 octobre 2020
  Actualités