Actualités

Félicitations à Sophie Saüc pour sa brillante thèse de défense!

Sophie-1.jpgMardi, 31 octobre 2017 Sophie Saüc du laboratoire de la Dre. Maud Frieden, en co-supervision avec Prof. Nicolas Demaurex et Prof. Laurent Bernheim, a soutenu avec succès sa thèse intitulée "Caractérisation du Trafic et Propriétés Fonctionnelles de l’isoforme longue de STIM1", qui a été récompensé par les plus hautes distinctions, la mention « très bien ».

Sophie a commencé son doctorat en 2012, et s'est lancée dans la caractérisation détaillée d'une nouvelle isoforme de la molécule régulatrice de signalisation calcique STIM1. Cette molécule, qui réside dans le réticulum endoplasmique (RE) et est appelée STIM1-Long (STIM1L), a été identifiée récemment dans le laboratoire du Prof. Bernheim. Sophie a comparé les propriétés de cette nouvelle isoforme, plus spécifiquement exprimée dans le muscle, à celle de l'isoforme classique de STIM1 et a trouvé que STIM1L pouvait induire une entrée de calcium plus importante que STIM1, sans remodeler l'RE, contrairement à l'isoforme classique. Ces études ont été publiées dans le Journal of Cell Science. Les études de Sophie ont également inclus la caractérisation de la localisation de STIM1L dans les muscles humains avec un anticorps spécifique STIM1L nouvellement développé. La signalisation du calcium est fondamentale pour permettre aux cellules musculaires de se contracter, et des mutations dans STIM1 ou dans son canal calcique partenaire Orai conduisent à des défauts musculaires. Le travail de Sophie peut donc non seulement nous aider à comprendre le rôle de cette nouvelle isoforme dans l'homéostasie du calcium musculaire, mais aussi à mieux comprendre les maladies où la signalisation du calcium musculaire est anormale.

En plus de sa publication en premier auteur, Sophie a écrit une chapitre sur le rôle des canaux calciques TRPC dans les troubles neurologiques et moteurs, et elle a aidé à la préparation d'un vidéo-protocole JoVE décrivant comment préparer et mesurer la signalisation calcique dans les cellules musculaires humaines. Elle a également participé à une collaboration de recherche, menant, en tout, à 3 publications supplémentaires.

On souhaite à Sophie tout le meilleur dans ses futurs projets!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par: P. Nunes-Hasler

8 novembre 2017
  Actualités