[688] La schizophrénie

Étude des troubles mentaux sévères, dans leurs aspects psychosociaux. But: amélioration des connaissances sur ces domaines, afin d’enrichir très directement la pratique clinique.

Les rapports entre spiritualité, religion et psychiatrie ont été au cœur de notre activité, en collaboration avec la Faculté de psychologie de l'UNIGE (Prof. Ch. Gillièron) et la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Lausanne (Prof. P.-Y Brandt). Ce travail a bénéficié d’un soutien par le Fond National Suisse, à Genève (suivi de cohorte, étude de l’effet d’une intervention) et au Québec (Prof. C. Leclerc), de même qu’aux Etats-Unis dans le cadre d’une collaboration avec le Duke University Medical Center (Prof. H.G. Koenig). L’équipe américaine a reproduit notre recherche avec des patients souffrant de psychose chronique et, par le biais d’une collaboration, a effectué une étude similaire en Tanzanie (Tanzania Schizophrenia Project: Spirituality and Coping Among Psychiatric Outpatients at Kilimanjaro Christian Medical Center).

Un second subside du FNS a supporté un volet de notre recherche consacré à l’image de Dieu en lien avec l’attachement de patients souffrant de psychose, en comparaison avec des sujets contrôles.

Actuellement, nos travaux approfondissent la question du «sens de la vie», dans sa dimension religieuse et existentielle. Après quelques travaux théoriques sur le sujet, une recherche a été récemment effectuée en collaboration avec le Prof. Ph. Courtet et le Dr. S. Guillaume (Inserm, U1061, Université Montpellier, Montpellier, France). Les résultats de ces travaux sont en cours de publication.

Projet: étude prospective portant sur le sens de la vie et l’identité narrative. Cette recherche prolonge certains aspects de nos études sur la spiritualité. Elle vise à établir quels sont les déterminants du sens de la vie chez des patients souffrant de troubles psychotiques, dans une perspective multiculturelle. Nous étudierons aussi les mécanismes adaptatifs (meaning making coping) utilisés par les patients pour faire face à l’irruption de la maladie. Le but est de mieux comprendre les chemins de rétablissement (recovery) de ces patients, afin de mieux les accompagner dans ce processus.

D’autres travaux de recherche d’orientation psychosociale sont/ont été menés par rapport à l’adhésion au traitement, à la gestion des finances par les patients et au développement et à l’évaluation d’interventions groupales dont le jeu «Michael's game» créé par le Dr. Yasser Khazaal. Ce dernier projet a été soutenu par le FNS.

Une évaluation de l’effet de l’équipe mobile de psychiatrie adulte a été financée par un sponsor privé. Elle porte sur l’efficacité de ce programme sur des paramètres cliniques, sur le taux de réhospitalisations et sur le stress des familles des patients. Les patients et les familles inclus dans cette étude vont être revus en 2016-2017 afin d’évaluer leur évolution et l’impact à long terme du suivi mobile. Ces résultats nous permettrons de mieux cibler ces interventions mobiles intensives.

Collaboration avec l’Institut de médecine sociale et préventive (Prof. Jean-François Etter, PhD), pour des recherches sur les techniques d’arrêt de fumer.

Recherche "Clinical, genetic and epigenetic predictors of treatment response in Borderline Personality Disorder", en collaboration avec le Dr Nader Perroud, impliquant un volet génétique et clinique. En particulier, nous étudions l’efficacité du programme sur le devenir des patients, en tentant de cerner le rôle spécifique de ses différentes composantes.

Publications du groupe

top