ACTUALITÉS

Méditation anti stress

2019.01.24_Flyer-A4.jpg

 

La méditation en guise d’intervention précoce pour atténuer la réactivité au stress et à l’anxiété ? L’étude Mindfulteen investit la question par imagerie cérébrale.

La méditation en pleine con­science est une technique issue de la médecine orientale qui consiste à s’entrainer à être dans le moment présent et dans l’acceptation plutôt que dans le jugement. Reprise et adaptée par la médecine occidentale dans les années 70, elle a d’abord été utilisée pour le traitement des douleurs chroniques, puis a montré ses bienfaits contre l’anxiété chez l’adulte. Les chercheurs de Synapsy s’intéressent à cette approche pour améliorer la gestion du stress par les jeunes adolescents. L’adolescence est une période du développement cérébral particulièrement intéressante, car à ce stade du développement la mauvaise gestion du stress est considérée comme un facteur de vulnérabilité pour le développement de maladies psychiatriques. Intervenir précocement en ciblant les jeunes adolescents qui expriment des niveaux sous-cliniques d’anxiété, pourrait prévenir l’apparition d’anxiété, de dépression ou de troubles psychotiques.

Le but de l’étude est de mesurer l’effet de la méditation en pleine conscience sur la réactivité au stress et l’anxiété tout en analysant les circuits de neurones impliqués. Elle est soutenue par Synapsy et la Fondation Leenards, et menée par Camille Piguet et Arnaud Merglen pour l’Université de Genève et les HUG, ainsi que Paul Klauser pour l’Université de Lausanne et le CHUV. L’étude débutée en février 2019 a suivi avec succès trois groupes de 8 à 10 participants. Les chercheurs visent 120 enfants de 13 à 15 ans pour obtenir des résultats significatifs, avis aux intéressés (www.mindfulteen.ch).

L’approche intéresse beaucoup le groupe de travail sur les psychoses précoces (WP#2), une collaboration sur la réactivité au stress est d’ailleurs en cours. « Les enfants de mères PTSD de la cohorte de Daniel Schechter ont déjà des symptômes déclarés de pathologies liées au stress, ils sont donc le pendant clinique de la cohorte Mindfulteen. En réalisant des mesures identiques, les résultats seront comparables et utiles aux deux études », précise Camille Piguet. Mindfulteen est également étroitement liée aux aspects fondamentaux du WP#2 de Synapsy. « Les interactions entre l’inflammation et le stress oxydatif sont importantes dans le développement des troubles psychiatriques. Nous cherchons à savoir si l’approche de méditation pourrait avoir un effet sur ces interactions », précise Paul Klauser (voir l’article sur Zoé Shilliger). ●

 

10 mars 2020
  ACTUALITÉS