News

VOTAMATIC : un système de sondage pour appareils mobiles

Quart d'heure technologique du 8 novembre 2011

Partant du constat que, d’un côté, la logistique nécessaire au déploiement du système de vote actuel par boîtier électronique est rédhibitoire et que, de l’autre côté, les étudiants sont de plus en plus équipés d’appareils mobiles capables de se connecter à Internet et que nos auditoires permettent une connexion sans fil, nous avons proposé à des étudiants en informatique de l’université de Genève le développement de VOTAMATIC, un système de sondage basé sur le web et adapté aux smartphones.

Description

VOTAMATIC est accessible à tous les enseignants de l’université et des HUG à http://votamatic.unige.ch

Une aide détaillée est fournie sur le site ci-dessus. En bref, un vote ou sondage consiste au minimum d’un titre et d’une question composée au minimum d’un choix de réponse. Trois types de questions sont disponibles :

  • Réponses multiples : une ou plusieurs cases à cocher
  • Réponse unique: une seule réponse possible
  • K': répondre obligatoirement par « vrai » ou « faux » à chacune des réponses
Capture d'écran de votamatic
En général, le ou les sondages seront préparés à l’avance, mais le système est suffisamment simple pour que l’enseignant puisse créer en direct un sondage. Une fois le sondage enregistré, l’enseignant peut le rendre publique en pressant le bouton « Evaluer ». L’étudiant se connecte avec son appareil sur le site ci-dessus, s’identifie avec son login institutionnel (toutefois, le vote est garanti anonyme), recherche et clique le nom de l’enseignant dans la liste proposée. Suivant les paramètres choisis, l’enseignant peut donner entre 30 secondes et 2 minutes pour répondre au sondage ou décider de le clore manuellement. Une fois le sondage clos, le résultat du sondage apparaît sur les écrans de chacun des participants sous la forme d’un histogramme (cf illustration ci-contre).

Usages

Bien que très simple d’usage, les systèmes de vote peuvent être utilisés pour des objectifs très différents dont les limites sont celles de l’imagination de l’enseignant.

Voici quelques exemples d’usages tirés de l’article de Jane E. Caldwell :

  • Améliorer l’interactivité par des questions qui :
    • Initient ou focalisent une discussion
    • Demandent une interaction entre des (groupes d’) élèves
    • Récoltent un vote après débat
  • Vérifier la préparation des étudiants par des questions sur des lectures ou devoir
  • Permettre à l’enseignant de « sentir » son audience par des questions :
    • Sur la vitesse, le style, la structure ou le niveau de détail du cours
    • Sur les connaissances préalables des étudiants
    • Sur la compréhension du cours
  • Permettre aux étudiants:
    • De tester leur niveau de connaissance
    • De se préparer à un examen
    • D'avoir des questions de réflexion pour le cours suivant
    • D'avoir des questions de synthèse à la fin du cours

11 janvier 2012
  News