2016

Frankenstein ou la vampirisation du récit gothique

Contenu par défaut

1816 / 2016 - A l’occasion du bicentenaire de l’écriture de Frankenstein, se tiendra du jeudi 8 au samedi 10 décembre 2016 à l’Université de Genève le colloque international «  Frankenstein, le démiurge des lumières » (Faculté des Lettres, Département d’histoire générale, Unité d’histoire moderne).

Ce mythe de la modernité littéraire sera abordé dans sa genèse, ses figures, ses lieux, ses thématiques, ses avatars et ses objets imaginaires spécifiques. Il est notamment accompagné d’une rétrospective cinématographique (Activités culturelles de l’UNIGE: It’s alive) et d’une exposition sur les déclinaisons esthétiques de l’œuvre (Musée Rath).

Ce colloque ouvert à la cité invite une trentaine de spécialistes qui évoqueront les aspects littéraires, scientifiques et culturels de l’œuvre de Mary Shelley.

Colloque international de l’UNIGE «  Frankenstein, le démiurge des lumières »

Alain Morvan, professeur émérite, Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris 3), en assure l’ouverture, mercredi soir 7 décembre à 18h30 à Uni Dufour avec sa conférence intitulée

"Frankenstein et la vampirisation du récit gothique"

"Le récit vampirique énonce un discours très codé, canonique, parfois presque liturgique. Nombre de ses attributs – effet de dédoublement, victimisation anthropophagique, vampirisation du libre-arbitre, vision en oxymore liée au nosferatu, poétique de la monstruosité, archétype du savant fou devenant chasseur de vampires, dialectique réversible du poursuivi et du poursuivant – puisent leur substance dans l’écriture de Frankenstein. Le roman de Mary Shelley apparaît ainsi comme le chaînon nécessaire entre les débuts de la littérature gothique et la floraison de récits exaltant la hideuse séduction du buveur de sang". Alain Morvan.

8 novembre 2016
  2016