Leçon d'ouverture

Leçon d'ouverture du semestre de printemps


Afin de répondre à des demandes toujours plus exigeantes en cas de meurtres, d’accidents ou de catastrophes naturelles, les experts en médecine légale ne cessent de faire preuve d'ingéniosité, empruntant par exemple des techniques de digitalisation à l'industrie automobile ou aux jeux vidéo. Une des méthodes les plus spectaculaires est sans doute l'angiographie post-mortem imaginée par la professeure Silke Grabherr et développée en Suisse romande. En effet, un problème auquel se heurtent les médecins légistes est qu'il n'est pas possible de visualiser le système vasculaire d'un cadavre car ce dernier n'a pas de pouls. Le sang ne circule plus. Or une grande partie des causes de décès est liée à des ruptures de vaisseaux sanguins. L'angiographie post-mortem permet de contourner ce problème. Grâce à l'injection d'un liquide particulier et d'une pompe externe, cette technique rétablit en effet une circulation vasculaire et permet d’explorer les vaisseaux sanguins d'un mort. Elle a ainsi rendu visible ce qui était invisible jusque-là et révolutionné la médecine légale.

Depuis 2016, Silke Grabherr est à la tête du Centre universitaire romand de médecine légale, qui s’est imposé comme leader mondial dans son domaine. Lors de sa conférence, elle présentera les dernières techniques d’investigation post-mortem et donnera un éclairage nouveau sur une discipline fascinante, à la croisée des chemins entre médecine, justice et criminologie.


VIDÉO DE LA CONFÉRENCE


Quand les morts révèlent leurs secrets
Les nouvelles méthodes d'investigation de la médecine légale

Conférence de Silke Grabherr, directrice du Centre universitaire romand de médecine légale

Jeudi 22 février 2018 | 18h30
Uni Dufour - Rue du Général Dufour 24 - 1204 Genève

Entrée libre