Dies academicus 2019

Michel Mayor et Didier Queloz

320x300_Mayor.jpg

Les professeurs Michel Mayor et Didier Queloz se sont vus décerner le mardi 8 octobre le Prix Nobel de physique 2019 pour leur découverte de la première exoplanète en 1995. Fantastique reconnaissance du travail accompli par ces deux scientifiques, ce Nobel témoigne de la qualité de leur démarche scientifique, de sa rigueur mais aussi d’une créativité et d’une capacité à penser – et chercher – hors des chemins balisés, qui est à la source des plus grandes découvertes.

Le 6 octobre 1995, Michel Mayor, professeur à l’Observatoire astronomique de la Faculté des sciences et Didier Queloz, son doctorant à l’époque, révolutionnaient le monde de l’astrophysique en annonçant la découverte de la première planète située en-dehors de notre système solaire.320x300_Queloz.jpg

Nommée 51 Pegasi b, cette toute première exoplanète fait l’effet d’une bombe dans le milieu des astrophysiciens. Depuis lors, les recherches n’ont cessé de se développer et l’on recense aujourd’hui plus de 4’000 exoplanètes. Les outils actuels - tels que le satellite CHEOPS ou encore le spectrographe ESPRESSO construit à Genève - ouvrent de nouvelles perspectives. Il s’agit désormais d’analyser de près ces systèmes planétaires, leur origine, leur évolution et leurs caractérisations physiques et chimiques.