Evénements

17 mai - Journée internationale contre les lgbt-phobies

Le 17 mai 1990, l’Organisation Mondiale de la Santé supprimait l’homosexualité de la liste internationale des maladies mentales. Quinze ans plus tard, une première Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie était célébrée dans plus de soixante pays à travers le monde. Cet événement rassembleur est un moment de convergence des actions de prévention et sensibilisation menées contre les LGBT-phobies (Glossaire pour l'acronyme LGBTIQ).

Comme chaque année à cette occasion, l’UNIGE, signataire de la Charte de la diversité en 2018  rappelle ses valeurs fondées sur l’ouverture, la tolérance et le dialogue.

En tant que signataire de la Charte, l’UNIGE valorise «la diversité de pensées, de styles, d’expériences, et favorise une culture basée sur le respect et l’égalité des chances».

Elle s’engage à lutter pour l’égalité de traitement fondée sur le sexe, l’origine nationale et ethnique, l’âge, l’orientation sexuelle et l’identité de genre, l’état civil et la situation familiale, le handicap et la maladie, les convictions religieuses et les opinions politiques et philosophiques.

***

Au vu de la période actuelle, nous ne pouvons pas vous proposer des événements rassembleurs comme la traditionnelle Journée des Stands à Uni Mail, mais nous vous proposons de mettre l’accent sur l’existant (Découvrir notre page web) et de suivre deux événements en ligne.

Édition 2021

CAMPAGNE DIGITALE | 17 mai 2021 | 9h00

Sur le site web égalité, Facebook, Instagram et Twitter

Résultat du concours #UNIUNIE contre les LGBT-phobies et dévoilement de la nouvelle affiche

UNI_21_05_Ecrans_affiche_1080x1920_V2.jpgPour marquer et poursuivre l’engagement de l’UNIGE sur toutes les questions LGBTIQ+, le Service égalité & diversité a souhaité impliquer les associations de l’UNIGE dans la campagne #UNIUNIE contre le harcèlement. À cet effet, un concours a été lancé lors duquel les associations universitaires ont été invitées à soumettre un slogan. C’est celui de l’ADEPSY (Association des étudiant-es en psychologie) qui a été retenu et mis en page par l’agence de publicité LA CAVALCADE. Cette nouvelle affiche intègre officiellement, dès le 17 mai la campagne #UNIUNIE. Elle est la première d’une nouvelle série d’affiches #UNIUNIE liée à la thématique.

 

 

 


1140x350_bandeauWeb_confParini.jpg

E-CONFÉRENCE | 17 mai 2021 | 12h15

En ligne

 «J’ai fait mon temps» (1990–2020) L’émergence des études genre et LGBT à l’UNIGE par Professeure Lorena Parini

Organisation: Centre Maurice Chalumeau en sciences des sexualités - CMCSS

En 2020, le Centre Pompidou dédiait une rétrospective à l’artiste plasticien Christian Boltanski sous le titre «Faire son temps». Cette exposition revenait sur l’importance et la fragilité d’un temps à vivre en lui reconnaissant tout son prix et en contribuant, à travers les traces qu’on laisse derrière soi, à écrire une histoire qui est tout ensemble individuelle et collective.

A l’occasion de son départ à la retraite, Lorena Parini, professeure associée à l’Institut des Etudes genre a choisi de s’inspirer du titre de cette exposition parisienne pour revenir sur son propre parcours dans le cadre d’une leçon d’adieu qui se tiendra sous forme e-conférence. Elle y évoquera «son temps» académique, qui est aussi celui de l’émergence des études genre et LGBT à l’UNIGE; un mouvement auquel elle a activement contribué durant sa carrière en participant à la création, dans les années 2000, de l’Institut des études genre et plus récemment à celle du Centre Maurice Chalumeau en sciences des sexualités.

Lorena Parini a mené ses recherches sur des thèmes liés notamment à l’histoire des idées politiques et aux théories et épistémologies féministes. Depuis plusieurs années, elle travaille sur la construction sociale des «minorités sexuelles» et sur les processus de discrimination dont elles sont l’objet, en particulier dans le contexte professionnel. Elle a été la première à introduire à l’UNIGE des enseignements qui s’inscrivent dans le courant des «gay and lesbian studies», façonnant ainsi durablement «son temps».

 >>> Visionner la conférence

Édition 2019

 

 

ph: Catherine Bulliard

 

  • /rectorat/egalite/files/7315/5989/3467/IMG_0619.JPG
  • /rectorat/egalite/files/2515/5989/3452/IMG_0617.JPG
  • /rectorat/egalite/files/7615/5989/3433/IMG_0555.JPG
  • /rectorat/egalite/files/5715/5989/3412/IMG_0549.JPG
  • /rectorat/egalite/files/9915/5989/3392/IMG_0543.JPG
  • /rectorat/egalite/files/5815/5989/3377/IMG_0520.JPG
  • /rectorat/egalite/files/6015/5989/3363/IMG_0518.JPG
  • /rectorat/egalite/files/6715/5989/3348/IMG_0509.JPG
  • /rectorat/egalite/files/6815/5989/3311/IMG_0833.JPG
  • /rectorat/egalite/files/8815/5989/3247/IMG_0775.JPG
  • /rectorat/egalite/files/9615/5989/3223/IMG_0765.JPG
  • /rectorat/egalite/files/9315/6075/9994/IMG_0824.JPG
  • /rectorat/egalite/files/5815/6075/9979/IMG_0790.JPG
  • /rectorat/egalite/files/7815/6075/9919/IMG_0754.JPG
  • /rectorat/egalite/files/9615/6075/9379/IMG_0638.jpg
  • /rectorat/egalite/files/7615/6075/9391/IMG_0669.JPG
  • /rectorat/egalite/files/7415/6075/9404/IMG_0674.jpg
  • /rectorat/egalite/files/9215/6075/9426/IMG_0721.JPG
  • /rectorat/egalite/files/2315/6075/9445/IMG_0725.jpg
  • /rectorat/egalite/files/4215/6075/9768/IMG_1149.JPG
  • /rectorat/egalite/files/9215/6075/9576/IMG_1129.JPG
  • /rectorat/egalite/files/1915/6075/9619/IMG_1078.JPG
  • /rectorat/egalite/files/4515/6075/9605/IMG_1086.JPG
  • /rectorat/egalite/files/5215/6075/9591/IMG_1101.JPG
  • /rectorat/egalite/files/3715/6075/9788/IMG_1196.JPG

 

>> Flyer

L'année 2019 célèbre le retour de la Pride romande à Genève ainsi que les 50 ans des Emeutes de Stonewall – ces affrontements entre personnes LGBTIQ+* et la police de New York sont considérés comme le moment constitutif du militantisme politique LGBTIQ+ à travers le monde. Dans ce contexte de commémoration, quelle est la place de l’histoire LGBTIQ+ en Suisse ? Quel impact a-t-elle sur la grande Histoire et comment se rend-elle visible ? Comment est-elle traitée par les archivistes, les historien-ne-s, les théoricien-ne-s de la mémoire ainsi que les communautés LGBTIQ+ elles-mêmes ? A quels obstacles et enjeux la « fabrique de l’histoire » se confronte lorsqu’elle s’intéresse aux minorités sexuelles et de genre ?

Cette journée de réflexion souhaite aborder ces différentes problématiques sous des formats variés tels que des ateliers, une flashmob et une table ronde. Ces activités s’adressent autant aux publics universitaire et associatif qu’aux professionnel-le-s des archives ainsi qu’à toute personne intéressée.

*Lesbiennes ; Gays ; Bisexuel-le-s ; Transgenres ; Intersexes ; Queer ; + pour les personnes non comprises dans l’acronyme subissant des discriminations en raison du sexe, de l’orientation sexuelle ou affective et de l’identité ou l’expression de genre.

Programme :

10h00-16h00 :       Stands des associations LGBTIQ+ de Genève, hall d'Uni Mail

10h15 -11h45 :      Atelier « Speed dating avec des archives LGBTQI* », hall d'Uni Mail

En détournant les codes du speed dating (un temps chronométré pour se rencontrer, un protocole de questions...), cet atelier propose un cadre ludique et convivial qui vous invite à la découverte partagée d’archives. Les participant-e-s pourront prendre conscience de leur légitimité à découvrir des archives, à en constituer et à contribuer à leur conservation. Les traces de ces échanges constitueront des archives précieuses qui pourront être présentées à leur tour.

Animé par Isabelle Salem Diego Sentis, performance et activiste pour les droits des personnes LGBTQI* depuis 25 ans, ille a fondé en 2015 Queer Code (queercode.net), un projet participatif et collaboratif dédié à l'histoire des lesbiennes et des femmes cisgenres et transgenres qui ont aimé des femmes durant la Seconde Guerre mondiale. Ille articule dans le cadre de ses projets archives/émancipations/sororités.

12h00 :    Prises de parole, hall d'Uni Mail

Brigitte Mantilleri, directrice du Service égalité de l’Université de Genève ;

Ferdinando Miranda, chargé de projets genre et LGBTIQ, Service égalité de l’Université de Genève ;

Guillaume Mandicourt, chargé de projets LGBTIQ au service Agenda 21-Ville durable de la Ville de Genève ;

Jacopo Ograbek, co-président de l'Association Geneva Pride 2019 - Marche des Fiertés de Genève 2019;

 Flashmob :Performance participative autour des archives LGBTIQ+ animée par Isabelle Salem Diego Sentis.

14h00 -15h30 :        Atelier « Archives LGBTIQ+ : enjeux et pratiques », hall d'Uni Mail

Cet atelier propose un espace de dialogue et d’échanges autour des enjeux et des pratiques concernant les archives des mouvements et des luttes LGBTIQ+. Quel est l'intérêt politique, social et scientifique de constituer des archives LGBTIQ+ ? Quels sont les défis spécifiques d'inventoriage les concernant ? Quels sont les enjeux de leur valorisation ? Quelle est la situation des archives LGBTIQ+ à Genève ? Comment le contexte genevois pourrait-t-il bénéficier des réflexions, des pratiques et des expériences consolidées des centres d'archives LGBTIQ+ à l'étranger ? Dans cet atelier, nous présenterons des exemples tirés d’expériences à l’étranger pour illustrer quelques principes existants.

Animé par Carolina Topini, doctorante à l’Institut des Etudes genre, Faculté des sciences de la société de l’Université de Genève, Lorraine Astier, chargée de projets sur les questions de genre et Mathilde Matras, doctorante en histoire à l’Unité de russe, Faculté des lettres de l’Université de Genève. Toutes trois ont mené une étude exploratoire des archives des luttes LGBTIQ+ à Genève (1970-2000) sous mandat de la Ville de Genève.

18h15 :    Table ronde: Les archives sortent du placard ! La construction mémorielle des luttes LGBTIQ+, MS 150 - Uni Mail

 

 

Les luttes pour les droits des personnes LGBTIQ+ ont une histoire longue, riche et complexe, et ce particulièrement à Genève. Pourtant, la production historique reste encore bien modeste et les archives des mouvements sont dispersées et conservées dans des conditions pas toujours optimales. Quel est le droit à la mémoire des communautés LGBTIQ+ ? Comment, et avec quels outils, archiver les mémoires de collectifs et de personnes qui se sont construites en marges de la société ? Qui est légitime pour écrire l’histoire des communautés LGBTIQ+ ?

Un panel d’expert-e-s, académiques et/ou militant-e-s, abordera ces différents enjeux au sein des contextes français, suisse et genevois.

 

Introduction de Brigitte Mantilleri, directrice du Service égalité de l’Université de Genève

Introduction de Guillaume Mandicourt, chargé de projets LGBTIQ+ au service Agenda 21-Ville durable de la Ville de Genève

Modération : Lorena Parini, politiste, professeure associée en Etudes genre, Université de Genève

Intervenant-e-s :

  • Francesca Arena, historienne de l’époque moderne et contemporaine, spécialiste des questions santé et genre. Elle est actuellement maître assistante à l’Institut Etique, Histoire et Humanités et collaboratrice scientifique à la Maison de l’Histoire de l’Université de Genève ;
  • Sylvie Burgnard, chargée de cours à l’Institut de démographie et socioéconomie de l’Université de Genève. Spécialiste en sociohistoire, elle a notamment analysé la progressive visibilisation des mouvements homosexuels à Genève dans les années 70. Ses recherches ont porté également sur les différentes manières de voir et de penser la sexualité.
  • Rina Nissim, militante féministe, auteure et co-fondatrice de l'ancien Dispensaire des femmes de Genève, elle est co-responsable des Archives contestataires de Carouge. Cette association récolte, conserve, inventorie et valorise les archives issues des luttes sociales de la seconde moitié du XXe siècle.
  • Michaël Voegtli a analysé les mobilisations autour de la lutte contre le sida, maladie qui a marqué l’histoire de l’homosexualité masculine et contre laquelle les personnes gays se sont engagées très tôt en Suisse. Il est actuellement chef du Service de la Jeunesse de La Chaux-de-Fonds.
  • Quentin Zimmermann est doctorant-e en sociologie et études de genre à l'université Lille 3 et militant-e des archives LGBTIQ+. Son travail interroge les spécificités de la collecte et de la conservation d'archives en tant que personnes concernées, et analyse les mécanismes d'effacements et de violence au cœur des approches dominantes des archives et de l'histoire.

Lancement d'ÉGIDES - L’alliance francophone pour l’égalité et les diversités par Ferdinando Miranda, membre du Conseil d'administration

 

Suivi par un apéritif

Cet événement s'inscrit dans le programme "Mémoires LGBTIQ+" de la Ville de Genève. www.17mai-geneve.ch

L'image de l'affiche: Archives contestataires – EFI, fonds du Mouvement de libération des femmes de Genève, MLF-GE/S2/D20, extrait de la couverture de CLIT 007 de mars 1986

 

Édition 2018

 

 

ph. Jacques Erard

  • /rectorat/egalite/files/2015/6637/2732/1.jpg
  • /rectorat/egalite/files/1115/6637/2743/2.jpg
  • /rectorat/egalite/files/8015/6637/2753/3.jpg
  • /rectorat/egalite/files/5515/6637/2762/4.jpg
  • /rectorat/egalite/files/2015/6637/2774/2018_05_17_2466.jpg
  • /rectorat/egalite/files/5315/6637/2819/2018_05_17_2485.jpg
  • /rectorat/egalite/files/2815/6637/2835/2018_05_17_2492.jpg
  • /rectorat/egalite/files/9315/6637/2861/2018_05_17_2603.jpg
  • /rectorat/egalite/files/6715/6637/2887/2018_05_17_2608.jpg
  • /rectorat/egalite/files/6415/6637/2916/2018_05_17_2611.jpg
  • /rectorat/egalite/files/8015/6637/2937/2018_05_17_2621.jpg

PROGRAMME

12H- Hall d'Uni Mail - Droits LGBT à l'université et ailleurs

Travaux de la Law Clinic

Signature de la Charte de la diversité par l'UNIGE, en présence du Recteur Yves Flückiger

Performance de LUD

10H - 15H - Hall d'Uni Mail - Stands

Activités d'informations et de sensibilisation

16h15 – Salle 4220 à Uni Mail - projection

"Moi, j'ai voulu faire serveur" de Pauline Mamie, Lauréate Prix genre 2017.
Un film sociologique estudiantin sur les discriminations LGBT au travail (39’’), présenté en collaboration avec l’AEEG

Partenaires de l’évènement

Amnesty International – Groupe LGBT de l’UNIGE, Association des étudiant-e-s en droit, Association des étudiantes et étudiants en études genre, Bibliothèque de l’UNIGE – Site Uni Mail, Association 360°, Bureau de l'égalité et de prévention des violences domestiques (BPEV) de la République et Canton de Genève, Collectif d'étudiant·e·s en lutte contre les violences sexistes CELVS, Law Clinic sur les droits des personnes vulnérables de la Faculté de droit de l’UNIGE, Lestime - Expressions lesbiennes, Les sans Pages,  Pôle Santé Social de l’UNIGE, PVA (Personnes Vivant Avec le VIH/SIDA) - Genève,  Think Out - Association LGBT+Friends Unige, Service Agenda 21 – Ville durable de la Ville de Genève.

Affiche

>> Rapport de stage académique :Droits LGBT à l'UNIGE 

Revue de presse:

Le Courrier, lundi 23.04.2018

360° magazine, dimanche 13.05.2018

Vidéo de la journée, réalisée par Elisa Gleize et Mado Eschenbrenner:

 

Édition 2017

 

 

UAV_0863-crop.jpg

>> Voir la vidéo

Pour l’édition 2017, différentes associations, institutions et services - internes et externes à l’UNIGE - se sont retrouvées dans le hall d’Uni Mail, pour informer sur les violences homophobes et transphobes parfois commises dans les espaces urbains, sur les lieux de formations et professionnels.

Au programme de la journée à l’UNIGE: des expositions, des permanences juridiques, une sélection de vidéos et livres sur ces thématiques, des consulting de prévention avec des expert-e-s sur les discriminations, des brochures, une webradio en direct, une webchat thématique, des jeux de sensibilisation… etc... et une ***FLASHMOB***…. « Des pensées contre l’homophobie et la transphobie », campagne de la Ville de Genève, avec l’artiste Paul Harfleet et son travail « The Pansy Project »

Partenaires de l’évènement

Service Agenda 21 – Ville durable de la Ville de Genève, Amnesty International – Groupe LGBT de l’UNIGE, Association des étudiantes et étudiants en droit, Association des étudiantes et étudiants en études genre, Be You Network,  Bibliothèque de l’UNIGE – Site Uni Mail, Bureau de l'égalité et de prévention des violences domestiques (BPEV) de la République et Canton de Genève, CUAE groupe Trans*, Fréquence Banane – Radio universitaire, Goodwall, Law Clinic sur les droits des personnes vulnérables de la Faculté de droit de l’UNIGE, Observatoire de la vie étudiante (OVE) de l’UNIGE, Pôle Santé Social de l’UNIGE,  Think Out - Association LGBT+Friends Unige.

Dans la presse

Le coming out fait encore peur, Le Matin, 17 mai 2017

 

Édition 2016

 prog_UniMail_17 mai 2016.jpg2016_05_17_9890.jpg

 

12 mai 2016  soirée de lancement de la campagne 2016 contre l'homophobie et la transphobie de la Ville de Genève "Les mots pour le dire"

Souhaitez-vous être dans notre liste de diffusion égalité UNIGE >> Il vous suffit de cliquer ici !

Une erreur sur la page, des liens qui ne fonctionnent pas >> Merci de nous contacter ici