Politique de la personne (1934)Lire

« Là où l’homme veut être total, l’État ne sera jamais totalitaire. »

Notice

Figurant parmi les ouvrages fondateurs du courant personnaliste, ce recueil d’essais et de conférences postule le primat de la personne, libre par sa vocation qui la rend unique, et responsable car indissolublement liée au destin de sa communauté. Posant le diagnostic d’une crise de civilisation, Denis de Rougemont affirme que l’homme moderne a perdu la mesure de l’humain, et que le devoir des intellectuels est de conduire une critique des mythes et des idéologies individualistes et collectivistes, de rétablir les valeurs de la personne, et de bâtir des institutions qui la respectent, à travers le fédéralisme. Face aux régimes totalitaires, face au capitalisme et à « l’idéologie bourgeoise », il en appelle à retrouver le sens profond d’une politique et d’une société « à hauteur d’homme ».

Nous donnons ici l’édition originale de 1934, parue aux Éditions « Je sers » (Paris) avec le sous-titre « Problèmes, doctrines et tactique de la révolution personnaliste ». Petite maison protestante dont Denis de Rougemont assura le secrétariat d’édition entre 1930 et 1933, « Je sers » a coédité cet ouvrage avec les Éditions Labor (Genève).

Autre édition

Bibliographie