L’Amour et l’Occident (1939)Lire

« Nous avons besoin d’un mythe pour exprimer le fait obscur et inavouable que la passion est liée à la mort. »

Notice

Ce livre, le plus connu et le plus traduit de Denis de Rougemont, explore le mythe de l’amour passion. L’auteur en situe la naissance au xiiᵉ siècle, au moment où se développent simultanément les motifs de l’amour courtois chanté par les troubadours provençaux, et la doctrine manichéenne propagée par l’hérésie cathare. Partant d’une analyse de la légende de Tristan et Iseult, considérée comme l’archétype du « grand mythe européen de l’adultère », Rougemont en souligne les manifestations dans les domaines les plus divers : ses représentations successives dans la littérature occidentale ; ses effets sur l’institution du mariage qu’il met en crise ; ou encore le « parallélisme des formes » entre passion et art de la guerre. Sans prétendre condamner la passion en soi, l’auteur en appelle aux vertus de l’Agapè, fondant le couple non dans la fusion mais dans le respect mutuel de deux personnes distinctes, libres et responsables. À « l’amour de l’amour », étroitement lié à l’« amour de la mort » comme l’illustre le destin tragique de Tristan et Iseult, il oppose l’« amour action », une éthique chrétienne du mariage faite d’engagement et de fidélité.

Nous donnons ici l’édition originale parue chez Plon en 1939. Dans l’« Avertissement », l’auteur résume brièvement les circonstances dans lesquelles est né son ouvrage : « J’ai vécu ce livre pendant toute mon adolescence et ma jeunesse ; je l’ai conçu sous forme d’œuvre écrite, et nourri de quelques lectures, depuis deux ans ; enfin je l’ai rédigé en quatre mois. Ceci me rappelle le mot de Vernet, à propos d’un tableau qu’il vendait assez cher : “Il m’a demandé une heure de travail, et toute la vie”. »

Autres éditions

Bibliographie

  • Jean Starobinski, « Un essai au long cours », in Table d’Orientation, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1989, p. 63-69.
  • Luisa Passerini, « The Heart of Europe : Love in the Western World by Denis de Rougemont », in Love and the Idea of Europe, New York, Berghahn Books, 2009, p. 174-223.