Journal des deux mondes (1946)Lire

« Vous étiez “occupés”, nous étions en exil, et les uns comme les autres dans l’inaccepté, dans la dépossession profonde, dans une mise en question générale au pire moment. »

Notice

Ce journal couvre la période 1939-1946. Mobilisé dans l’armée suisse, Denis de Rougemont apprend l’entrée des troupes hitlériennes dans Paris et publie, dans la Gazette de Lausanne du 17 juin 1940, un article qui lui vaut quinze jours d’arrêts pour « injures à chef d’État étranger » (Hitler). Début juillet, il participe à la création de la Ligue du Gothard, qui en appelle à l’union des Confédérés et à la défense de l’indépendance suisse face à l’encerclement du pays par les puissances de l’Axe. Le 20 août, répondant à une offre de « Pro Helvetia », il part pour les États-Unis. Son journal narre ses rencontres dans les milieux culturels d’outre-Atlantique, son séjour en Argentine, ou encore les circonstances qui le poussèrent à rédiger La Part du diable. En 1942, Rougemont trouve du travail à l’Office of War Information, y rédigeant quelque vingt-cinq pages quotidiennes pour « La voix de l’Amérique ». Il côtoie André Breton, Marcel Duchamp, Antoine de Saint-Exupéry… Les « slums » de New York, l’impossibilité de survivre sans argent aux USA, les rapports des Allemands au mensonge, le sérieux du peuple français (contrastant avec ses élites), la médiocrité des chefs d’États du moment : tels sont quelques-uns des thèmes inspirant à Rougemont des notations incisives, avant qu’il ne conclue son journal par son retour en Europe en 1946.

Nous donnons ici l’édition originale parue à la Guilde du Livre en 1946.

Autre édition

Bibliographie

  • Bruno Ackermann, « Entre les deux mondes (1939-1946) », Denis de Rougemont. Une biographie intellectuelle, Genève, Labor et Fides, 1996, p. 803-834.