Recherche

Axes de recherche Medi@lab

Le Medi@lab-Genève a pour mission d'explorer les différentes modalités par lesquelles le numérique transforme la société et la recherche en sciences sociales. La prolifération de technologies numériques de communication - tels que les ordinateurs, les smartphones et toute sorte d'objets connectés - et la puissance grandissante des infrastructures assurant leur interconnexion constituent une source majeure d'innovations, mais aussi de nouvelles problématiques pour les sciences de la société.

Les technologies numériques transforment profondément notre vie collective, en aggravant les asymétries de pouvoir existantes et en créant une variété de nouveaux risques et de nouvelles formes d'inégalités. En même temps, elles offrent à la recherche académique de nouveaux instruments d'analyse et des nouveaux leviers d'intervention. Le lien social comme presque toutes les formes d’interaction se négocient aujourd’hui dans un continuum entre espaces présentiels et numériques. Les appartenances individuelles et collectives doivent par conséquent être pensées et étudiées dans ce contexte conversationnel.

La traçabilité du numérique n'est pas sans danger, comme la montée de l'économie de surveillance le montre bien, mais elle représente aussi l'occasion pour la recherche en sciences sociales de suivre des phénomènes de large portée sans perdre la richesse et la sensibilité des enquêtes de terrain - en permettant en cela de dépasser la vieille séparation entre méthodes quantitative et qualitatives.

Les axes de recherches du Medi@lab-Genève se retrouvent donc à l'intersection entre ces nouveaux phénomènes sociétaux et ces nouvelles méthodes de recherche. Nous nous intéressons en particulier :

  • Aux usages des technologies numériques, aux pratiques sociales et culturelles qu'elles engendrent et à leur circulation entre espaces numériques et espaces présentiels.
  • Aux transformations du système des médias national et international sous l'impulsion des innovations numériques et leurs conséquences sur le débat public en matière de politique, santé, économie etc.
  • Aux risques et aux possibles solutions liés à la sécurité de l'information, la protection de la vie privée et la réputation en ligne.
  • Aux moyens de mettre les technologies numériques et computationnelles au service de la recherche en science sociale, mais aussi de l'intelligence collective des systèmes sociaux.