Actualités

Le DSI-NRF le télescope à énergie sombre HIRAX

À la suite d'un processus d'examen intensif et rigoureux impliquant des experts internationaux, la National Research Foundation (NRF) a approuvé le financement de 35 millions de rands pour l'"Hydrogen Intensity and Real-time Analysis eXperiment" (HIRAX), qui sera construit en tant qu'instrument invité sur le site du South African Radio Astronomy Observatory (SARAO) dans le Karoo. Ce nouvel équipement renforcera la capacité du pays à mener des recherches astronomiques de pointe, conformément à la stratégie nationale "Grand Challenge Astronomy". Ce nouvel investissement du ministère sud-africain de la science et de l'innovation (DSI), en partenariat avec le NRF, permettra de financer les antennes du télescope, les alimentations, le système de radiofréquence par fibre optique et certains équipements d'arrière-plan. Cette contribution représente un investissement important dans l'ensemble du projet HIRAX.

L'Afrique du Sud a une longue histoire de télescopes astronomiques réussis, et le futur Square Kilometre Array (SKA), qui sera hébergé à la fois par l'Afrique du Sud et l'Australie, devrait être le plus grand radiotélescope du monde. HIRAX assurera la formation et le développement des compétences en prévision de l'ère SKA, tout en étudiant des questions de pointe dans les domaines de l'énergie sombre, des sursauts radio rapides et de la science des pulsars. Le télescope est actuellement financé pour être un interféromètre composé de 256 antennes paraboliques très rapprochées qui donneront un aperçu sans précédent de l'histoire de notre univers. Il est également prévu de l'étendre à 1 024 paraboles.

Ce télescope de pointe fournira de grands ensembles de données astronomiques aux membres du consortium du projet, aux partenaires internationaux et aux collaborateurs du projet. Dirigé par l'Université de KwaZulu-Natal (UKZN), sous la direction du chercheur principal, le professeur Kavilan Moodley, le consortium HIRAX compte sept membres, à savoir UKZN, SARAO, l'Institut africain des sciences mathématiques, l'Université de technologie de Durban, l'Université de Rhodes, l'Université du Cap et l'Université de Western Cape. Il y a cinq partenaires internationaux du consortium, à savoir, L'Université McGill, l'ETH Zürich, l'Université de Genève, l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne et l'Université de Virginie occidentale, ainsi que 12 autres membres de la collaboration, dont l'Université internationale de technologie du Botswana, le Laboratoire Astroparticule & Cosmologie de l'Université de Colombie-Britannique, l'Institut canadien d'astrophysique théorique, l'Université d'Oxford, l'Université de Toronto, le Centre interuniversitaire d'astronomie et d'astrophysique, l'Université du Wisconsin-Madison, l'Institut Perimeter, l'Université Carnegie Mellon, l'Université de Stellenbosch, le Jet Propulsion Laboratory et l'Université de Yale.

Le groupe de cosmologie du département de physique théorique (DPT) de l'UNIGE est fortement impliqué dans le projet HIRAX, notamment dans le développement du pipeline d'analyse des données et dans l'utilisation des données pour améliorer notre compréhension de l'Univers. Il est également partenaire d'une subvention FLARE du FNS pour soutenir HIRAX. "Nous sommes très heureux que HIRAX aille de l'avant, il contribuera à ouvrir une nouvelle fenêtre sur le cosmos en cartographiant la distribution à grande échelle de l'hydrogène neutre, et il ouvrira la voie à l'immense radiotélescope Square-Kilometre Array", a souligné Martin Kunz, professeur au DPT, et Alireza Vafaei Sadr a ajouté : "HIRAX sera également une grande source de données. C'est l'occasion de démontrer le rôle de l'apprentissage automatique et de l'intelligence artificielle dans l'analyse des observations astronomiques, à travers des applications telles que le nettoyage des données et la détection des anomalies". Viraj Nistane a souligné la synergie avec la mission spatiale Euclid de l'ESA, une autre mission à laquelle le DPT participe activement : "En combinant les données HIRAX avec les relevés de galaxies et de lentilles faibles d'Euclid, nous serons en mesure d'en apprendre encore plus sur les processus physiques qui régissent l'évolution de l'univers".

En ce qui concerne le programme phare des universités de la NRF, qui vise à fournir des solutions personnalisées et innovantes ainsi qu'un soutien institutionnel, tout en reconnaissant les forces uniques et les domaines de recherche spécialisés des universités publiques, le Dr Gansen Pillay, PDG par intérim, a noté que "cet investissement dans l'équipement de recherche stratégique fera progresser la formation des étudiants de troisième cycle, la production de nouvelles connaissances et la position de l'Afrique du Sud en tant que leader mondial dans le domaine de l'astronomie".

 

Contact :
Prof. Martin Kunz martin.kunz(at)unige.ch

 

31 mars 2021
  Actualités