Rapport de gestion 2021

Rapport de gestion 2021 - Le mot du recteur

universite_0108-2.jpg

Deuxième piste à explorer pour nos institutions, qu’il s’agisse des hautes écoles ou des instances politiques : la réactivation et le renforcement des liens bilatéraux avec d’autres institutions et pays. Ces relations bilatérales doivent s’inventer à l’échelle du continent et au-delà. Cela ne sera pas une tâche aisée, bien évidemment, mais nous n’y échapperons pas.

Troisième outil à notre disposition, les collaborations interinstitutionnelles au sein même de la Suisse permettent de mutualiser les forces en présence et de mettre en place des infrastructures de recherche que nous serions incapables de soutenir individuellement. À ce titre, 2021 aura été une année exemplaire.

L’inauguration du Centre d’imagerie Dubochet partagé par l’UNIL, l’EPFL, l’UNIGE, bientôt rejointes par l’UNIBE, en est un excellent exemple. Cette plateforme permet à nos biologistes d’accéder aux cryomicroscopes électroniques les plus performants du monde et ainsi de mieux comprendre les interactions moléculaires entre cellules.

Nous avons également annoncé cette année le lancement du Centre en diplomatie computationnelle avec l’ETHZ. D’autres collaborations fortes, initiées au cours des dernières années, ont aussi montré toute leur importance. Campus Biotech poursuit le développement de ses infrastructures au profit des chercheurs et chercheuses de l’UNIGE, de l’EPFL, des HUG et de la HES-SO Genève. Le Swiss Cancer Center Léman regroupe en son sein toutes les compétences lémaniques dans le domaine de la recherche translationnelle sur le cancer.

Ces collaborations interinstitutionnelles vont continuer à se développer. Des discussions ont été engagées en 2021 avec plusieurs partenaires sur les technologies quantiques, porteuses sans doute d’une prochaine révolution industrielle, ainsi que dans d’autres domaines comme les sciences de la Terre et de l’Univers ou la santé.

J’ai bien conscience que les efforts demandés, s’ils visent uniquement à éviter une détérioration, pourraient paraître ingrats. Comme la Reine Rouge De l’autre côté du miroir (la suite d’Alice au pays des merveilles), nous pourrions dire: «Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça!»

Mais je sais aussi que notre pays peut s’enorgueillir de sa capacité à penser et organiser le bien collectif sur le long terme et j’ai pleine confiance dans notre aptitude à courir vite et longtemps.

< Page précédente

 

Plan_de_travail_1.png

Yves Flückiger, recteur
Juin 2022