Morphologie de quelques organes végétatifs

De nombreux sites sont consacrés à la morphologie des organes des plantes. Je ne présenterai donc ici que des photographies d'organes reliés à d'autes pages de ce site comme par exemple l'anatomie, les compétences ou les tissus.

1/ Bourgeons

Un bourgeon peut être végétatif, constitué principalement d’ébauches de feuilles assemblées autour du point végétatif (méristème). Il peut aussi être floral et contient alors les ébauches de fleurs.
Dans de nombreuses espèces d’arbres et d’arbustes de ligneux le bourgeon passe la période hivernale en vie ralentie. Et il est souvent protégé (protection thermique, mécanique) par des écailles externes plus ou moins dures, imperméables et recouvertes d’une substance collante (enduit cireux). En dessous de celles-ci on trouve des écailles plus minces recouvertes de poils. Le tout protège les ébauches de feuilles, de tiges et/ ou de fleurs.
Au printemps le bourgeon débourre et reprend une vie active. Dans le cas d’un bourgeon végétatif il va donner naissance à de nouvelles ébauches de feuilles et à un axe qui va s’allonger. Les feuilles vont ensuite s’écarter les unes des autres et acquérir leur forme et leur taille définitive.

 

Quelques photographies de bourgeon de marronnier sont présentées ci dessous à différents stades du débourrement au printemps.
Photographies prises Chemin des Chênes à Collonges sous Salève - Avril 2020

La surface externe du bourgeon (voir ci contre) est constituée d'écailles protectrices imperméables et recouvertes d’une substance collante (enduit cireux). Elles assurent une protection mécanique et thermique.

Bourgeon en hiver
bourgeon marronnier

Fragment de rameau avec bourgeon en début de débourrement.

Bourgeon marronnier 2

Fin du débourrement avec les feuilles matures

Feuille marronier

Début du débourrement sur un jeune plant

Image1.jpg

Feuille composée palmée à 7 folioles

Site Feuille Marronier.jpg

  Les feuilles commencent à se déployer

Bourgeon marronnier 4

Les feuilles sont caractérisées par un long pétiole

Feuille marronnier 2.jpg

2 / Racines

Le système racinaire, partie le plus souvent cachée de la plante, représente fréquemment une surface supérieure à celle de la partie aérienne.  Les racines sont de véritables usines biochimiques qui peuvent accumuler des substances de réserves exploitées par l’homme pour son alimentation et synthétiser des molécules complexes qui ont souvent un intérêt pharmacologique. Ces molécules seront soit transportées vers les organes aériens soit sécrétées vers la rhizosphère pour interagir avec les microorganismes du sol (bactéries, champignons).
On distingue la racine principale ou primaire, déjà présente dans l’embryon et qui est donc une racine d’origine embryonnaire. On lui donne aussi le nom de racine séminale.
Des racines secondaires se forment à partir de la racine primaire ou d’une racine secondaire d’ordre plus élevé, pour fournir un meilleur support et aider la plante à s’ancrer dans le sol de manière plus efficace. Elles stockent les sucres et autres nutriments dont la plante aura besoin ultérieurement.

Ci dessous photographie d'une racine primaire (séminale) de caryopse de Zea mays. Des microphotographies de coupes réalisées à la lame de rasoir au niveau de la zone pilifère sont illustrées sur une autre page.

Racine plantule de maïs

Ci dessous à droite photographie d'un caryopse de Zea mays en début de germination avec la racine primaire séminale et sa zone pilifère, les racines adventives (ra) et le coléptile. A gauche un détail de l'extrémité de la racine séminale montrant la coiffe.

Racine séminale Mays

Dans une racine primaire on distingue différentes zones. Depuis la partie terminale :
(1) la zone méristématique : méristème (mitoses)
(2) la zone d'élongation : zone d'allongement des cellules
(3) la zone de différenciation : zone pilifère
(4) la zone d'organogenèse : initiation de racines latérales

Racines adventives et racines modifiées

En plus de ces racines primaire et secondaires, dites racines de structure, on distingue une autre catégorie de racines appelées racines adventives. Elles ne sont pas d’origine séminale et elles se développent sur des organes différenciés le plus souvent sur des tiges.
Les racines peuvent aussi présenter des adaptations morphologiques à l'environnement dans lequel elles vivent.
Exemples présentés sur ce site : racines pneumatophores, racines échasses et racines contrefort.

    Michèle Crèvecoeur
Microscopie des plantes

Email:
michele.crevecoeur@unige.ch

Dernière mise à jour :
16 juillet 2020

Pages récentes :
17 septembre 2020 : coupe de pétiole de tabac
30 aout 2020 : coupe de racine de
Phalaenopsis