Université

Rapport de gestion

YF-2019.jpgEn 1815 était inventée l’Université moderne, souvent appelée université humboldtienne, qui réaffirmait la liberté académique, mettait enseignement et recherche sous un même toit et organisait le savoir en disciplines, sans hiérarchie entre elles.

Aujourd’hui, la plupart des questions auxquelles nous sommes confrontés doivent être éclairées sous de multiples facettes et non dans un champ très étroit de compétences. Or c’est justement parce qu’elle réunit toutes les disciplines que l’université est plus que jamais pertinente. Il lui faut pour cela des spécialistes, capables de comprendre avec précision les détails d’un problème et les outils permettant de s’y attaquer, et il lui faut simultanément favoriser un dialogue multidisciplinaire entre toutes ces compétences. Je suis particulièrement fier d’être à la tête d’une université qui réunit des géographes et des informaticiennes, des biologistes et des juristes, des mathématiciennes et des économistes, des linguistes et des psychologues, des physiciennes et des médecins, autant d’interactions porteuses de nouvelles perspectives.

L’union de l’enseignement et la recherche permet, quant à elle, aux étudiantes et étudiants de s’engager activement dans la recherche de pointe, un engagement qui « mène à un large éventail de compétences nécessaires à la vie professionnelle, y compris la pensée critique, la capacité à résoudre des problèmes complexes et une vigilance éthique », comme le rappelle la League of European Research Universities qui réunit les meilleures universités de recherche du continent européen et dont l’Université de Genève est membre.

Polyvalente, plurielle, excellente en recherche comme en enseignement, l’Université de Genève est un véritable joyau au service de la Cité dont nous pouvons célébrer les qualités. 

Plan_de_travail_1.png

Yves Flückiger, recteur
Mai 2019

League of European Research Universities (LERU) swissuniversities Coimbra Group Le G3 de la francophonie