enseignements

Formation en TAO et post-édition 30 avril / 10 et 11 mai

Le 30 avril ainsi que les 10 et 11 mai, la Professeure Pierrette Bouillon, Mme Sabrina Girletti, Mme Silvia Rodriguez Vazquez et Mme Lise Volkart ont dispensé des formations en ligne sur la traduction automatique et la post-édition à l'équipe de traduction de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). La formation comprenait une partie théorique et une partie pratique avec des exercices ciblés, en français et en espagnol.

Orateurs et oratrices invité-es à la Ma - Unité d’anglais Dès novembre 2020

Afin de tenter de compenser les effets négatifs de la pandémie et du confinement sur l’expérience des étudiant-es de Maîtrise à l’Unité d’anglais, M. David Jemielity a invité, dès le mois de novembre 2020, quelques orateurs et oratrices dans le cadre des cours de Traduction argumentée français-anglais, Traduction et révision français-anglais et Traduction économique et financière 1 et 2 français-anglais : Mme Chris Durban, traductrice financière ; M. Grant Hamilton, directeur d'une agence de traduction québécoise; M. Simon Berril, traducteur freelance et journaliste ; Mme Victoria Patience, traductrice freelance spécialiste des organisations non-gouvernementales; et, enfin, Mme Angélique Chatton, cheffe de la Responsabilité sociale des entreprises à la Banque cantonale vaudoise. Ces interventions ont apporté de la variété et amélioré la qualité des enseignements. Les séances se composaient d'une présentation suivie d'un moment d’échange, et les étudiant-e-s de l'Unité d'anglais se sont beaucoup impliqué-es.

Tandems : tisser du lien pour apprendre autrement Dès le printemps 2020

Désormais connu parmi les étudiant-es sous le nom de BaMa, le projet de tandems a vu le jour au début du semestre de printemps 2020. Mme Gabrielle Rivier a observé que d’un côté, nombre d’étudiant-es de dernière année de Bachelor se posaient les mêmes questions et faisaient face aux mêmes difficultés, faute notamment de trouver les bons interlocuteurs et interlocutrices avec qui échanger. De l’autre côté, les étudiant-es de Master avaient souvent gagné en maturité, affiné leurs choix d’orientation et trouvé des réponses à bon nombre de leurs interrogations. Le maillon manquant devait donc se situer à l’interface entre les deux cycles d’étude et il fallait créer des opportunités d’entraide entre étudiant-es, les un-es bénéficiant d’une oreille attentive et les autres d’un miroir de leur parcours et d’une occasion de développer leur sens de la transmission.

Le projet pilote a démarré au printemps 2020 avec trois binômes. À la demande des étudiant-es, il a été reconduit à l’automne 2020 puis au printemps 2021 (avec six binômes). Économe, il consiste en une plateforme Moodle, deux réunions en plénière et trois rencontres en binôme, qui comportent entre autres des exercices de traduction et de révision. Du côté des coaché-es, le bénéfice est aussi bien d’ordre académique que moral ; quant aux coaches, en plus d’avoir la satisfaction de faire une bonne action, elles/ils peuvent constater leurs progrès et renforcer leur capacité argumentative. En trois semestres, aucun binôme n’a failli à ses engagements. Le rapport coût-bénéfice du projet est incontestablement positif.

Online peer workshop and specialized session for professional and non-professional interpreters (organisé par le CCHN) Du 26 au 30 avril

La Professeure Lucía Ruiz Rosendo a été invitée comme intervenante et formatrice dans le cadre du cours « Online peer workshop and specialized session for professional and non-professional interpreters », organisé par le Centre de compétences en négociation humanitaire (CCHN). Le CCHN est un centre basé à Genève et créé par cinq organisations humanitaires : le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le Programme alimentaire mondial (PAM), Médecins Sans Frontières (MSF-Suisse) et le Centre pour le dialogue humanitaire (HD).

Le rôle du CCHN est d’établir une approche plus systématique de la négociation en zones de conflit dans le monde entier, une mission soutenue par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Comme il existe un réel besoin de recruter des interprètes pour les négociations en zones de conflit, le centre a récemment lancé un projet pour comprendre les besoins et les défis auxquels font face les interprètes et les négociateurs/trices lorsqu’ils/elles travaillent ensemble sur le terrain.

Le point fort de ce cours est d’avoir réuni des interprètes et des responsables de négociation qui viennent de régions différentes, parlent et travaillent dans des langues diverses et ont des expériences très variées en matière d’interprétation. Son autre force était de combiner des activités liées aux négociations et des activités directement liées à l’interprétation.

Cours de base d’interprétation consécutive Organisé en juin conjointement par la FTI et le CICR

Ce cours, organisé en juin par la Professeure Lucía Ruiz Rosendo, forme des interprètes pour le CICR en tenant compte du contexte professionnel spécifique : interprétation consécutive et prise de note; éthique et rôle de l’interprète ; préparation, documentation, communication interculturelle. Prévu au départ comme un cours en présentiel, il a été adapté à l’enseignement à distance pour tenir compte de la pandémie. L’équipe formatrice est composée de la Professeure Lucía Ruiz Rosendo et de Mmes Rhona Amos, Laura Keller et Maura Radicioni.


Formations continues

Dans le cadre de la formation continue universitaire, la FTI dispense des cours en traductologie, méthodologie de la traduction, traduction (économique, juridique, technique, littéraire), rédaction, rédaction technique, traduction assistée par ordinateur, terminologie et interprétation. Ces formations s’adressent aux professionnels souhaitant perfectionner leur pratique ou approfondir leurs connaissances dans des domaines précis. Vous trouverez ici le programme.