Campus 91

Actus

L’UNIGE fait un carton auprès du FNS

En 2007, le Fonds national suisse (FNS) a consacré plus de 531 millions de francs à des projets de recherche prometteurs. Bien que le nombre de requêtes déposées ait battu un record (2 105 projets soumis), le taux de réponses positives a augmenté. Ce taux avoisine 50% pour l’encouragement de projets dans la recherche libre. L’UNIGE, qui avait été dépassée par l’Université et l’Ecole polytechnique de Zurich en 2006, a repris sa position en tête des hautes écoles ayant attiré le plus de subsides individuels. Globalement, 25% des subsides alloués ont été consacrés aux sciences humaines et sociales, 37% aux mathématiques et aux sciences naturelles et de l’ingénieur et 38% à la biologie et à la médecine.

Encourager les carrières féminines

Trop de femmes brillantes n’osent pas s’engager dans une carrière académique. Pour preuve, l’institution compte seulement 17,8% de professeures pour 61 % d’étudiantes. Forte de ce constat, l’UNIGE a lancé ce printemps le programme «boursières d’excellence» pour inciter les femmes universitaires de niveau postdoctoral à profiler leur voie de manière compétitive et indépendante. Ce programme, une première en suisse, se présente sous la forme d’un mandat de trois ans non renouvelable. Durant cette période, les candidates travailleront comme maîtres assistantes. Elles consacreront 20% de leur temps à l’enseignement. Le reste sera destiné à la préparation d’un dossier scientifique. Les personnes intéressées ont jusqu’au 27 juin pour déposer un dossier de candidature. Elles doivent être au bénéfice d’un titre de docteure, compter une expérience de l’enseignement et un séjour à l’étranger.

Un nouveau président pour la crus

La Conférence des recteurs des universités suisses (CRUS) a pour nouveau président le professeur Antonio Loprieno, recteur de l’Université de Bâle. Celui-ci prendra ses fonctions à la fin août. Selon lui, deux défis majeurs attendent la CRUS dans les prochaines années: «Il s’agit, d’une part, d’élaborer un concept de développement des portefeuilles pour la totalité du domaine universitaire suisse. Le but de cette démarche est, sur le plan national, de ne pas avoir une offre plus large que nous ne pouvons financièrement nous le permettre. D’autre part, nous accompagnerons le processus de législation de la nouvelle loi fédérale sur l’aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles et nous serons particulièrement attentifs à ce que l’autonomie des hautes écoles soit préservée.»le professeur Antonio Loprieno, recteur de l’Université de Bâle. Celui-ci prendra ses fonctions à la fin août. Selon lui, deux défis majeurs attendent la CRUS dans les prochaines années: «Il s’agit, d’une part, d’élaborer un concept de développement des portefeuilles pour la totalité du domaine universitaire suisse. Le but de cette démarche est, sur le plan national, de ne pas avoir une offre plus large que nous ne pouvons financièrement nous le permettre. D’autre part, nous accompagnerons le processus de législation de la nouvelle loi fédérale sur l’aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles et nous serons particulièrement attentifs à ce que l’autonomie des hautes écoles soit préservée.»

Vers une Bibliothèque électronique suisse

Les Bibliothèques universitaires suisses veulent renforcer leur présence sur Internet grâce au lancement de E-lib.ch. Ce projet vise à créer un accès central à toutes les revues en ligne auxquelles les bibliothèques sont abonnées. Il simplifiera et augmentera l’efficacité de la recherche d’informations scientifiques. Le système fournira des articles de revues sous forme électronique, mais aussi des images numériques et l’indication de livres imprimés que l’on peut emprunter. Par ailleurs, au cours des quatre prochaines années, 15 000 livres anciens du XVIe au XIXe siècle ainsi que 100 manuscrits du Moyen Age seront numérisés et mis à disposition via E-lib.ch. Le projet est soutenu par la Conférence universitaire suisse, le Conseil des EPF et l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie par le biais d’une subvention totale de 10 millions de francs. Les bibliothèques participantes apportent la même somme.

La «Founder’s medal» pour Antoine Bailly

Le professeur honoraire en géographie économique Antoine Bailly est le récipiendaire de la plus haute distinction en «sciences régionales», la Founder’s Medal, décernée tous les quatre ans par la Regional Science Association International (RSAI). La science régionale s’intéresse aux impacts régionaux que peuvent avoir des changements économiques et sociaux qui ont lieu au niveau national ou global. Le prix sera donné à Liverpool le 28 août. Antoine Bailly a publié plus de 30 livres et 300 articles. Il est entre autres le cofondateur de la médicométrie régionale. le cofondateur de la médicométrie régionale.