Revues du ciné-club

Donna italiana '60

Bandeau Donna italiana '60

Donna italiana '60

La Revue du Ciné-club universitaire, avril 2016

Édito

L’âge d’or du cinéma italien correspond à une époque offre une situation peu enviable aux femmes.

Souvent cantonnée aux rôles de mère, de vierge ou de putain, de femme a(i)mante ou de femme fatale, l’Italienne du Miracle économique n’incarne souvent rien de plus qu’un simple corps. La très grande actrice, Monica Vitti en témoigne:

«Il est incroyable de constater le peu d’intérêt que les réalisateurs et scénaristes italiens portent à ce qu’une femme pense ou à ce qui l’habite… Au cinéma, quand quelqu’un écrit un scénario, personne n’écrit pour des personnages féminins. Combien de fois un scénariste ne m’a-t’il pas dit: «Ma chère Monica, comment écrire des scénarios à ton intention? Tu es une femme et que fait une femme? Elle ne va pas à la guerre; elle n’a pas de métier… Que pourrais-je te faire faire? Seule une histoire d’amour pourrait convenir; Tu as des enfants, tu souffres, il te quitte, tu es désespérée… » Voilà le seul rôle qu’ils sont prêts à m’offrir.»

Certains réalisateurs ont toutefois tenté de se frotter à la psyché féminine (s’il y en a une) et aux problèmes auxquels les femmes doivent faire face. Antonioni et Pietrangeli par exemple, mettent en scène des personnages féminins qui ne sont pas en phase avec leur environnement et qui essaient de s’en extraire. Pourtant souvent en vain, puisque ces femmes se heurtent à une société qui profite d’elles et les rejette. Le constat final est plutôt pessimiste.

D’autres réalisateurs, comme Fellini et Pasolini, offrent aux femmes des rôles il est vrai plus traditionnels mais qu’ils choisissent de dépeindre avec flambloyance: il y a les personnages de femmes fatales chères à l’univers fellinien ou la pasolinienne Mamma Roma. Il y a Anna Magnani en joyeuse et tonitruante prostituée, ou la plantureuse Anita Ekberg au charme aussi démesuré que sa taille dans "La tentation du Docteur Antonio". Sans oublier Sophia Loren en mère courage tragique dans La paysanne aux pieds nus ou Claudia Cardinale en sœur ténébreuse et malsaine flirtant avec l’inceste.

À leurs façons, ces histoires de femmes ont fait, elles aussi, l’histoire du cinéma. Il s’agit ici de leur redonner une place et de leur rendre hommage.

Sommaire

  • Diana Barbosa Pereira, Édito, p.1
  • Diana Barbosa Pereira, Portraits de femmes, p.3-5
  • Emilien Gür, Le miroir de Juliette, pp.7-9
  • Margaux Terradas, Mario Bava : l’homme qui inventa le « giallo », pp.11-14
  • Diana Barbosa Pereira, Pietrangeli et les femmes, pp.17-20
  • Julien Praz, Paysages de désert avec figures, pp.23-26

La revue au format papier

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi (Donna italiana '60 – Avril 2016) et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro «Donna italiana '60», avril 2016 de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Donna italiana '60. Avril 2016 (2).

Pour citer un article de la Revue

Barbosa Pereira, Diana. (2016). Pietrangeli et les femmes. La Revue du Ciné-club universitaire: Donna italiana '60., octobre 2016 (2), 17-20

Production

Ciné-club universitaire

cineclub(at)unige.ch

022 379 77 24

Array
(
    [0] => stdClass Object
        (
            [meta] => stdClass Object
                (
                    [id_group] => 12264
                    [nb] => 1
                    [group_name] => Donna italiana '60
                    [group_url] => donna-italiana-60
                    [group_sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, avril 2016
                    [gestionnaires] => Array
                        (
                            [0] => stdClass Object
                                (
                                    [id_personne] => 8514
                                    [nom] => Ciné-club universitaire
                                    [prenom] => 
                                    [email] => cineclub@unige.ch
                                    [tel] => 022 379 77 24
                                    [url] => 
                                    [id_gestion] => 5
                                    [libelle] => Production
                                    [privacy] => 0
                                )

                        )

                    [periode_span_debut] => 2016-04-01 00:00:00
                    [periode_span_fin] => 2016-04-01 00:00:00
                    [group_tags_matiere] => Array
                        (
                            [0] => cinéma
                        )

                    [key_flagship] => 0
                    [id_flagship] => 12264
                    [date] => stdClass Object
                        (
                            [periodes_effectives] => 1
                        )

                )

            [group] => Array
                (
                    [0] => stdClass Object
                        (
                            [error] => 
                            [id_prestation] => 12264
                            [id_originale] => 
                            [titre] => Donna italiana '60
                            [titre_url] => donna-italiana-60
                            [sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, avril 2016
                            [periode_span_debut] => 2016-04-01 00:00:00
                            [periode_span_fin] => 2016-04-01 00:00:00
                            [periode_nb] => 1
                            [periode_popularity_id] => 71868
                            [periode_popularity_percent] => 1
                            [periode_popularity] => 2016-04-01 00:00:00
                            [chapo] => 
                            [corps] => 

Édito

L’âge d’or du cinéma italien correspond à une époque offre une situation peu enviable aux femmes.

Souvent cantonnée aux rôles de mère, de vierge ou de putain, de femme a(i)mante ou de femme fatale, l’Italienne du Miracle économique n’incarne souvent rien de plus qu’un simple corps. La très grande actrice, Monica Vitti en témoigne:

«Il est incroyable de constater le peu d’intérêt que les réalisateurs et scénaristes italiens portent à ce qu’une femme pense ou à ce qui l’habite… Au cinéma, quand quelqu’un écrit un scénario, personne n’écrit pour des personnages féminins. Combien de fois un scénariste ne m’a-t’il pas dit: «Ma chère Monica, comment écrire des scénarios à ton intention? Tu es une femme et que fait une femme? Elle ne va pas à la guerre; elle n’a pas de métier… Que pourrais-je te faire faire? Seule une histoire d’amour pourrait convenir; Tu as des enfants, tu souffres, il te quitte, tu es désespérée… » Voilà le seul rôle qu’ils sont prêts à m’offrir.»

Certains réalisateurs ont toutefois tenté de se frotter à la psyché féminine (s’il y en a une) et aux problèmes auxquels les femmes doivent faire face. Antonioni et Pietrangeli par exemple, mettent en scène des personnages féminins qui ne sont pas en phase avec leur environnement et qui essaient de s’en extraire. Pourtant souvent en vain, puisque ces femmes se heurtent à une société qui profite d’elles et les rejette. Le constat final est plutôt pessimiste.

D’autres réalisateurs, comme Fellini et Pasolini, offrent aux femmes des rôles il est vrai plus traditionnels mais qu’ils choisissent de dépeindre avec flambloyance: il y a les personnages de femmes fatales chères à l’univers fellinien ou la pasolinienne Mamma Roma. Il y a Anna Magnani en joyeuse et tonitruante prostituée, ou la plantureuse Anita Ekberg au charme aussi démesuré que sa taille dans "La tentation du Docteur Antonio". Sans oublier Sophia Loren en mère courage tragique dans La paysanne aux pieds nus ou Claudia Cardinale en sœur ténébreuse et malsaine flirtant avec l’inceste.

À leurs façons, ces histoires de femmes ont fait, elles aussi, l’histoire du cinéma. Il s’agit ici de leur redonner une place et de leur rendre hommage.

Sommaire

  • Diana Barbosa Pereira, Édito, p.1
  • Diana Barbosa Pereira, Portraits de femmes, p.3-5
  • Emilien Gür, Le miroir de Juliette, pp.7-9
  • Margaux Terradas, Mario Bava : l’homme qui inventa le « giallo », pp.11-14
  • Diana Barbosa Pereira, Pietrangeli et les femmes, pp.17-20
  • Julien Praz, Paysages de désert avec figures, pp.23-26
[remarque] =>

La revue au format papier

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi (Donna italiana '60 – Avril 2016) et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro «Donna italiana '60», avril 2016 de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Donna italiana '60. Avril 2016 (2).

Pour citer un article de la Revue

Barbosa Pereira, Diana. (2016). Pietrangeli et les femmes. La Revue du Ciné-club universitaire: Donna italiana '60., octobre 2016 (2), 17-20

[annule] => 0 [date_nb] => 1 [inscr_date_debut] => [inscr_date_fin] => [participant_min] => 0 [participant_max] => 0 [participant_cardinalite] => 1 [id_regle] => [participant_current] => 0 [difficulte_rang] => [difficulte] => [tag_structure] => document [tag_matiere] => cinéma [dates] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_periode] => 71868 [date_debut] => 2016-04-01 00:00:00 [date_fin] => 2016-04-01 00:00:00 [id_periode_libelle] => [periode_ponderation] => [periode_libelle] => [lieu_id] => [lieu_libelle] => [lieu_rue] => [lieu_num] => [lieu_localite] => [lieu_npa] => [lieu_x] => [lieu_y] => [lieu_acces] => ) ) [gestionnaires] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) [prix] => Array ( ) [liens] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_lien] => 36 [position] => [libelle] => La Revue du Ciné-club universitaire: Donna italiana '60. Avril 2016 [url] => //www.unige.ch/dife/index.php/download_file/10121/ [embed_status] => 0 [embed] => ) ) [class_of_managers] => Array ( [5] => stdClass Object ( [libelle] => Production [members] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) ) ) ) ) ) )