CAS Droit, médecine légale et science forensique en Afrique 2020

Reports cours en présentiel

En raison de la situation sanitaire et de la fermeture des frontières suisses avec les États non-européens, les cours en présentiel à Genève sont reportés du 5 octobre au 6 novembre 2020.

Informations

Période

septembre 2020 - février 2021
12 Crédits ECTS
240 Heures enseignement en présence
• 4 modules thématiques de 5 jours : acquisition des connaissances théoriques essentielles, cas pratiques, études de situation, visites d’institutions, travail personnel (240 heures) • Un stage d’une semaine dans une institution spécialisée (40 heures) • Un travail de fin d’études (90 heures)

Langue

Français

Format

En présence et à distance

Renseignements

Ghislain Patrick LESSENE
Tél. + 41 (0)22 379 55 80
Portable : +41 (0) 76 594 73 88

ghislain.lessene(at)unige.ch

Lieu

Centre Universitaire Romand de Médecine Légale, Genève

Inscriptions

Délai d'inscription

15 août 2020

Finance d'inscription:

CHF 6500.-

Contribution aux ODD

Objectif 3 : Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge Objectif 16 : Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable Objectif 17: Renforcer les moyens de mettre en oeuvre le Partenariat mondial pour le développement durable et le revitaliser

Objectifs

  • Appréhender le contexte juridique et les enjeux actuels de la médecine légale ainsi que ceux de la science forensique pour le continent africain
  • Intégrer les aspects de la médecine légale et de la science forensique pour l’effectivité de la justice et de la santé publique en Afrique 
  • Comprendre les développements récents sur le rôle de la médecine légale et de la science forensique dans la résolution des conflits  
  • Développer des compétences méthodologiques, d’analyse et de réflexion critique de nature à favoriser des réformes dans les domaines de la justice et de la santé publique
  • Transmettre des compétences techniques et pratiques nécessaires à un recours adéquat à la médecine légale et à la science forensique dans différents contextes nationaux

 

Public

Personnel médical, judiciaire et pénitentiaire, société civile

Compétences visées

  • Comprendre les notions essentielles de droit, médecine légale et science forensique
  • Identifier les enjeux de la médecine légale et de la science forensique pour la santé publique et l’effectivité de la justice en Afrique
  • Utiliser les notions essentielles juridiques et techniques appropriées à la médecine légale et à la science forensique pour résoudre des cas pratiques résultant de situations réelles
  • Prendre part à l’élaboration de stratégies et études visant à renforcer l’effectivité de la médecine légale et de la science forensique dans leur pays et en Afrique
  • Appliquer les pratiques professionnelles nouvelles acquises lors d’un stage institutionnel

 

Programme

4 Modules:

  • La médecine légale
  • La science forensique
  • Droit et médecine légale
  • Le montage de projet et la recherche de fonds pour les projets médico-légaux
  • Stage
  • Travail de fin d'études 

Direction

Prof. Silke GRABHERR, Centre Universitaire Romand de Médecine Légale, Faculté de médecine, Université de Genève

Coordination

Dr Ghislain Patrick LESSENE, Université de Genève

Partenariat

• Faculté de droit • Hôpitaux Universitaires de Genève • Centre hospitalier universitaire vaudois • Académie de police de Savatan • Ecole des Sciences criminelles, Université de Lausanne • Centre d’Etudes Juridiques Africaines
3 minutes avec les participants du CAS
Le programme vise à former des médecins et des acteurs africains du secteur judiciaire ainsi que ceux de la société civile dans le domaine du droit, de la médecine légale et de la science forensique afin de leur permettre d’acquérir des connaissances essentielles de base.

Date(s)

31 août 2020

Lieu

Centre universitaire romand de médecine légale, Faculté de médecine, Université de Genève

Intervenants

Professeure Silke Grabherr - Professeur Tony Fracasso - Professeure Bernice Elger- Dr Jean-Pierre Restellini- Cécile Lagoutte.

Description

Le CAS est introduit par un exposé des différentes thématiques des principes pédagogiques, du mode de fonctionnement et des modalités d’évaluation. Par la suite, la médecine légale est située dans son contexte historique et son importance actuelle ainsi que son interaction avec la justice. Les différentes composantes de la médecine légale (médecine du vivant, thanatologie, violence interpersonnelle, imagerie forensique, etc.), la médecine légale dans le contexte africain et ses rapports avec la bonne gouvernance, l’état de droit et l’éthique sont également analysés.

 Compétences acquises par les participants :

  1. Comprendre les notions essentielles de médecine légale et identifier les enjeux de la médecine légale pour la santé publique et l’effectivité de la justice, particulièrement en Afrique 
  2. Expliquer l’interaction entre la médecine légale et les impératifs de justice et de santé publique 
  3. Formuler clairement des propositions pour la résolution des problèmes relatifs à la médecine légale dans leur contexte national 
  4. Contribuer aux réformes nationales et régionales nécessaires dans le secteur de la santé publique et de la justice en Afrique.

Date(s)

7 septembre 2020

Lieu

Académie de police de Savatan- Ecole des Sciences criminelles , Université de Lausanne

Intervenants

Professeur Olivier Ribaux- Docteure Durdica Hazard- Colonel Alain Bergonzoli- Equipe de l’Ecole des Sciences

Description

Les participants apprennent les bases méthodologiques de prise de décision et leur consolidation lors d’une crise. Ils apprennent l’organisation et la gestion d’une cellule de crise. Ils développent leur compréhension de la trace forensique et des manières dont son exploitation scientifique peut activement contribuer à la Justice sociale.  En s'appuyant sur des études de cas et des retours d’expériences, les participants se familiarisent avec la notion de preuve scientifique et son élaboration en partant de la trace découverte sur les lieux, jusqu’à sa présentation devant un tribunal. Ils sont amenés à s’interroger sur les conditions nécessaires à l’élaboration d’une action de sécurité proactive fondée sur le renseignement. Ils sont initiés aux conditions de mise en œuvre d’un laboratoire forensique. 

 

Compétences acquises par les participants :

  1. Connaître et comprendre les notions essentielles de science forensique et de gestion de crise 
  2. Comprendre l’utilisation d’un rapport scientifique 
  3. Identifier les enjeux de la génétique forensique, la balistique, la criminalistique et le travail de la police scientifique pour l’effectivité de la justice en Afrique
  4. Proposer des analyses contextuelles et comparatives en matière de science forensique et de gestion de crise en utilisant de nouvelles méthodes d’acquisition de connaissances basées sur la recherche 
  5. Transposer les savoirs acquis en matière de science forensique et de gestion de crise dans leurs contextes nationaux.

Date(s)

14 septembre 2020

Lieu

Centre universitaire romand de médecine légale, Faculté de médecine, Université de Genève

Intervenants

Professeur Christian-Nils Robert, Professeure Sévane Garibian- Dr Mina Rauschenbach- Prof. Caroline Fournet- Dr Elisabeth Anstett - M. Doudou Diène- Antoine Hamdan- Dr Ghislain Patrick Lessène.

Description

L’importance de la médecine légale pour l’effectivité de la justice pénale nationale et internationale, ainsi que de la justice transitionnelle, l’analyse de la pratique judiciaire et l’interaction entre droit et médecine légale pour la résolution des conflits en Afrique seront présentées. Les participants sont éclairés sur le devoir de mémoire, l’importance des exhumations pour les proches des victimes, le respect des valeurs et traditions culturelles ainsi que l’expérience pratique suisse en matière d’interaction entre la médecine légale et la justice. 

 

Compétences acquises par les participants :

  1. Comprendre la corrélation entre le droit et la médecine légale 
  2. Identifier les enjeux actuels de la médecine légale pour l’effectivité de la justice en Afrique 
  3. Expliquer l’importance de la médecine légale dans la recherche de la justice et de la résolution des conflits 
  4. Formuler clairement des propositions fondées sur le droit et la médecine légale pour la résolution des problèmes au niveau de la justice 
  1. Intégrer de nouvelles méthodes d’acquisition de connaissances basées sur la recherche, l’analyse contextuelle et comparative de la corrélation entre droit et médecine légale et justice en Afrique

 

Date(s)

21 septembre 2020

Lieu

Centre universitaire romand de médecine légale, Faculté de médecine, Université de Genève

Intervenants

M. Ousmane Dianor- Mme Ilona Pongracz - Dr Ghislain Patrick Lessène.

Description

Les participants apprennent à identifier et à s’initier aux étapes indispensables au montage et à la recherche de fonds dans le domaine d'un projet médico-légal. Ils s’approprient les outils clés pour la conception d’un bon dossier de projet et de demande de fonds en analysant les informations nécessaires liées aux projets. Ils sont formés à l’élaboration de dossiers de demandes de fonds qui répondent aux attentes des fondations donatrices, des autorités publiques, des entreprises et autres organismes. 

Compétences acquises par les participants :

  1. Appréhender les notions de conception, recherches de fonds pour les projets médico-légaux
  2. Comprendre l’importance de la conception de projets et de la recherche de fonds en matière de médecine légale 

Concevoir un dossier de financement pertinent 

Date(s)

28 septembre 2020

Lieu

Selon le choix des participants

Intervenants

Dr Ghislain Patrick Lessène

Description

Les participants s’imprègnent des réalités professionnelles suisses et acquièrent des connaissances techniques nouvelles dans le domaine du droit, de la médecine légale et de la science forensique. Ils approfondissent les connaissances acquises lors des modules thématiques et développent de nouvelles pratiques professionnelles en favorisant les interactions avec leurs collègues suisses pour une meilleure intégration dans le contexte national.

 

Compétences acquises par les participants :

  1. Aborder et évaluer de manière autonome des situations professionnelles complexes
  2.  Intégrer de nouvelles connaissances pratiques et des expériences utiles à leurs activités professionnelles 
  1. Adopter de nouvelles méthodes d’acquisition de connaissances basées sur la recherche effectuée dans l’institution de stage

 

Date(s)

6 novembre 2020

Lieu

Selon le choix des participants

Intervenants

Dr Ghislain Patrick Lessène

Description

Les participants appliquent les connaissances théoriques et pratiques acquises lors du stage tout en proposant des solutions adaptées à leur contexte national.  

 

Compétences acquises par les participants :

  1. Adopter de nouvelles méthodes de réflexion et de connaissances basées sur la recherche et la pratique 
  2.  Intégrer de manière pratique et judicieuse les connaissances théoriques ainsi que les expériences pratiques du stage dans le contexte national et les pratiques professionnelles 
  1. Formuler des propositions écrites de réforme dans le domaine médico-légal clairement définies et professionnelles.

 

 

Le programme vise à former des médecins et des acteurs africains du secteur judiciaire ainsi que ceux de la société civile dans le domaine du droit, de la médecine légale et de la science forensique afin de leur permettre d’acquérir des connaissances essentielles de base

Conditions d'admission

  • Être titulaire d’un diplôme universitaire reconnu  ou titre jugé équivalent par le Comité directeur
  • Expérience professionnelle pertinente de deux années en lien avec le programme du Certificat et/ou être recommandé(e) par son employeur ou institution de rattachement

Contribution aux ODD

Objectif 3 : Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge Objectif 16 : Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable Objectif 17: Renforcer les moyens de mettre en oeuvre le Partenariat mondial pour le développement durable et le revitaliser

Les termes utilisés pour désigner des personnes sont pris au sens générique; ils ont à la fois la valeur d'un masculin et d'un féminin.