2012

Quand la réflexion urbaine s'invite dans nos quartiers

L’Université de Genève (UNIGE) et l’Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID) organisent un cycle de conférences, en tournée à travers la ville de Genève. Articulée autour du thème de « l’autre ville », cette initiative s’inscrit dans le programme de l’Observatoire de la vie urbaine, lancé en octobre dernier par Sandro Cattacin, professeur au Département de sociologie de l’UNIGE. Le coup d’envoi de cette série d’événements, qui marquera l’ensemble du premier semestre 2012, est prévu pour le 29 février prochain.

L’Observatoire de la vie urbaine de l’UNIGE a pour ambition de créer une passerelle entre l’Université et les citoyens en invitant les genevois à réfléchir sur « l’autre ville ». Mais qu’entend-on par là? Il s’agit de l’autre Genève, celle qui est méconnue, dissimulée, dont on ne parle pas et qui, pourtant, correspond à la réalité urbaine de la cité. Ce projet est né d’un constat: il règne un désenchantement croissant des genevois vis-à-vis de leur propre ville ; Genève s’enlise dans une dynamique autodestructive où la vie associative et le bénévolat se font rares. 

Il devient alors essentiel de repenser la ville, de considérer sa complexité sociale, souvent oubliée au profit de sa complexité économique. « Lorsque l’on demande à un habitant de définir Genève, le premier adjectif employé est ‘’international’’. Et pourtant, la Genève internationale n’existe pas dans le quotidien des gens, ses fonctionnaires ne vivent pas majoritairement en ville par exemple », précise Sandro Cattacin.

Des spécialistes en urbanisme là où on ne les attend pas
A travers ce cycle de conférences itinérant, spécialistes en urbanisme, sociologues, anthropologues et artistes partent à la rencontre des habitants de Genève et les interrogent sur « l’autre ville » – l’autre Genève mais également l’autre Rabat, Kaboul ou Ouagadougou. Car l’analogie entre les cités provoque une réflexion profonde sur notre rapport à notre propre ville. Chaque conférence débutera alors par un état des lieux du quartier genevois qui accueillera l’événement, avant de traiter diverses thématiques urbanistiques, de la complexité des interventions artistiques urbaines, aux évolutions fondamentales de la gestion des risques de catastrophes, en passant par les défis migratoires dans la ville.

Au-delà des mots, « l’autre ville » sera également abordée à l’occasion d’un spectacle musical et d’une projection de film. En traitant les mots comme des notes de musique, l’auteur Sébastien Grosset et son pianiste Philippe Ehinger nous plongeront au cœur de Ouagadougou pour un voyage au centre du monde. Cette pièce avec parole pour piano tente une approche radicale de la musicalité textuelle pour aborder des phénomènes sociaux. Dans le cadre de cette initiative, le public sera aussi invité à la projection, au cinéma du Grütli, du film « Moi c’est moi » de Gabriele Schärer. Ce film sur la confiance et l’amitié retrace le parcours chaotique d’un groupe de jeunes rappeurs dans leur quartier de Berne-Ouest.

Pour découvrir le programme détaillé de ce cycle de conférences ainsi que les biographies des intervenants, rendez-vous sur http://www.unige.ch/ses/socio/forum2012/accueil.html.

Contact

Sandro Cattacin, tél. 022 379 83 16

22 février 2012
  2012