2013

Inauguration du Centre interprofessionnel de simulation

Initiative conjointe de la HES-SO Genève et de l’Université de Genève (UNIGE), le Centre interprofessionnel de simulation (CIS) permettra aux étudiants des deux institutions de se former dans des conditions optimales, avec des technologies de pointe et des outils pédagogiques novateurs, stimulant la collaboration et la communication interprofessionnelle dans le domaine de la santé. Un projet unique en Suisse romande.

Inauguré mercredi 20 novembre en présence de Charles Beer, président du Conseil d’Etat genevois, le Centre interprofessionnel de simulation (CIS) relève les nouveaux défis de la formation des professionnels de la santé : complexité croissante des situations de soin, manque chronique de personnel, diminution des places de stage. Projet conjoint de la Haute école de santé (HEdS) et de la Faculté de médecine de l’UNIGE, le CIS réunit la compétence et l’expérience des enseignants des deux institutions; il accueillera chaque année près de 2'000 étudiant-e-s.

Jean-Dominique Vassalli, recteur de l’UNIGE, se réjouit de la collaboration entre l’alma mater et la HES-SO Genève, une collaboration qu’il considère comme « indispensable à l’amélioration nécessaire de la formation dans le domaine de la santé en Suisse romande». « Avec ce projet, le canton de Genève fait preuve d’audace en devenant le pionnier de la formation interprofessionnelle en Suisse romande », souligne pour sa part François Abbé-Decarroux, directeur général de la HES-SO Genève.

L’acquisition de ses mannequins de moyenne et haute fidélité, permettra au CIS de former des étudiant-e-s aux situations les plus complexes. Noëlle, l’un de ces mannequins de dernière génération, parle, cligne des paupières et accouche à la demande d’un bébé dont on choisit le sexe. Et lorsqu’il s’agit de pousser la simulation plus loin encore, des comédiens professionnels entrent en scène pour jouer des scénarios complexes écrits par les enseignant-e-s. « Mais la simulation n’est qu’un outil, la véritable clé, c’est l’interprofessionnalisme », rappelle Elisabeth Van Gessel, directrice du CIS.

Dans les salles du CIS en effet, des médecins, des sages-femmes, des infirmier-ères, des ingénieur-e-s en radiologie médicale vont travailler pour la première fois autour de scénarios communs. Il ne s’agit pas seulement d’une mutualisation, mais d’une véritable ouverture au savoir-faire de l’autre. « Les professionnels de la santé sont nombreux autour du patient, précise encore Elisabeth Van Gessel. C’est en comprenant mieux les compétences de chacun qu’ils pourront affronter chaque situation. C’est la sécurité du patient qui est en jeu. »

Les frais de fonctionnement du CIS sont couverts par le budget ordinaire des institutions partenaires, la HES-SO Genève et sa HEdS et l’UNIGE et sa Faculté de médecine. La création du centre et les investissements d’équipements ont été couverts grâce à un apport de 950'000 francs de la Fondation Wilsdorf.

Contact

Elisabeth Van Gessel,  tél. 022 379 51 50

21 novembre 2013
  2013