Campus 85

Dossier/spin-off

Une «Alliance» au service des PME

Stimuler l’innovation au sein des petites et moyennes entreprises, c’est l’objectif principal du consortium Alliance. Une structure lancée en octobre 2005, qui s’appuie aujourd’hui sur un réseau de 6000 chercheurs

S’appuyer sur les travaux menés dans les laboratoires de recherche publics pour stimuler l’innovation au sein des petites et moyennes entreprises (PME), c’est l’objectif principal d’Alliance. Lancé en octobre 2005, ce consortium regroupe les Universités de Genève, Lausanne et Neuchâtel, ainsi que l’EPFL, les Hautes écoles spécialisées de la Suisse occidentale, les Hôpitaux universitaires (HUG et CHUV), Swissmem* et l’Association Alliance**. Il bénéficie également du soutien de la Confédération, par le biais de l’Agence pour la promotion de l’innovation, du Secrétariat d’Etat à l’éducation et à la recherche et du SECO. Le projet, qui s’appuie sur un budget de 2,4 millions de francs, a jusqu’à fin 2007 pour faire ses preuves.

Les activités d’Alliance se concentrent plus particulièrement sur quatre domaines: les micro et nano technologies, les technologies de l’information et de la communication, les technologies biomédicales et les nouveaux matériaux.

Les conseillers technologiques du consortium exercent une double mission. Du côté des institutions, leur priorité est de déterminer où se trouvent les compétences susceptibles de répondre au mieux aux demandes des entreprises. Quant aux PME, qui n’ont généralement pas de département «recherche et développement», Alliance leur permet d’accéder, par le biais d’un interlocuteur unique, aux travaux des 6000 chercheurs membres du réseau.

Parmi les résultats déjà obtenus, on peut relever un projet lancé avec la Société d’instruments de précision de Genève (SIP), qui vise à moderniser un système de mesure de haute précision dont certains composants deviennent obsolètes. Autre exemple : la participation d’Alliance a un projet visant à modifier un appareil de traitement des déchets alimentaires. En quelques mois, le bioréacteur a vu son coût de production nettement abaissé et il a également été rendu plus écologique. Enfin, des contacts prometteurs pour le développement de super condensateurs destinés aux locomotives ont été pris avec Maxwell Technologies, une entreprise multinationale spécialisée dans le stockage d’énergie.

* Organisation faîtière de l’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux

** Partenaire de la plate-forme Alliance, l’association éponyme regroupe les différentes entreprises et organismes économiques désireux de la soutenir financièrement. Elle compte 140 membres à ce jour. Un comité respectant une représentation paritaire des milieux industriels et académiques en assure la direction.

Alliance