2018

09.03.18 - L'UNIGE et le FIFDH 2018

Web1140x570-UNIGE-FIFDH-2018.jpg

L’Université de Genève est heureuse de s’associer au Festival  du film et forum international sur les droits humains (FIFDH), cette année à nouveau, pour co-présenter plusieurs projections-débats en présence d’experts des milieux académiques, associatifs, humanitaires et internationaux. 


FILMMAKER, PHILANTHROPIST AND HUMAN RIGHTS ACTIVIST. A CONVERSATION WITH ABIGAIL DISNEY
VENDREDI 9 MARS | 12h15| UNI DUFOUR, salle U259

ANATOMIE DES GENRES
SAMEDI 10 MARS | 17h | ESPACE PITOËFF, Grande salle

FEMMES ISRAÉLIENNES ET PALESTINIENNE POUR LA PAIX
DIMANCHE 11 MARS | 13h45| ESPACE PITOËFF, Grande salle

ASILE: QUELLE PROTECTION POUR LES PERSONNES LGBT?
DIMANCHE 11 MARS | 14h | LE GRÜTLI, salle Simon

SILENCE, ELLES PARLENT
DIMANCHE 11 MARS | 20h30 | ESPACE PITOËFF, Grande salle

LA MÉMOIRE INDÉLÉBILE DES CRIMES
JEUDI 15 MARS | 18h15 | THÉÂTRE PITOËFF

BANGLADESH AND THE ROHINGYA CRISIS: WHAT SOLUTIONS?
JEUDI 15 MARS | 18h30 | UNI MAIL, salle MR070

"CHÈRE IJEAWELE...": LECTURE ET RENCONTRE AVEC CHIMAMANDA NGOZI ADICHIE
SAMEDI 17 MARS | 14h | ESPACE PITOËFF, Grande salle

L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE: OPPORTUNITÉ OU MENACE POUR LES DROITS HUMAINS?
SAMEDI 17 MARS | 17h30 | THÉÂTRE PITOËFF

QUI A DROIT À L'AUTODÉTERMINATION
DIMANCHE 18 MARS | 19h | ESPACE PITOËFF, Grande salle

THE OTHER ONE PERCENT
Du 9 mars au 1er avril | Uni Mail (Uni 3), Bd du Pont d'Arve 40, 1205 Genève


FILMMAKER, PHILANTHROPIST AND HUMAN RIGHTS ACTIVIST. A CONVERSATION WITH ABIGAIL DISNEY
VENDREDI 9 MARS | 12h15| UNI DUFOUR, salle U259

RENCONTRE
Abigail E. Disney is an Emmy-winning director and producer, philanthropist and the CEO and president of Fork Films. An active supporter of peacebuilding, she is passionate about advancing women's roles in the public sphere. Abigail’s films and series focus on social issues and spotlight extraordinary people who speak truth to power. 

In 2008, she and Gini Reticker made the widely acclaimed documentary Pray the devil back to hellPRAY, which is broadly credited with highlighting the achievements of Leymah Gbowee, who received a Nobel Peace Prize in 2011. In 2009, Abigail created Fork Films, and produced the series Women, War and Peace, Citizen Koch, which attacked the Tea Party, The Invisible War, which denounced sexual abuse in the military, as well as Cameraperson, Oscar winner for Best Documentary. In 2015, she directed The Armor of Light, denouncing the links between the pro-gun lobby and evangelical Christians. 

A passionante activist, the granddaughter of Walt Disney Company co-founder Roy O. Disney, she has publicly renounced her share of the family profits from an Israeli firm she claims is exploiting "occupied natural resources". She has  also publicly denounced the tax cuts of which she will benefit from in the US as well as the racism and sexism of her great-uncle, Walt Disney. 

With other committed women, she recently created Killer Contents, which is rumored to be acquiring the Weinstein Company.

Co-présenté par le FIFDH et le Global Studies Institute (GSI) de l'UNIGE

 

ANATOMIE DES GENRES
SAMEDI 10 MARS | 17h | ESPACE PITOËFF, Grande salle

Fille ou garçon ? La question est classique après une naissance, mais la réponse ne va pas toujours de soi. Certains enfants ne correspondent pas au standard féminin ou masculin, et naissent intersexué·es.

«Ils m’ont opérée pour m’enlever mes testicules, et dit à mes parents de me ramener à la maison et simplement de m’élever comme une fille…». Les corps intersexués défient notre conception du genre. Afin de «normaliser» ces personnes, les médecins réalisent des opérations : mutilations génitales et stérilisation, accompagnées de traitements hormonaux à vie. Les parents sont démunis et taisent leur honte. Devenu-es adultes, plusieurs personnes intersexes dénoncent désormais les opérations réalisées durant leur enfance, sans leur consentement. Elles réclament la garantie que chaque enfant aura la liberté de choisir son identité et le droit de grandir dans son corps de naissance. Sommes-nous prêts à revoir notre approche binaire du genre ?

Dans The Son I Never Had, Pidgeon Pagonis nous livre le récit à la première personne de son enfance, élevée dans le mensonge de son identité intersexuée. Le documentaire France : n’être ni fille ni garçon, de Barbara Lohr, revient sur le parcours d’activistes dans le combat contre les opérations non consenties, de la France à la Suisse.

FILMS
The Son I Never Had, de Pidgeon Pagonis (et éventuellement quelques vidéos-clips)
• France : n’être ni fille ni garçon, de Barbara Lohr

INTERVENANT-E-S
• Hanne Gaby Odiele, mannequin et activiste intersexe (Intersex Advocate and Model)
• Kimberly Zieselman, directrice exécutive de interACT (Executive Director of InterACT)
• Pidgeon Pagonis, réalisateur-rice et activiste intersexe (filmmaker and intersex activist (they/them)) 
• Blaise Meyrat, médecin au CHUV, service de chirurgie pédiatrie
• Modératrice : Isabelle Moncada, journaliste, RTS

Co-présenté par le FIFDH, the International Service for Human Rights (ISHR), le Service Agenda 21 - Ville durable de la Ville de Genève et le Service de l'égalité de l’UNIGE

Retransmission en direct

Plus d'infos

 

FEMMES ISRAÉLIENNES ET PALESTINIENNE POUR LA PAIX
DIMANCHE 11 MARS | 13h45| ESPACE PITOËFF, Grande salle

Carte blanche à Léo Kaneman, Fondateur et président d'honneur du FIFDH. Les initiatives du Women Wage Peace, la mobilisation des femmes israéliennes et des femmes palestiniennes du mouvement de résistance non violente est exemplaire. Leur seul objectif: la paix.

La situation en Israël et en Palestine est grave. Les tentatives de traités de paix ont échoué. La politique du gouvernement israélien encourage la colonisation des terres palestiniennes. Alors que faire dans un environnement géo-politique instable et menaçant ? Les mouvements de la société civile sont porteurs d'une lueur d'espoir. Un de leurs objectifs est d'éradiquer la haine et la peur de l'autre. Ils prônent ainsi une approche non violente du conflit basée sur l’écoute, la communication et la reconnaissance de l’Autre.

Julia Bacha, dans Naila and the Uprising, combine habilement l’animation avec des images d’archives pour raconter le parcours de Naila Ayesh et son rôle dans le soulèvement palestinien non-violent durant la Première Intifada.

INTRODUCTION
• Frédéric Esposito, politologue, chargé de cours au Global Studies Institute - UNIGE
• Massia Pougatsch, co-fondatrice et membre du comité de JCall Suisse
• François Barras, président de l’Institut des Cultures Arabes et Méditerranéennes (ICAM)

FILM
• Naila and the Uprising, de Julia Bacha qui participera à un Q&A à l'issue de la projection

INTERVENANT-E-S
• Angela Yantian, représentante israélienne du Women Wage Peace
• Amanda Alarja, psychologue palestinienne, thérapiste des arts expressifs et militante pacifiste 
• Modératrice : Laura Drompt, co-rédactrice en chef du journal Le Courrier

Co-présenté par le FIFDH, le mouvement Women Wage Peace, le Global Studies Institute de l’UNIGE (GSI), l’Institut des cultures arabes et méditerranéennes (ICAM) et JCall Suisse

Retransmission en direct

 

ASILE: QUELLE PROTECTION POUR LES PERSONNES LGBT?
DIMANCHE 11 MARS | 14h | LE GRÜTLI, salle Simon

Il-les sont à la fois réfugié-e-s et lesbiennes, gays, bi, trans*, intersexes, ou queer. Il-les subissent une stigmatisation due à leur situation de migration mais également à leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. L'interaction de ces deux facteurs crée des situations spécifiques de vulnérabilité. Comment aider aux mieux ces personnes, quand les ressources institutionnelles mises à disposition d’un des facteurs peuvent mettre à mal l’autre?

Précédée du documentaire Mr. Gay Syria, qui peint le tableau d’une lutte pour l’acceptation et la visibilité, cette discussion abordera la crise migratoire du point de vue de la communauté LGBT* et présentera le soutien apporté par des projets tels qu’Asile LGBT Genève, qui, à l’image des protagonistes du film, se bat pour accueillir et aider ces personnes dans l’intégralité de leur identité.

INTRODUCTION
Djemila Carron, co-fondatrice de la Law Clinic

FILM
Mister Gay Syria, de Ayşe Toprak

INTERVENANT-E-S
• 
Mahmoud Hassino, protagoniste du film, organisateur du concours Mister Gay Syria
• Rosida Koyuncu, Asile LGBT Genève
• Anne Arvy, Asile LGBT Genève
• Modération : Anne-Claire Adet

Co-présenté par le FIFDH et le Service Agenda 21 - Ville durable de la Ville de Genève, Asile LGBT Genève et la Law Clinic de l’UNIGE

 

SILENCE, ELLES PARLENT
DIMANCHE 11 MARS | 20h30 | ESPACE PITOËFF, Grande salle

L’affaire Weinstein a permis une prise de conscience collective et une libération sans précédent de la parole des femmes. L’édifice du sexisme pourrait-il s’effondrer ?

Un # et une enquête du New York Times ont globalisé leurs paroles. 2017 aura été l’année des femmes qui ont brisé le silence. Au-delà du harcèlement, c’est le sexisme - un rapport de pouvoir, une des attitudes discriminatoires les plus ancrées dans l’histoire et les cultures - qui semble s’effriter. Le harcèlement et les violences sexuelles sont sortis de la rubrique des faits divers pour devenir un sujet majeur d’actualité. Dans les médias traditionnels, dans les réseaux sociaux, les femmes s’expriment, dénoncent, et interrogent la domination masculine. Les femmes parlent, les hommes écoutent ? Les rapports de pouvoirs sont-ils enfin en train de se transformer ?

Dans le documentaire intime A Better Man, Attiya Khan confronte l’homme qui l’a violentée pendant des années et interroge le mécanisme des violences faites aux femmes.

INTRODUCTION
Un-e représentant-e de la Ville de Genève

FILM
A Better Man, de Attiya Khan et Lawrence Jackman

INTERVENANT-E-S
• Attiya Khan, co-réalisatrice de A Better Man, avocate et conseillère pour les femmes et les enfants victimes de violences domestiques (co-director of A Better Man and advocate and counselor for abused women and children)
• Marai Larasi, directrice exécutive de Imkaan, une organisation pour les femmes noires ou appartenant à une minorité ethnique
• Caroline de Haas, militante féministe et femme politique française
• Modératrice : Nancy Ypsilantis, journaliste, RTS

Co-présenté par le FIFDH, le Service Agenda 21 - Ville durable de la Ville de Genève, le Service égalité de l'UNIGE et UN Women

Plus d'infos

Retransmission en direct

 

LA MÉMOIRE INDÉLÉBILE DES CRIMES
JEUDI 15 MARS | 18h15 | ESPACE PITOËFF, grande salle

Comment justifier que la victime d’un crime de guerre ne puise pas demander réparation au nom de la raison d’Etat ? La compétence universelle est-elle une solution ?

Pensant alors faciliter sa transition vers la démocratie, l’Espagne avait décidé de décréter une amnistie pour les crimes commis durant la période du franquisme. Mais le temps n’atténue pas la douleur des victimes de tels crimes et de leur famille, il l’avive. Le recours au concept de compétence universelle, qui permet aux Etats de poursuivre des auteurs de crimes graves quel que soit le pays où ces crimes ont été commis, ont permis de mettre fin à l’impunité dont certains perpétrateurs avaient trop longtemps bénéficié. Ils sont aujourd'hui près de cinq cent espagnols, unis dans une plainte collective, à y avoir recours pour tenter de réparer une injustice insupportable.

The Silence of Others, de Almudena Carracedo et Robert Bahar, porte la chronique du long et difficile combat des victimes dans leur demande de réparation, de l’Espagne à l’Argentine.

FILM
The Silence of Others, de Almudena Carracedo et Robert Bahar

INTERVENANT-E-S
• Almudena Carracedo, réalisatrice de The Silence of Others (director of the The Silence of Others)
• Jose Maria "Chato" Galante, protagoniste du film
• Sévane Garibian, professeure de droit pénal international à l’Université de Genève, directrice du projet Right to Truth, Truth(s) through Rights: Mass Crimes Impunity and Transitional Justice

Co-présenté par le FIFDH, Trial et la Faculté de droit de l’UNIGE

Retransmission en direct

 

BANGLADESH AND THE ROHINGYA CRISIS: WHAT SOLUTIONS?

JEUDI 15 MARS | 18h30 | UNI MAIL, salle MR070

ROUND TABLE
Poverty, inequality and violence. The challenges in Bangladesh are already numerous. In just a few months, more than 690,000 refugees have arrived. Between emergency and development, what assistance is Switzerland providing? From the International Community to the Swiss engagement, their actions are highlighted in this panel.

PANELISTS
• Thomas Gass, Ambassador, Assistant Director General, Head of South Cooperation Department, SDC
• Shameem Ahsan, Ambassador and Permanent Representative of the People's Republic of Bangladesh

• Volker Turk, Assistant High Commissioner for Protection, UNHCR
• Doris Schopper, CERAH Director
• Julien Lerisson, ICRC Coordinator Bangladesh Representative
• Modération : Nathalie Randin, Journalist

The round table will be followed by a cocktail.

Co-presented by the FIFDH, the Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC) and  the Geneva Centre for education and research in humanitarian action (CERAH)

Télécharger le flyer A5

 

"CHÈRE IJEAWELE...": LECTURE ET RENCONTRE AVEC CHIMAMANDA NGOZI ADICHIE
SAMEDI 17 MARS | 14h | ESPACE PITOËFF, Grande salle

"Voici ce qui devrait être ton postulat de base : je compte. Je compte autant. Pas «à condition que». Pas «tant que». Je compte autant. Un point c’est tout". Chimamanda Ngozi Adichie

Chimamanda Ngozi Adichie est l’une des plumes majeures de la littérature contemporaine, auteure de L’Hibiscus pourpre, de L’Autre moitié du soleil et du best seller Americanah. Elle est lue et admirée dans le monde entier, et sa conférence TED transcrite en essai We should all be feminists a été samplée par Beyoncé.

L’écrivaine nigériane sera au FIFDH pour un événement exceptionnel, mis en scène par la genevoise Nalini Menamkat, autour de son tout dernier ouvrage Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe, une missive que l’auteure a rédigée pour une amie qui vient de mettre au monde une petite fille.

LECTURE
Parmi les lectrices, les comédiennes Aissa Maiga et Leila Alaouf, la cantatrice Barbara Hendricks et douze femmes de Genève, de tous âges et de toutes origines. Chacune lira des fragments du texte dans sa propre langue maternelle, soit 15 langues en tout. Chimamanda NA traduira et lira l’un des chapitres dans sa propre langue maternelle, l’igbo.

La lecture sera suivie d’une discussion entre l’auteure et le journaliste Sylvain Bourmeau, journaliste et producteur de l’émission La Suite dans les Idées sur France Culture.

Co-présenté par le FIFDH, les éditions Gallimard, l’Organisation Internationale de la Francophonie, Payot Libraire et le Service Egalité de l’UNIGE

Avec le soutien de l’Aéroport de Genève

Plus d'infos

 

L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE: OPPORTUNITÉ OU MENACE POUR LES DROITS HUMAINS?
SAMEDI 17 MARS | 17h30 | THÉÂTRE PITOËFF

L’IA, l’intelligence artificielle, est déjà omniprésente, dans nos smartphones, nos applications, et nos moteurs de recherche.

Elle est aujourd'hui, avec les robots, les algorithmes et le big data, de toutes les conversations. De quel rêve est-elle née ? A quelle fin ? Les recherches dans l’IA sont aujourd'hui financées par des milliards d’investissements. Mais comment s’assurer que les machines programmées par des êtres humains respectent l’éthique et effectuent des choix moraux ? L’IA et le big data serviront-ils un jour a identifier de manière préemptive et supposée des individus et à les déclarer suspects ? A réduire la liberté d’expression et la dissidence ? A sélectionner et à trier les migrant-e-s et les réfugié-e-s  ? Ou ceux qui auront droit à une éducation ? Ou à des soins ?

Le rêve de toutes les polices du monde est sans doute d’identifier le suspect d’un crime avant qu’il ne le commette. Pre Crime, de Matthias Heeder et Monika Hielscher, montre comment on s’en approche.

FILM
Pre Crime, de Matthias Heeder et Monika Hielscher.

INTERVENANT-E-S
• Lorna McGregor​, professeure de droit à l’université de Essex, co-directrice d’un projet sur les droits humains, les big data et la technologie (law professor at the University of Essex and co-director and principal investigator of a project on human rights, big data and technology)
• Flynn Coleman, avocate des droits humains, auteur et entrepreneure sociale (International human rights lawyer, author and social entrepreneur) 
• Solange Ghernaouti, professeure à l'université de Lausanne et experte internationale en cybersécurité et cyberdéfense 
• Modérateur : Bruno Giussani, curateur global de TED et président du Conseil de Fondation du FIFDH 

Co-présenté par le FIFDH et l'Académie de droit international humanitaire et de droits humains à Genève (ADH)

 

QUI A DROIT À L'AUTODÉTERMINATION
DIMANCHE 18 MARS | 19h | ESPACE PITOËFF, Grande salle

Kosovo, Ecosse, Kurdistan d’Irak, Catalogne: tous invoquent un droit considéré comme fondamental, le droit à l’autodétermination des peuples.

En 2008, la proclamation d’indépendance du Kosovo, reconnue par plusieurs Etats, a pavé la voie de plusieurs régions abritant des mouvements séparatistes, en invoquant le droit à l’autodétermination. Alors que les proclamations récentes d’indépendance unilatérales du Kurdistan irakien et de la Catalogne sont catégoriquement rejetées par les pouvoirs centraux irakien et espagnol, et fortement réprimées, les mécanismes d’application et de garantie de ce droit semblent obsolètes. Assistons-nous à une évolution du droit à l’autodétermination, jusqu'à maintenant réservé au contexte de la décolonisation ? Face aux Etats, les peuples s’organisent.

Catalogne : l’Espagne au bord de la crise de nerfs, de Sylvain Louvet, revient sur les origines de l’indépendantisme catalan et donne la parole à tous les protagonistes, indépendantistes et unionistes, afin de décrypter les enjeux d’une crise majeure.

FILM
Catalogne : l’Espagne au bord de la crise de nerfs, de Sylvain Louvet

INTERVENANT-E-S
• Carles Puigdemont, dirigeant indépendantiste catalan
• Micheline Calmy-Rey, professeure invitée au GSI, UNIGE et ancienne présidente de la Confédération suisse
• Leïla Shahid, ancienne ambassadrice de la Palestine auprès de l'Union européenne, de la Belgique et du Luxembourg
• Nicolas Levrat, directeur du Département de droit international et organisation internationale, UNIGE
• Modérateurs : Darius Rochebin, journaliste, RTS, et Philippe Mottaz, responsable éditorial du forum 

Co-présenté par le FIFDH, et le Global Studies Institute (GSI) de l’UNIGE

Retransmission en direct

 

THE OTHER ONE PERCENT
Du 9 mars au 1er avril | Uni Mail (au centre du hall du rez de chaussée), Bd du Pont d'Arve 40, 1205 Genève

EXPOSITION
Alors que l’on compte actuellement plus de 65 millions de réfugiés, seul un réfugié sur cent en âge d'aller à l'université y a accès. Cette exposition retrace les destins d'étudiants réfugiés au Kenya, en Jordanie et au Rwanda ayant pris le contrôle de leurs vies malgré les statistiques, les obstacles ou les étiquettes. Ces histoires sont celles d'individus qui n’ont pas laissé leur statut de réfugié définir ce qu’ils sont, et celles de bourses d’études et d'enseignements à distance qui les soutiennent dans leurs chemins vers une vie plus prometteuse. Présent depuis de nombreuses années dans la Corne de l’Afrique, et depuis 2016 également en Jordanie, le Centre InZone de l’Université de Genève est l’un des principaux acteurs de la formation tertiaire en situation d’urgence.

Co-présenté par le UNHCR et le Centre InZone de l'UNIGE

 

There are currently more than 65 million refugees, but only one percent of those of university-going age has access to higher education. The exhibition THE OTHER ONE PERCENT retraces the fates of refugee students in Kenya, Jordan and Rwanda, who have taken back control of their lives despite all of the statistics, obstacles or labels. These stories are those of individuals who have not allowed their status as refugees to define who they are, stories of study grants and virtual learning that have supported them on their paths to more promising lives. Active for a number of years now in the Horn of Africa, as well as in Jordan since 2016, the InZone Centre of the University of Geneva is one of the principal players in higher education in emergencies.

A joint exhibition presented by UNHCR and the InZone Centre of UNIGE in association with the International Film Festival and Forum on Human Rights (FIFDH) 2018.

 


Festival du film et forum international sur les droits humains 

Du 9 au 18 mars 2018

Accéder au programme complet du festival

 

9 mars 2018
  2018