Dans un temps préoccupé de mémoire et d'identité, il n'est pas surprenant que les civilisations antiques jouissent d'un regain d'intérêt: laboratoire des formes premières de nos cultures (systèmes politiques, arts et techniques, littératures, philosophie, religions, etc.), l'Antiquité proche-orientale et gréco-romaine suscite des questions d'actualité.

A la fois étrange et familière, elle représente aussi, pour l'étudiant et le chercheur, l'occasion de "se" penser "autre".

samaal


Notre Département offre, dans le cadre assez rare d'une unité organique, un ensemble d'enseignements qui couvrent l’Égypte, le Proche-Orient ancien, la Grèce et Rome, du 3e millénaire av. J.-C. à l'aube de la civilisation médiévale.

Le Département des sciences de l’Antiquité de l’Université de Genève réunit sept unités couvrant aussi bien l’Occident que l’Orient antiques. La Grèce et Rome s’allient en effet à l’Égypte et à la Mésopotamie. Le lien est en outre assuré par des unités à caractère transversal, comme l’archéologie classique, l’histoire ancienne et l’histoire des religions.

Les étudiant(e)s disposent d’une grande marge de manœuvre pour combiner diverses disciplines dans leur programme d’études, en suivant des approches variées : études de la littérature et des théories littéraires, sources écrites documentaires (inscriptions et papyrus), supports matériels (images, monnaies, bâtiments etc.), analyse comparatiste, anthropologie.

Pour le Bachelor (BA), le Règlement d’études de la Faculté des lettres permet de choisir librement les deux disciplines : l’étudiant(e) peut ainsi concentrer ses efforts entièrement sur le monde antique, ou au contraire combiner une discipline relevant de l’Antiquité avec une seconde représentée dans un autre Département de la Faculté.

Chacune des disciplines présentes dans le Département des sciences de l’Antiquité peut donc être choisie de manière autonome, aussi bien pour le Bachelor (BA) que le Master (MA) ou le doctorat.

Il existe cependant aussi un plan d’études transversal pour l’Antiquité gréco-romaine, permettant à un(e) étudiant(e) de construire un programme riche et cohérent, en suivant une structure très simple.

Ce programme, intitulé « Études classiques », implique au niveau du BA le choix de trois disciplines parmi les cinq suivantes : grec, latin, archéologie classique, histoire ancienne, histoire des religions. Une seule contrainte : l’étudiant(e) doit choisir au moins l’une des deux langues et littératures classiques (le grec ou le latin), afin d’avoir accès aux sources écrites dans leur support original.

Au niveau du MA, l’étudiant(e) peut choisir l’une des trois disciplines retenues au BA. Elle/il complétera en outre sa formation par des modules dans les deux disciplines omises au niveau du BA.

Un plan comparable est consacré aux études proche-orientales: les « Études de l'Orient méditerranéen ancien » combinent les possibilités d'enseignement de nos unités avec en outre l'apport d'autres départements et de la faculté de théologie. Il réunit sept disciplines touchant à l'Orient ancien: arabe, Égypte ancienne, hébreu, histoire des religions, Mésopotamie, grec et arménien. Parmi ces disciplines l'étudiant(e) en BA choisit trois branches principales + deux modules à option parmi les disciplines restantes. Au MA, les disciplines se réduisent à deux + un module à option + un mémoire en principe inter-disciplinaire.

top