Revues du ciné-club

Rock Latitude

2006_ccu_rock_latitude_thumb.png

Rock Latitude

La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2006

Édito

Dès 1955 débute une histoire à deux entre le Rock and roll et le cinéma, deux formes d'expression artistique qui vont évoluer ensemble. Le cycle que nous proposons trace la trajectoire de la musique rock et son impact sur la société et dans le cinéma.

Les trois premiers films sont marquants dans l'évolution du rapport Cinéma et Rock. Graine de violence, de Richard Brooks, va créer un véritable genre cinématographique: des jeunes collégiens détruisent des disques de jazz, pour imposer le «Rock Around the Clock» de Bill Haley and the Comets, et remettent en cause l'ordre établi sous la bannière du rock. Dans A Hard Day's Night, Richard Lester présente, par le biais d'un scénario, chacune des chansons qui constituent l'album des Beatles du même nom, préfigurant ainsi le clip-cinéma. One Plus One de Jean-Luc Godard illustre, en filmant l'enregistrement d'une chanson des Stones, le rapport entre rock, révolte, politique et société. Véritable ovni de l’espace Ciné-rock, ce film témoigne cependant du changement fondamental du genre à la fin des années 60: l’engagement du rock documenté par le cinéma.

Dans un autre registre, les films-concert occupent une place majeure dans le Ciné-rock: Gimme Shelter, Woodstock, The Song Remains the Same, Stop Making Sense, Rattle and Hum, cinq manières de filmer et de rendre l'atmosphère d'un spectacle scénique. En effet, «rien de plus facile, croit-on, que de filmer des musiciens en concert. […] Mais la réalité n'est pas si simple. Le cinéma a son langage, la musique aussi, et ils ne vont pas forcément de pair. […] Un concert filmé est aussi difficile à tourner qu'un film d'Antonioni ou de Kubrick [...] Cela s'apprend, se cultive. »

Sexe, drogue et rock and roll: qui mieux que l’Opéra- Rock a su restituer la transgression des tabous sociaux dans des univers saugrenus et déjantés? Écrit, composé et interprété par les Who, Tommy verse dans la provocation. Ce film, réalisé par Ken Russel, est pour lui l'occasion de donner libre cours à un délire visuel rarement égalé. L'autre Opéra-Rock proposé dans ce cycle, The Wall des Pink Floyd, réalisé par Alan Parker, mêle l’animation à l’action filmée, l’autobiographie à la fiction, les souvenirs et les fantasmes, autour de thèmes tels que la guerre, l'éducation répressive, le culte de la personnalité et la folie.

Le Rock and roll s’intègre dans une histoire, que le cinéma a également mis en scène. The Blues Brothers témoigne ainsi des origines du rock, le Rhythm and Blues. Le futur, lui, réside dans le métissage des musiques traditionnelles et modernes. Crossing the Bridge fait le pont entre l'Occident et l'Orient, le documentaire et le Ciné-rock, le passé et le présent, et nous montre jusqu’à quel point le rock est devenu un phénomène transnational. La musique rock est l’une des formes de communication parmi les plus riches et profondes que la société a su développer. Rock Latitude en propose ici une illustration.

Sommaire

  • Abderrahmane Bekiekh, Briana Berg, Guido Ferretti, Édito, p.1
  • Briana Berg, Petite histoire du ciné-rock, pp.3-5
  • Lysianne Léchot Hirt, It’s only rock’n’roll, but I like it, pp.9-10

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Rock Latitude. Octobre 2006 (3).

Pour citer un article de la Revue

Léchot Hirt, Lysianne. (2006). It’s only rock’n’roll, but I like it. La Revue du Ciné-club universitaire: Rock Latitude., octobre 2006 (3), 9-10

Production

Ciné-club universitaire

cineclub(at)unige.ch

022 379 77 24

Array
(
    [0] => stdClass Object
        (
            [meta] => stdClass Object
                (
                    [id_group] => 12357
                    [nb] => 1
                    [group_name] => Rock Latitude
                    [group_url] => rock-latitude
                    [group_sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2006
                    [gestionnaires] => Array
                        (
                            [0] => stdClass Object
                                (
                                    [id_personne] => 8514
                                    [nom] => Ciné-club universitaire
                                    [prenom] => 
                                    [email] => cineclub@unige.ch
                                    [tel] => 022 379 77 24
                                    [url] => 
                                    [id_gestion] => 5
                                    [libelle] => Production
                                    [privacy] => 0
                                )

                        )

                    [periode_span_debut] => 2006-10-01 00:00:00
                    [periode_span_fin] => 2006-10-01 00:00:00
                    [group_tags_matiere] => Array
                        (
                            [0] => cinéma
                        )

                    [key_flagship] => 0
                    [id_flagship] => 12357
                    [date] => stdClass Object
                        (
                            [periodes_effectives] => 1
                        )

                )

            [group] => Array
                (
                    [0] => stdClass Object
                        (
                            [error] => 
                            [id_prestation] => 12357
                            [id_originale] => 
                            [titre] => Rock Latitude
                            [titre_url] => rock-latitude
                            [sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2006
                            [periode_span_debut] => 2006-10-01 00:00:00
                            [periode_span_fin] => 2006-10-01 00:00:00
                            [periode_nb] => 1
                            [periode_popularity_id] => 71903
                            [periode_popularity_percent] => 1
                            [periode_popularity] => 2006-10-01 00:00:00
                            [chapo] => 
                            [corps] => 

Édito

Dès 1955 débute une histoire à deux entre le Rock and roll et le cinéma, deux formes d'expression artistique qui vont évoluer ensemble. Le cycle que nous proposons trace la trajectoire de la musique rock et son impact sur la société et dans le cinéma.

Les trois premiers films sont marquants dans l'évolution du rapport Cinéma et Rock. Graine de violence, de Richard Brooks, va créer un véritable genre cinématographique: des jeunes collégiens détruisent des disques de jazz, pour imposer le «Rock Around the Clock» de Bill Haley and the Comets, et remettent en cause l'ordre établi sous la bannière du rock. Dans A Hard Day's Night, Richard Lester présente, par le biais d'un scénario, chacune des chansons qui constituent l'album des Beatles du même nom, préfigurant ainsi le clip-cinéma. One Plus One de Jean-Luc Godard illustre, en filmant l'enregistrement d'une chanson des Stones, le rapport entre rock, révolte, politique et société. Véritable ovni de l’espace Ciné-rock, ce film témoigne cependant du changement fondamental du genre à la fin des années 60: l’engagement du rock documenté par le cinéma.

Dans un autre registre, les films-concert occupent une place majeure dans le Ciné-rock: Gimme Shelter, Woodstock, The Song Remains the Same, Stop Making Sense, Rattle and Hum, cinq manières de filmer et de rendre l'atmosphère d'un spectacle scénique. En effet, «rien de plus facile, croit-on, que de filmer des musiciens en concert. […] Mais la réalité n'est pas si simple. Le cinéma a son langage, la musique aussi, et ils ne vont pas forcément de pair. […] Un concert filmé est aussi difficile à tourner qu'un film d'Antonioni ou de Kubrick [...] Cela s'apprend, se cultive. »

Sexe, drogue et rock and roll: qui mieux que l’Opéra- Rock a su restituer la transgression des tabous sociaux dans des univers saugrenus et déjantés? Écrit, composé et interprété par les Who, Tommy verse dans la provocation. Ce film, réalisé par Ken Russel, est pour lui l'occasion de donner libre cours à un délire visuel rarement égalé. L'autre Opéra-Rock proposé dans ce cycle, The Wall des Pink Floyd, réalisé par Alan Parker, mêle l’animation à l’action filmée, l’autobiographie à la fiction, les souvenirs et les fantasmes, autour de thèmes tels que la guerre, l'éducation répressive, le culte de la personnalité et la folie.

Le Rock and roll s’intègre dans une histoire, que le cinéma a également mis en scène. The Blues Brothers témoigne ainsi des origines du rock, le Rhythm and Blues. Le futur, lui, réside dans le métissage des musiques traditionnelles et modernes. Crossing the Bridge fait le pont entre l'Occident et l'Orient, le documentaire et le Ciné-rock, le passé et le présent, et nous montre jusqu’à quel point le rock est devenu un phénomène transnational. La musique rock est l’une des formes de communication parmi les plus riches et profondes que la société a su développer. Rock Latitude en propose ici une illustration.

Sommaire

  • Abderrahmane Bekiekh, Briana Berg, Guido Ferretti, Édito, p.1
  • Briana Berg, Petite histoire du ciné-rock, pp.3-5
  • Lysianne Léchot Hirt, It’s only rock’n’roll, but I like it, pp.9-10
[remarque] =>

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Rock Latitude. Octobre 2006 (3).

Pour citer un article de la Revue

Léchot Hirt, Lysianne. (2006). It’s only rock’n’roll, but I like it. La Revue du Ciné-club universitaire: Rock Latitude., octobre 2006 (3), 9-10

[annule] => 0 [date_nb] => 1 [inscr_date_debut] => [inscr_date_fin] => [participant_min] => 0 [participant_max] => 0 [participant_cardinalite] => 1 [id_regle] => [participant_current] => 0 [difficulte_rang] => [difficulte] => [tag_structure] => document [tag_matiere] => cinéma [dates] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_periode] => 71903 [date_debut] => 2006-10-01 00:00:00 [date_fin] => 2006-10-01 00:00:00 [id_periode_libelle] => [periode_ponderation] => [periode_libelle] => [lieu_id] => [lieu_libelle] => [lieu_rue] => [lieu_num] => [lieu_localite] => [lieu_npa] => [lieu_x] => [lieu_y] => [lieu_acces] => ) ) [gestionnaires] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) [prix] => Array ( ) [liens] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_lien] => 62 [position] => [libelle] => La Revue du Ciné-club universitaire: Rock Latitude. Octobre 2006 [url] => //www.unige.ch/dife/index.php/download_file/10102/ [embed_status] => 0 [embed] => ) ) [class_of_managers] => Array ( [5] => stdClass Object ( [libelle] => Production [members] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) ) ) ) ) ) )