Revues du ciné-club

Utopies Chroniques

2005_ccu_utopies_chroniques_thumb.png

Utopies Chroniques

La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2005

Édito

Améliorer la société dans laquelle nous vivons? Vivre en harmonie? Établir le bonheur pour tous? Les films que nous avons choisi de vous montrer posent des questions anciennes sur la relation de l’humain avec le monde, de l’individu dans la société et du meilleur gouvernement possible.

Certains des films postulent que l’homme peut trouver des solutions pour vivre heureux dans des cités idéales, ce sont des utopies positives. Nombres de philosophes et d’auteurs tels Thomas More, Fourier ou Campanella ont établi des projets de cités heureuses et bien gouvernées.

Les utopies ont leurs pendants négatifs, ce sont les dystopies. Elles proposent une vision pessimiste et sombre de l’avenir des humains, soumis à une société tyrannique. Le système social n’est pas au service des humains, mais à l’inverse ceux-ci sont au service du système.

La démarcation entre les pôles positifs et négatifs de l’utopie n’est pas nette. En cherchant la perfection et le contrôle absolu de tous les éléments de la société, les utopies positives finissent par ressembler furieusement à des régimes totalitaires. On peut très bien voir le film 1984 (tiré du roman éponyme de Georges Orwell) avec l'idée qu'à l'origine, le système proposé avait un but positif: assurer la sécurité de tous et la stabilité de la société. Le système qui se voulait parfait s'est emballé, et fait passer sa propre survie avant celle des individus qui le composent.

Les films choisis montrent des moments différents de l'utopie. On trouve notamment des utopies en projet ou train de se faire. Jonas qui aura 25 ans en l’an 2000 d’Alain Tanner en est un bon exemple, car les personnages qui ne se connaissent pas au début vont finir pas vivre ensemble et créer une petite société. Le film 2069 de Fredi Murer illustre une utopie aboutie, où la population «s’auto surveille». Alphaville de Jean-Luc Godard évoque le démantèlement d’un système qui fonctionne avant l’arrivée d’un étranger qui enquête sur le gouvernement de cette société utopique.

Dans le monde d’aujourd’hui, les progrès technologiques et scientifiques sont là pour nous rendre la vie plus belle, le développement des techniques de traitement de l’information paraît activer les espérances utopiques en proposant des échanges planétaires. Des utopies, portant sur les manières d’habiter, de travailler, de vivre ensemble, surgissent régulièrement, dans la lignée de l’époque de Mai 68.

L’utopie revient dans l’air du temps de façon récurrente. Aujourd’hui pas moins que demain, il est particulièrement important de s’interroger sur notre société. La réflexion peut être ouverte ou poursuivie par l’intermédiaire des films que nous vous proposons. Bonnes projections!

Sommaire

  • Leila Amacker, Édito, p.1
  • Frédéric Favre, Voyage dans l’espace-temps utopique, p.3
  • Vincent Clavien, The Truman Show, pp.7-8
  • Entretien avec Alain Tanner, propos recueillis par Leïla Amacker et Marie Velardi, pp.10-11
  • Frédéric Favre, Dystopie sociale versus utopie amoureuse dans Alphaville de Godard, pp.14-15
  • Frédéric Favre, Psychanalyse de l’utopie, pp.18-19
  • Antoine Mathys, La Commune, Peter Watkins, 1999, p.22

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Utopies Chroniques. Octobre 2005 (3).

Pour citer un article de la Revue

Clavien, Vincent. (2005). The Truman Show. La Revue du Ciné-club universitaire: Utopies Chroniques., octobre 2005 (3), 7-8

Production

Ciné-club universitaire

cineclub(at)unige.ch

022 379 77 24

Array
(
    [0] => stdClass Object
        (
            [meta] => stdClass Object
                (
                    [id_group] => 12363
                    [nb] => 1
                    [group_name] => Utopies Chroniques
                    [group_url] => utopies-chroniques
                    [group_sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2005
                    [gestionnaires] => Array
                        (
                            [0] => stdClass Object
                                (
                                    [id_personne] => 8514
                                    [nom] => Ciné-club universitaire
                                    [prenom] => 
                                    [email] => cineclub@unige.ch
                                    [tel] => 022 379 77 24
                                    [url] => 
                                    [id_gestion] => 5
                                    [libelle] => Production
                                    [privacy] => 0
                                )

                        )

                    [periode_span_debut] => 2005-10-01 00:00:00
                    [periode_span_fin] => 2005-10-01 00:00:00
                    [group_tags_matiere] => Array
                        (
                            [0] => cinéma
                        )

                    [key_flagship] => 0
                    [id_flagship] => 12363
                    [date] => stdClass Object
                        (
                            [periodes_effectives] => 1
                        )

                )

            [group] => Array
                (
                    [0] => stdClass Object
                        (
                            [error] => 
                            [id_prestation] => 12363
                            [id_originale] => 
                            [titre] => Utopies Chroniques
                            [titre_url] => utopies-chroniques
                            [sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2005
                            [periode_span_debut] => 2005-10-01 00:00:00
                            [periode_span_fin] => 2005-10-01 00:00:00
                            [periode_nb] => 1
                            [periode_popularity_id] => 71933
                            [periode_popularity_percent] => 1
                            [periode_popularity] => 2005-10-01 00:00:00
                            [chapo] => 
                            [corps] => 

Édito

Améliorer la société dans laquelle nous vivons? Vivre en harmonie? Établir le bonheur pour tous? Les films que nous avons choisi de vous montrer posent des questions anciennes sur la relation de l’humain avec le monde, de l’individu dans la société et du meilleur gouvernement possible.

Certains des films postulent que l’homme peut trouver des solutions pour vivre heureux dans des cités idéales, ce sont des utopies positives. Nombres de philosophes et d’auteurs tels Thomas More, Fourier ou Campanella ont établi des projets de cités heureuses et bien gouvernées.

Les utopies ont leurs pendants négatifs, ce sont les dystopies. Elles proposent une vision pessimiste et sombre de l’avenir des humains, soumis à une société tyrannique. Le système social n’est pas au service des humains, mais à l’inverse ceux-ci sont au service du système.

La démarcation entre les pôles positifs et négatifs de l’utopie n’est pas nette. En cherchant la perfection et le contrôle absolu de tous les éléments de la société, les utopies positives finissent par ressembler furieusement à des régimes totalitaires. On peut très bien voir le film 1984 (tiré du roman éponyme de Georges Orwell) avec l'idée qu'à l'origine, le système proposé avait un but positif: assurer la sécurité de tous et la stabilité de la société. Le système qui se voulait parfait s'est emballé, et fait passer sa propre survie avant celle des individus qui le composent.

Les films choisis montrent des moments différents de l'utopie. On trouve notamment des utopies en projet ou train de se faire. Jonas qui aura 25 ans en l’an 2000 d’Alain Tanner en est un bon exemple, car les personnages qui ne se connaissent pas au début vont finir pas vivre ensemble et créer une petite société. Le film 2069 de Fredi Murer illustre une utopie aboutie, où la population «s’auto surveille». Alphaville de Jean-Luc Godard évoque le démantèlement d’un système qui fonctionne avant l’arrivée d’un étranger qui enquête sur le gouvernement de cette société utopique.

Dans le monde d’aujourd’hui, les progrès technologiques et scientifiques sont là pour nous rendre la vie plus belle, le développement des techniques de traitement de l’information paraît activer les espérances utopiques en proposant des échanges planétaires. Des utopies, portant sur les manières d’habiter, de travailler, de vivre ensemble, surgissent régulièrement, dans la lignée de l’époque de Mai 68.

L’utopie revient dans l’air du temps de façon récurrente. Aujourd’hui pas moins que demain, il est particulièrement important de s’interroger sur notre société. La réflexion peut être ouverte ou poursuivie par l’intermédiaire des films que nous vous proposons. Bonnes projections!

Sommaire

  • Leila Amacker, Édito, p.1
  • Frédéric Favre, Voyage dans l’espace-temps utopique, p.3
  • Vincent Clavien, The Truman Show, pp.7-8
  • Entretien avec Alain Tanner, propos recueillis par Leïla Amacker et Marie Velardi, pp.10-11
  • Frédéric Favre, Dystopie sociale versus utopie amoureuse dans Alphaville de Godard, pp.14-15
  • Frédéric Favre, Psychanalyse de l’utopie, pp.18-19
  • Antoine Mathys, La Commune, Peter Watkins, 1999, p.22
[remarque] =>

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Utopies Chroniques. Octobre 2005 (3).

Pour citer un article de la Revue

Clavien, Vincent. (2005). The Truman Show. La Revue du Ciné-club universitaire: Utopies Chroniques., octobre 2005 (3), 7-8

[annule] => 0 [date_nb] => 1 [inscr_date_debut] => [inscr_date_fin] => [participant_min] => 0 [participant_max] => 0 [participant_cardinalite] => 1 [id_regle] => [participant_current] => 0 [difficulte_rang] => [difficulte] => [tag_structure] => document [tag_matiere] => cinéma [dates] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_periode] => 71933 [date_debut] => 2005-10-01 00:00:00 [date_fin] => 2005-10-01 00:00:00 [id_periode_libelle] => [periode_ponderation] => [periode_libelle] => [lieu_id] => [lieu_libelle] => [lieu_rue] => [lieu_num] => [lieu_localite] => [lieu_npa] => [lieu_x] => [lieu_y] => [lieu_acces] => ) ) [gestionnaires] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) [prix] => Array ( ) [liens] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_lien] => 64 [position] => [libelle] => La Revue du Ciné-club universitaire: Utopies Chroniques. Octobre 2005 [url] => //www.unige.ch/dife/index.php/download_file/10100/ [embed_status] => 0 [embed] => ) ) [class_of_managers] => Array ( [5] => stdClass Object ( [libelle] => Production [members] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) ) ) ) ) ) )