Unité d'archéologie classique

Sylvian Fachard

Photo
Prof Sylvian FACHARD

Université de Lausanne
Bourse Ambizione FNS (2012-2016)

Courriel


Curriculum vitae

Sylvian Fachard a obtenu sa thèse de doctorat à l'université de Lausanne en 2009. Entre 2002 et 2011 il fut le Secrétaire scientifique de l'Ecole suisse d'archéologie en Grèce, puis Fellow au Center for Hellenic Studies (Havard) pour l'année académique 2011-2012. Il a enseigné une année à l'université de Brown (Joukowsky Institute for Archaeology & the Ancient World) en tant que Postdoctoral Fellow. Il est actuellement au bénéfice d'une bourse de recherche du Fonds national suisse de la recherche scientifique ("Ambizione") et rattaché à l'Unité d'archéologie classique du Département en tant que collaborateur scientifique.

Spécialiste des fortifications et des territoires des cités grecques, il s'intéresse également de près à l'étude des frontières, à l'économie rurale antique et à l'apport des SIG (Systèmes d'Information Géographique) à l'archéologie des régions. Il a dirigé de nombreuses fouilles et prospections en Eubée (en particulier à Erétrie et sur plusieurs sites de son territoire). Ses recherches portent également sur les fortifications de l’Aspis à Argos (pour le compte de l’Ecole française d’Athènes), dont il prépare la publication en collaboration avec G. Touchais.

Sa thèse de doctorat (La défense du territoire d’Erétrie. Etude de la chôra et de ses fortifications) fut publiée en 2012 dans la série ERETRIA (volume XXI). L'ouvrage a été couronné de la Médaille Georges Perrot par l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de l’Institut de France. Il a co-édité le volume Erétrie. Guide de la cité antique (2004) en compagnie de P. Ducrey, D. Knoepfler et. alii, ainsi que le catalogue de l’exposition « Eretria » (Ερέτρια: ματιές σε μια αρχαία πόλη, 2010) au Musée archéologique national d’Athènes avec N. Kaltsas, M. Giannopoulou et A. Psalti.

Les recherches de S. Fachard portent actuellement sur les frontières de l’Attique. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces dernières n’ont jamais été étudiées dans le détail. Des segments de la frontière ou des types de vestiges ont certes attiré l’attention des chercheurs depuis plus d’un siècle, mais il n’existe pas à ce jour une étude géoarchéologique et historique des frontières de l’Attique. Le projet, financé par le FNS, a pour but de combler cette lacune, en offrant une étude des délimitations successives du territoire athénien, documentant les causes et examinant les conséquences d’un point de vue politique, religieux et économique, entre les époques archaïque et romaine. Le projet comprend notamment la mise sur pied d’un SIG de l’Attique. Des informations supplémentaires sont disponibles à l’adresse http://www.bordersofattica.org.


Ancien-ne-s colloaboratrices et collaborateurs scientifiques