UNITES DE RECHERCHE

Unité de Psychologie Clinique Interculturelle et Interpersonnelle

logo

La psychologie clinique interculturelle est une approche qui se propose d’induire une réflexion autour de la prise en compte de la dimension socioculturelle dans l'évaluation et l'intervention en psychologie clinique. Elle se centre sur les effets psychologiques de la migration, sur les transitions entre contextes de vie pré et post-migratoires et sur la construction de l’interculturalité. Elle étudie des phénomènes qui se rapportent à différents niveaux :

  • Au niveau théorique d’abord, la différence culturelle interroge nos conceptions dans le domaine de la psychologie, de la psychopathologie, de la psychothérapie et dans tout ce qui a trait aux relations interpersonnelles. Elle questionne ainsi l’universalité de nos normes, outils et modèles occidentaux.
  • Au niveau des pratiques ensuite, la psychologie clinique interculturelle propose une description de la dynamique enclenchée par la migration, incitant à prendre en compte à la fois les facteurs individuels et contextuels qui influencent la santé mentale des personnes qui consultent. De même, elle met en évidence les difficultés et les écueils des interactions au cours d’une intervention et propose des pistes pour y remédier.
  • Au niveau du projet de société, enfin, l’interculturalité est avant tout un appel à la tolérance et à la décentration.

Les recherches menées à l'Unité de Psychologie Clinique Interculturelle et Interpersonnelle s’articulent autour de deux grandes thématiques :

  • L’identification des facteurs de risque spécifiques et non-spécifiques dans la psychopathologie des migrants (enfants, adolescents, adultes, de 1ère et 2ème génération).
  • Les processus psychologiques à l’œuvre et les périodes de vie critiques dans la psychopathologie des migrants, avec un accent particulier sur les transitions (développementales, socio-culturelles) et les transmissions (intergénérationnelles, symboliques, traumatiques).

Nous cherchons à identifier les facteurs susceptibles de favoriser ou de nuire à la santé mentale des migrants. Nous nous intéressons également aux particularités de la pensée et de l’expression de la détresse psychique chez les personnes migrantes, tout en veillant à éviter deux écueils, l'universalisme et le culturalisme. Notre posture épistémologique est donc celle d’un relativisme modéré. Notre objectif est de mieux comprendre comment opèrent certains processus psychopathologiques et identitaires en situation migratoire.

Plusieurs axes de recherche sont développés :

  1. Les liens entre les contextes écologiques, sociopolitiques ou culturels, et différents domaines du fonctionnement humain (processus développementaux, familiaux, psychopathologiques).
  2. La psychologie des contacts interculturels, lorsque des individus de groupes culturels et sociaux différents entrent en interaction (médiation interculturelle, acculturation, stratégies identitaires, sentiment de discrimination, racisme).
  3. La psychopathologie, les pratiques cliniques et les spécificités de l’évaluation et de l’intervention dans un cadre biculturel ou multiculturel.

Enseignements de l'Unité de psychologie interculturelle et interpersonnelle - 2017-2018 (B. Goguikian)