Media

Prévoir l’augmentation des cas de démence pour mieux planifier les besoins

Le vieillissement des populations observé depuis quelques décennies est en train de transformer en profondeur la carte sanitaire en Europe : de nouveaux besoins émergent, que les systèmes de santé doivent pouvoir prendre en compte dans leur planification des services de soin. Parmi ces maladies dont le poids augmente démesurément figurent les démences des personnes âgées. Selon un modèle mathématique développé par une équipe internationale, une augmentation de près de 60% du nombre de cas serait à prévoir en Angleterre et au Pays de Galles. Une analyse de ces résultats par des chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE) indique que, selon toute probabilité, la Suisse ne sera pas non plus épargnée. Des résultats à lire dans deux articles parus dans le British Medical Journal.

L’augmentation de l’espérance de vie engendre certaines problématiques de santé, en particulier dans le domaine des maladies neurodégénératives créant différentes formes de démences chez les personnes âgées. Les autorités nationales et supranationales doivent ainsi pouvoir prévoir ces bouleversements pour y répondre de manière adéquate. C’est dans cette optique qu’une équipe internationale a développé un modèle mathématique appelé IMPACT - Better Aging Model, dont l’objectif est de prédire avec une certaine précision le futur fardeau de la démence, en tenant compte des tendances de la maladie et des taux de mortalité, parallèlement aux effets de l'augmentation de l'espérance de vie.

Les nouveaux cas diminuent, mais la prévalence explose
Les chercheurs ont utilisé les données issues d’une étude longitudinale incluant 1 448 personnes. Cette étude, débutée en 2002, visait à suivre la santé d'un échantillon représentatif de la population anglaise âgés de 50 ans et plus. Entre 2002 à 2013, les personnes inclues dans cette étude ont subi trois séries de tests cognitifs pour évaluer les compétences telles que la mémoire, la fluidité verbale ou la numératie, ainsi que la capacité à mener à bien les activités de base de la vie quotidienne comme s’habiller ou manger. Les prévisions évaluent ainsi qu’en 2040, plus de 1,2 million de personnes seront atteintes de démence en Angleterre et au Pays de Galles - une augmentation de 57% par rapport à 2016 - principalement en raison de l'augmentation de l'espérance de vie. Ainsi, bien que le nombre de nouveaux cas de démence diminue, la prévalence globale (soit le nombre de personnes vivant avec la maladie) devrait augmenter de façon substantielle à mesure de l’augmentation de la durée de la vie et de la diminution des décès liés à d’autres causes, comme les maladies cardiovasculaires.

Les auteurs soulignent: « Malgré quelques limitations, ces résultats ont des implications politiques importantes en termes de besoins de soins et de dépenses publiques, et devraient constituer une référence pour mesurer l'impact des initiatives de prévention de la démence. Les coûts actuels de la démence pour l'économie britannique sont estimés à 23 milliards de livres par an Soit près de 29 milliards de francs suisses), les projections précises sont essentielles afin de définir les besoins futurs. »

Des données peu fiables en Suisse
« Bien que ces résultats doivent être interprétés avec précaution, ils confirment que le nombre absolu de personnes atteintes de démence augmentera considérablement dans les années à venir », indique Emiliano Albanese, psychiatre à la Faculté de médecine de l’UNIGE, dans un éditorial accompagnant la publication de ces résultats. « Et ce sont ces chiffres qui comptent le plus pour les politiques dont la tâche est de planifier les soins et les services », ajoute le professeur Albanese, qui dirige également le Centre collaborateur de l’OMS pour la santé mentale. « Les résultats obtenus en Angleterre et au Pays de Galles devraient logiquement être réplicables ailleurs en Europe ; mais les données dont nous disposons en Suisse ne sont pas suffisantes. En effet, notre pays ne peut malheureusement compter sur aucune étude épidémiologique récente de haute qualité sur la démence. »

Une étude va débuter à Genève
Emiliano Albanese et ses collègues vont pallier ce manque en lançant une étude épidémiologique de grande ampleur sur le nombre de personnes touchées et l'impact de la démence sur les patients, leurs familles et la société en général.  Un problème urgent de santé publique.

6 juillet 2017
  Media