Présentation du référentiel de compétences

Déclinaison du référentiel selon les rôles

La communauté universitaire est d’une très grande hétérogénéité. Bien qu’évoluant dans un environnement numérique commun en termes d’outils et enjeux, les membres de la communauté UNIGE mobilisent des compétences numériques spécifiques selon leur rôle.

Les étudiant-es, pour mener à bien leurs études, doivent disposer d’une large palette de compétences leur permettant d’utiliser le numérique dans divers contextes: participer aux cours, communiquer avec les enseignant-es et autres étudiant-es, réaliser des travaux, etc. Si les étudiant-es suisses, comme tous les jeunes de leur génération, vivent avec le numérique au quotidien, de récentes études ont mis en évidence un niveau de compétences numériques avancées faible en comparaison internationale et ainsi démontré l’importance de la formation au numérique auprès des jeunes générations. Ce besoin a d’ailleurs été reconnu par l’Université de Genève, qui, à travers sa Stratégie numérique, soutient diverses initiatives pour renforcer les compétences numériques des étudiants et étudiantes. Le numérique est également progressivement introduit dans les programmes d’études de l’école primaire et secondaire. C’est pourquoi le référentiel de compétences numériques UNIGE vise à rendre compte des compétences nécessaires pour une utilisation autonomedes outils numériques et une capacité à s’adapter aux innovations continues dans ce domaine, plutôt que de se focaliser sur la maîtrise d’outils spécifiques. Les étudiant-es ne forment cependant pas une population homogène. En effet, les attentes et besoins en termes de maîtrise du numérique ne sont pas les mêmes selon le niveau d’études, et surtout, selon les disciplines. De ce fait, le référentiel UNIGE propose un ensemble de compétences communes, et des versions adaptées du référentiel pourront être élaborées au sein des facultés, par exemple, pour rendre compte des compétences spécifiques aux étudiant-es d’une discipline particulière.

Les doctorant-es représentent une population particulière dans le contexte universitaire, car à l’intersection entre étudiant-es, chercheurs/euses, et enseignant-es. Dans leur rôle d’apprenant-es, les doctorant-es font appel à des compétences numériques proches de celles des étudiant-es: participation à des formations doctorales, communication avec leur directeur/trice de thèse, recherches bibliographiques, etc. Les doctorant-es – et c’est là l’essence même de leur travail – sont également des chercheurs/euses, voire enseignent. Leurs préoccupations rejoignent alors celles du personnel de l’enseignement et de la recherche. Ces spécificités doivent être prises en considération lorsque l’on s’intéresse aux compétences numériques des doctorant-es, et de ce fait, le référentiel UNIGE doit prendre en compte la variété et la diversité de rôles et de situations propres au statut de doctorant-e.

Le personnel de l’enseignement et de la recherche mobilise des compétences numériques dans le cadre de deux fonctions principales: des tâches de recherche et d’encadrement de recherche, ainsi que des fonctions d’enseignement. Si la plupart des membres du personnel de l’enseignement et de la recherche combinent les deux rôles d’enseignants et de chercheurs, certains ont des cahiers des charges uniquement tournés vers l’enseignement ou vers la recherche.

Le personnel administratif et technique représente une population hétérogène en termes de compétences numériques mobilisées et nécessaires pour l’accomplissement des fonctions professionnelles. Les compétences numériques demandées au personnel dédié à des tâches de secrétariat, par exemple, seront très différentes de celles demandées à des technicien-nes de laboratoire ou à des responsables de projets institutionnels. Pour cette population, ce sont surtout des compétences numériques généralistes, telles que celles décrites dans le DigComp, qui sont utilisées.