Carte conceptuelle

Fiche de Projet
Réalisé par : Mathilde Fontanet
Contact : mathilde.fontanet@unige.ch
Cours : Communication écrite spécialisée
Cursus : Master
Nombre d'étudiant-es : < 25
Innovations utilisées :
Développer des compétences
Problématique :
Responsabiliser
Faculté : FTI
Description du Projet
Situation de départ

Ce cours vise à améliorer les compétences des étudiantes et étudiants en rédaction dans leur langue maternelle (textes argumentatifs, révision, PV, résumés scientifiques ou articles journalistiques). Lors de la lecture d’un texte, appréhender à la fois l’intégralité de son contenu tout en mettant ses articulations logiques en évidence représente une difficulté majeure pour les étudiantes et étudiants. Elles et ils abordent en effet trop souvent le contenu du texte de manière superficielle, sans prendre le recul nécessaire, et peinent à se libérer des codes d’écriture propre au média utilisé, ce qui péjore leur compréhension du « message général ».


Mise en place et déroulement du projet

Que ce soit pour rédiger ou résumer un texte, il est important de se représenter son contenu de manière globale. Sur ce point, la réalisation d’une carte conceptuelle peut se révéler facilitatrice; elle permet de se libérer d’une lecture et/ou écriture mot pour mot. Elle offre, d’une part, la possibilité de faire ressortir la structure du texte et ses articulations, de même que de représenter ses différents éléments et d’expliciter les relations qu’ils entretiennent.

Dans un premier temps, l’enseignante présente les cartes conceptuelles sous une perspective théorique, expliquant leur utilité et les diverses formes sous lesquelles elles peuvent se présenter.

Les étudiantes et étudiants ont ensuite pour tâche de réaliser une carte conceptuelle individuelle sur la base d’un texte proposé par l’enseignante. Elles et ils peuvent réaliser celle-ci en classe ou à la maison et choisir le format de leur carte (papier ou numérique). La conception de la carte s’articule autour du thème principal, que l’on inscrit souvent au départ au centre de la feuille, puis elle s’élabore par l’ajout des différents éléments et de leurs liens mutuels. Les relations entre deux éléments peuvent être de natures diverses : la cause, la conséquence, la définition, l’origine, etc.

Les étudiantes et étudiants remettent leur carte finalisée à l’enseignante, qui en fait une copie et l’annote pour signaler les fautes d’orthographe (centrales dans un cours sur la communication écrite), les éventuels problèmes de cohérence (dans la lecture ou la présentation) et les parties peu claires. Ces commentaires ne seront révélés qu’à la suite de la mise en commun en groupe des cartes réalisées.

Les étudiantes et étudiants se répartissent par groupe de quatre et comparent leurs cartes conceptuelles: elles/ils expliquent leurs démarches respectives, se posent des questions, parlent des différences. Tous les groupes procèdent ensuite à une mise en commun et à une discussion générale sur les aspects intéressants de l’exercice.


Retour et conseils sur la mise en place d'un tel projet

L’enseignante attire l’attention sur le fait qu’il faut vérifier que les participantes et participants sont à même de mener à bien la tâche. Il est également important de leur indiquer que de bonnes capacités en dessin ne sont pas nécessaires et, au besoin, de les rassurer. Il est également toujours bienvenu de rappeler quelques règles avant les échanges au sein des groupes (pas de jugement de valeur et respect mutuel).

Notons encore que la carte conceptuelle est un outil dont l’apprentissage pourra se révéler utile lors de la rédaction des mémoires pour les étudiantes et étudiants. Elle peut parfois permettre de représenter tout un domaine, la structure d’un texte ou tout simplement son contenu. La personne qui dresse la carte crée sa propre structure, et établit la logique dans ce qu’elle voit.


Avis des étudiant-es

Les réactions sont assez diverses. La plupart apprécient l’exercice. D’autres sont un peu déstabilisés. Il est en effet difficile pour certaines ou certains de sortir de la linéarité d’un texte. Un aspect intéressant tient en la diversité des cartes réalisées : présence de couleurs ou non, présence (rare) d’éléments picturaux, difficulté (rare) à exploiter l’espace de la page au profit de l’établissement de listes.

Fichiers annexes