Membres

Sabine Vanhulle

 

Son parcours professionnel l’a amenée à articuler entre eux les domaines de la linguistique, de la psychologie sociale et des sciences de l’éducation en termes de préoccupations liées à la formation et à l’intervention auprès des enseignants et des formateurs d’adultes et d’enseignants. Ses travaux portent sur la mise en place et l’analyse de dispositifs d’ingénierie de formation (ou de didactique professionnelle) qui s’appuient notamment sur des médiations sociosémiotiques telles que les interactions sociales structurées entre pairs et avec les formateurs, les outils langagiers, le portfolio et autres supports au développement de la professionnalité, de la réflexivité et de la pensée critique. Ses travaux s’inscrivent dans la recherche de développement (recherche-action, recherche collaborative) et dans la recherche fondamentale.

Recherches

Ses préoccupations scientifiques concernent :

  1. la construction intersubjective et l’appropriation subjective des savoirs professionnels chez les enseignants et les formateurs à travers l’usage des outils discursifs ;
  2. les systèmes, outils d’accompagnement et d’évaluation et effets formatifs de l’alternance (notamment autour de la problématique des stages comme lieux d’apprentissage expérientiel et d’intégration théorie-pratique) dans les métiers de l’éducation et de la formation ;
  3. L’analyse des pratiques et des situations de travail et des discours des acteurs sur ces pratiques et situations;
  4. l’analyse des discours institutionnels relatifs à la réflexivité, à l’alternance, aux compétences et aux savoirs professionnels.

L’articulation entre ces différents domaines est conçue dans ces travaux sous l’angle d’une didactique des savoirs professionnels. Celle-ci interroge les liaisons qui s’opèrent entre les principes organisateurs des formations, les dispositifs d’accompagnement et d’évaluation des personnes dans des situations de formations et de travail, et l’usage du langage dans le développement professionnel. Cette articulation est conçue à partir de l’interactionnisme sociodiscursif issu de Vygotski, des théories de l’agir et de différents apports issus de l’herméneutique et de l’analyse des discours et des opérations cognitives et langagières qui les régissent.