Prochains événements

Claude Simon: Relations étrangères

Le colloque sera retransmis en direct:

  • Vendredi 13 mai sur zoom (Code secret : 448977)
  • Samedi 14 mai sur mediaserver en live (réservé aux membres de l'Université de Genève), et sur zoom

Table ronde du vendredi 13 mai à 16h30 sur inscription auprès de la Maison Rousseau et Littérature.

Entrée libre

Affiche à télécharger ICI

Programme à télécharger ICI

 

Localisation:

 

 

Les 13 et 14 mai prochains aura lieu à l’université de Genève un colloque international consacré à Claude Simon (organisé par Nathalie Piégay et l’Association des lecteurs de Claude Simon, présidée par Jean-Yves Laurichesse).

Intitulé Claude Simon : relations étrangères, ce colloque devait se tenir à Genève : en effet, l’université de Genève a tôt reconnu l’auteur de La Route des Flandres et l’a invité à plusieurs reprises à donner des conférences. En 1986, elle a consacré un colloque important à Claude Simon, désormais prix Nobel de littérature (Sur Claude Simon, Minuit, 1987). Genève est aussi la ville internationale où interroger le rapport de Simon à l’étranger fait sens. Traduite dans vingt-huit langues ou pays, l’œuvre de Claude Simon, est aussi traversée par les langues et les littératures étrangères et témoigne de l’implication de son auteur dans son temps. Une géopolitique de Simon, écrivain de la guerre et des relations avec l’étranger, est une question aujourd’hui d’une brûlante actualité.

 

Table ronde | Vendredi 13 mai | 16h30 | INSCRIPTION OBLIGATOIRE

L’œuvre de Claude Simon se caractérise par sa puissance et son exigence. Elle continue à l’évidence de toucher les écrivains d’aujourd’hui, qui sont nombreux à reconnaître le rôle que la lecture de Simon a joué dans leur désir d’écrire : Maylis de Kerangal, Marie-Hélène Lafon, Philippe Forest, mais aussi Bodo Hell, Olivier Rolin, François Bon, Assia Djebar (voir le numéro 2 des Cahiers Claude Simon).

La table ronde qui clôturera la première journée du colloque Claude Simon : relations étrangères donnera la parole à Marianne Alphant, Arno Bertina, Gisèle Fournier, Hédi Kaddour et Sylvain Prudhomme, qui tous diront comment l’œuvre de Simon continue de marquer leur travail et d’interroger leur rapport au monde et à l’écriture.