[270] Chimie et protéomique clinique (CPC)

Groupe270.jpg
Le groupe Chimie et Protéomique Clinique développe des projets de recherche transversaux pour améliorer le diagnostic, le pronostic et le suivi thérapeutique des maladies humaines. Nos travaux portent sur la découverte et la validation de nouveaux biomarqueurs et sur le développement de méthodes d'analyse innovantes pour les laboratoires médicaux. Nos travaux de recherche ont des implications dans divers domaines médicaux, en particulier les maladies cardiovasculaires, la néphrologie et l’hématologie. Le groupe est affilié au Service de Médecine de Laboratoire des Hôpitaux Universitaires de Genève.

Dans le domaine des maladies cardiovasculaires, nous explorons le rôle de l'autoimmunité humorale, avec une attention particulière sur les autoanticorps contre l'apolipoprotéine A1. Sur la base de données cliniques, nous développons des modèles in vitro et in vivo afin d’explorer les voies physiopathologiques impliquées et définir un éventuel lien de causalité avec les associations significatives observées sur les cohortes cliniques. En collaboration avec l’industrie, nous cherchons à développer un outil de stratification du risque CV basé sur ces autoanticorps et à identifier des composés thérapeutiques inhibant leurs effets délétères pour améliorer la prise en charge personnalisée des patients.

Le groupe travaille également au développement de méthodes de spectrométrie de masse pour l'analyse des protéines dans les laboratoires médicaux. Nous développons des méthodes d’analyse des protéines intactes (spectrométrie de masse « top-down ») avec activation par transfert d'électrons (ETD) permettant d'identifier des variants structurels (ou protéoformes) résultant de mutations ou de modifications post-traductionnelles.  Nous développons également des méthodes d’analyse ciblées (méthodes SRM) pour la quantification de protéines d'intérêt clinique dans les liquides biologiques ou les tissus.

Des projets de recherche sont aussi menés dans le domaine des biobanques. Le but est de définir des bonnes pratiques pour la préparation et le stockage des échantillons biologiques ainsi que d’identifier des marqueurs de contrôle de qualité qui pourront être utilisés pour qualifier les échantillons utilisés dans les études cliniques.