5 juillet 2022 - UNIGE

 

Vie de l'UNIGE

La médaille Fields pour un mathématicien de l’UNIGE

Le 5 juillet dernier, Hugo Duminil-Copin, professeur ordinaire à la Section de mathématiques de l’UNIGE, a reçu la prestigieuse médaille Fields. L’Arc lémanique s'est vu doublement récompensé: à l’EPFL, Maryna Viazovska a également été médaillée.

 

 

duminil-copin-AET.jpg

Le professeur Hugo Duminil-Copin et la conseillère d'État Anne Emery-Torracinta, le 7 juillet, à l'aéroport de Genève, lors du retour des lauréat-es en Suisse après la cérémonie de remise de la médaille. Photo: Gabriel Monnet


Attribuée tous les quatre ans lors du Congrès international des mathématiciens, la médaille Fields est l’une des plus hautes distinctions en mathématiques. Elle a été remise le mardi 5 juillet, à Helsinki, à Hugo Duminil-Copin, 36 ans, professeur ordinaire à la Section de mathématiques de la Faculté des sciences de l’Université de Genève (UNIGE) et professeur permanent à l’Institut des hautes études scientifiques (IHES, membre fondateur de l’Université Paris-Saclay).

«C’est un honneur et une grande fierté pour moi de recevoir cette médaille Fields, déclare Hugo Duminil-Copin. Je tiens à la partager avec l’ensemble de mes collègues, puisque les mathématiques sont avant tout un processus collaboratif. J’ai également conscience de la grande responsabilité qu’implique une telle récompense, en propulsant les lauréates et lauréats au rang d’ambassadrices et ambassadeurs de la discipline.» C’est la quatrième fois qu’un professeur ou un ancien étudiant de l’UNIGE reçoit la médaille Fields, après Vaughan Jones en 1990, Stanislas Smirnov en 2010 et Martin Hairer en 2014.

 

«C’est une reconnaissance pour notre institution comme pour la place académique suisse dans son ensemble», se réjouit Yves Flückiger, recteur de l’UNIGE et président de swissuniversities. «Cette distinction prouve notre capacité à attirer les jeunes talents et à créer autour d’eux les conditions nécessaires au succès de leurs recherches. Cette attractivité ainsi que notre présence sur les réseaux internationaux sont essentielles et doivent être préservées.»

De retour d’Helsinki où a eu lieu la cérémonie de remise de la médaille, les deux lauréat-es ont été accueilli-es à l’aéroport de Cointrin par Yves Flückiger accompagné de la conseillère d’État Anne Emery-Torracinta, du président de l’EPFL Martin Vetterli, et du conseiller d’État vaudois Frédéric Borloz.


Épris de physique et de probabilités

Les travaux d’Hugo Duminil-Copin, expert en probabilités et passionné de physique, portent sur la branche mathématique de la physique statistique. Il étudie les transitions de phases – les changements brusques des propriétés de la matière, comme le passage de l’état gazeux à l’état liquide de l’eau – en faisant appel à la théorie des probabilités. Ces dernières sont en particulier utilisées pour analyser des modèles mathématiques décrivant trois phénomènes distincts: la porosité des matériaux (via la théorie de la percolation), le ferromagnétisme (via le modèle d’Ising) et les polymères (via l’étude des marches auto-évitantes).

Dans le premier cas, il s’agit de comprendre les mécanismes à l’oeuvre dans des matériaux tels que la pierre ponce ou le café (quel chemin l’eau emprunte-t-elle lorsqu’elle traverse un tel matériau, par exemple?). Dans le second, de déterminer le comportement des aimants, plus précisément la perte progressive de leur magnétisme, lorsqu’ils sont soumis à des températures élevées. Dans le troisième, il s’agit de comprendre le positionnement des polymères lorsque ceux-ci sont plongés dans un solvant.

En utilisant de nouvelles connexions entre ces modèles, et en développant une théorie de la percolation dite dépendante, Hugo Duminil-Copin a obtenu des résultats transformateurs sur ces modèles classiques, améliorant notre compréhension des phénomènes critiques en physique statistique. «Il s’agit de recherche purement fondamentale, sans application directe. Néanmoins, modéliser mathématiquement les transitions de phase demeure très important: cela permet de mieux comprendre le comportement de la matière. Ce sont des bases solides dont pourra se saisir la recherche appliquée en vue de développements industriels encore impossibles à prévoir», s’enthousiasme le chercheur.


Professeur à l’UNIGE à 29 ans

Né le 26 août 1985 à Châtenay-Malabry (France), Hugo Duminil-Copin a grandi en région parisienne. Il entre en 2005 à l’École normale supérieure de Paris. Agrégé de mathématiques et titulaire d’un Master de probabilités et statistiques de l’Université Paris-Saclay (anciennement Université Paris-Sud), il rejoint l’UNIGE en 2008 pour y effectuer sa thèse de doctorat, qu’il obtient en 2011, sous la direction du professeur Stanislav Smirnov, médaillé Fields en 2010.

L’UNIGE le nomme professeur en 2013 puis professeur ordinaire en 2014, à seulement 29 ans. Il rejoint en parallèle l’Institut des hautes études scientifiques à Bures-Sur-Yvette (Paris) en 2016. Il a été distingué par de nombreux prix, dont le prix de la Société mathématique européenne et le prix New Horizons in Mathematics de la Fondation Breakthrough.


L’Arc lémanique à la pointe de la recherche fondamentale

Si l’attribution d’une médaille Fields à Hugo Duminil-Copin et Maryna Viazovska récompense la qualité exceptionnelle de leurs travaux, elle confirme également l’excellence de la recherche et de l’enseignement dans les institutions de l’Arc lémanique et l’importance de leurs collaborations, déjà concrétisée par des projets tels que le Swiss Cancer Center Léman et le Centre d’imagerie Dubochet. Ces distinctions renforcent le positionnement de la Suisse romande, et plus largement de la Suisse, sur la carte mondiale de la recherche fondamentale de pointe.

Créée par le mathématicien canadien John Charles Fields (1863-1932), la médaille Fields est attribuée tous les quatre ans depuis 1936, avec un maximum de quatre lauréat-es par édition. Elle ne peut être décernée qu’à des mathématiciens/ennes âgé-es de moins de 40 ans. Le comité de la médaille Fields est sélectionné par le comité exécutif de l’Union mathématique internationale (IMU - International Mathematical Union). Il est en général présidé par le/la responsable de l’IMU (actuellement, l’Argentino-Américain Carlos E. Kenig). Le comité de la médaille doit choisir au minimum deux lauréat-e-s représentant des champs divers de la discipline. Chaque lauréat-e reçoit une médaille et 15 000 dollars canadiens.

Du café aux mathématiques

Le mercredi 13 juillet, Hugo Duminil-Copin ira à la rencontre du public genevois à l’occasion d’une conférence à Uni Bastions intitulée «Du café aux mathématiques». Il y racontera son parcours de mathématicien, ses doutes et ses rencontres décisives.

Pour en savoir plus

WEB_Montage_Hugo-small-2.jpg«Pourfendeur de théorèmes», portrait d'Hugo Duminil-Copin paru dans le magazine Campus, décembre 2020

 

GM_20220707_0070.jpg

Le professeur Hugo Duminil-Copin accueilli par la conseillère d'État Anne Emery-Torracinta, le 7 juillet à l'aéroport de Genève. Photo: Gabriel Monnet

GM_20220707_0244.jpg

Les deux lauréat-es de la médaille Fields, Maryna Viazovska et Hugo Duminil-Copin. Photo: Gabriel Monnet

GM_20220707_0345.jpg

De gauche à droite: Frédéric Borloz, conseiller d'État vaudois, Martin Vetterli, président de l'EPFL, Maryna Viazovska, Hugo Duminil-Copin, Yves Flückiger, recteur de l'UNIGE, et Anne Emery-Torracinta, conseillère d'État genevoise. Photo: Gabriel Monnet

fields-remise.jpg

Hugo Duminil-Copin (quatrième à droite) lors de la remise de la médaille Fields, le 5 juillet 2022 à Helsinki. Photo: DR

fields-remise-2.jpg

fields-remise-3.jpg

 

Vie de l'UNIGE