• Evénements

Clash is back!

Sexisme en milieu clinique: le combat continue! Deux ans après une première campagne, le collectif CLASH Genève lance une deuxième série d’affiches dénonçant les attitudes et le climat sexistes auxquels sont encore et toujours confronté-es les futur-es médecins lors de leurs stages. Eclairage avec les membres du collectif CLASH, étudiant-es à la Faculté de médecine de l’UNIGE.

Numéro 46 - décembre 2023

Affiches_Clash_format_Instagram_1.jpg

Illustration: Emma Serafin (instagram : @emse_bd)

La première campagne Clash date de mars 2021. Quelles en ont été les retombées?

Cette campagne n’est pas passée inaperçue! Avec d’autres initiatives menées par l’UNIGE et les HUG, elle est à l’origine d’une prise de conscience générale. Le soutien des institutions académiques et hospitalières a également contribué à envoyer un signal fort. Bien entendu, une certaine résistance est encore, hélas, de mise. Nous avons par exemple entendu des internes et des médecins dire qu'il fallait faire attention à ce qu'on disait dans les murs des HUG et devant les stagiaires «pour ne pas être dénoncé à Clash». Nous avons cependant reçu un large soutien, ce qui a encore augmenté notre visibilité.

Depuis 2021, plusieurs projets ont vu le jour: un cours donné aux 4e année sur la prévention contre le harcèlement sexuel en milieu hospitalier en collaboration avec le groupe d’improvisation théâtrale Impro Impact, et le Groupe Médecine, Genre & Équité de la Faculté de médecine, un podcast retraçant le parcours de femmes médecins inspirantes, ou encore un formulaire de prise de contact et de soutien pour les personnes victimes de ces problématiques.

Avez-vous noté un progrès en 2 ans?

Il est difficile de quantifier le résultat de notre campagne, car elle a fait partie d’un mouvement plus large. Néanmoins, les mentalités commencent à évoluer et le sentiment d’impunité reflue quelque peu. Les victimes et les témoins prennent aussi conscience que ces commentaires ou ces situations sont inacceptables et qu’ils/elles peuvent recevoir notre soutien et celui des institutions en cas de dénonciation. Leur anonymat est aussi préservé. De manière générale, nous remarquons que le fait de parler et condamner ces attitudes sexistes permet aux personnes de prendre une position plus ferme sur ce thème.

Pourquoi cette 2e campagne?

La dernière campagne datant de maintenant deux ans, une piqûre de rappel nous a semblé nécessaire. Les témoignages présentés aujourd’hui sont récents, preuve que ces situations problématiques existent toujours et qu’il ne faut ni minimiser ni oublier.

L’UNIGE et les HUG agissent-ils assez pour lutter contre le sexisme? Que reste-t-il encore à faire?

De notre point de vue, en tant qu'étudiant-es mais aussi collaborateurs/trices de différents projets, nous pouvons témoigner de l'implication et du soutien de l’UNIGE et des HUG. La tolérance zéro est de mise, et le programme égalité et diversité des HUG est très actif pour placer ces problématiques au cœur de l'hôpital. Du côté académique, la Commission de l'égalité de la Faculté de médecine, le Groupe Médecine, Genre & Équité, de même que le Décanat et le Rectorat au travers du Service égalité de l’UNIGE  sont très sensibles à ces questions et nous soutiennent financièrement et nous permettent de propulser CLASH au-devant de la scène. Le soutien de l’AEMG, l’Association des étudiant-es en médecine de Genève, est aussi essentiel.

Y a-t-il un message que vous voudriez transmettre en particulier?

Le harcèlement, moral ou sexuel, et les discriminations de tous types ne doivent plus être banalisés et tolérés, même quand ils sont très subtiles. Ce sont des actes de violence dont il faut prendre conscience et contre lesquels il est important de lutter pour le bien-être commun. Il est de notre devoir à toutes et tous de lutter contre ces paroles et ces actes. L’impunité n’est plus de mise, la peur doit changer de camp. Il faut donner aux victimes et aux témoins la force et les moyens d'agir, de réagir et de répondre aux comportements qui ne devraient désormais plus faire partie de notre société.

CLASH, pour Collectif de lutte contre les attitudes sexistes en milieu hospitalier est un projet créé par des étudiant-es en médecine afin de sensibiliser sur le harcèlement sexuel et le sexisme dans les hôpitaux, les cabinets et les établissements d’enseignement. Soutenu par l’Association des étudiant-es en médecine de Genève (AEMG), CLASH est avant tout un point de contact, d’information et de soutien pour les victimes et les témoins de sexisme ou de harcèlement sexuel. Pour toute question, ou pour le formulaire anonyme:
clash-aemg@unige.ch

Ressources en ligne
Site de l'AEMG
Site clash
Toute les campagnes, affiches et ressources
Programme égalité et diversité des HUG
Commission de l'égalité de la Faculté de médecine

© CLASH Genève. Une partie des membres de CLASH Genève 2023, de gauche à droite : Nawel Tounsi, Eva Pianca, Aurélia Hepner, Chloé Longagna, Isaline Simons, Victoria Kfoury Patino

Dans le même numéro

S'abonner à la newsletter

S'abonner