Cycles semestriels de conférences

Web1140x350-SexualitesTheatre-2022.jpg


Sexualités et Théâtre – des discussions entre des artistes et des chercheuses au-delà des « masques »

Lieu d’expressions multiples, révélateur social et politique, le théâtre est lié depuis son origine à la question des sexualités. Il a montré de tout temps un potentiel suggestif, subversif et émancipatoire, capable de troubler, déjouer et questionner les normes, les stéréotypes et les rapports de force. Cela lui a valu, au cours du temps, d’être frappé par la censure, qualifié de licencieux, condamné au nom de la morale. Mais l’histoire du théâtre est assurément plurielle, et bien qu’il ait fortement œuvré à déconstruire les stéréotypes et les valeurs conservatrices, il en a parfois aussi été porteur.

En collaboration avec des institutions culturelles romandes, La Bâtie-Festival de Genève, le Théâtre du Loup, le POCHE /GVE et le Théâtre Benno Besson I TBB, le Centre Maurice Chalumeau en sciences des sexualités – CMCSS souhaite explorer de vive-voix avec la scène théâtrale contemporaine comment celle-ci offre à la question des sexualités un espace-temps privilégié, à partir duquel émergent de nouvelles représentations et des savoirs concurrents.

De quelle manière l’écriture théâtrale contemporaine, par le texte littéraire et la représentation scénique, interroge-t-elle les sexualités ? Comment les sexualités sont-elles mises en scène et représentées ? Quelles sont les stratégies et les théâtralités mises à l’œuvre ? Avec quels enjeux esthétiques et politiques ? Qu’est-ce que serait un théâtre du « sexuel » ou un théâtre queer ?

À partir des spectacles Carte Noire nommée Désir, Trigger Warning (lingua ignota), Éveil / Printemps et Kvetch, des discussions entre des artistes et des chercheuses auront lieu à l’issue des représentations, pour des échanges au-delà des masques uniformes et limitants. Elles nous permettront d’aborder les questionnements ci-dessus, ainsi que plus spécifiquement, les thématiques de l’hypersexualisation des corps et de la construction raciste de la sexualité, de l’adolescence et du désir, du cyberharcèlement, des peurs et des scripts liés aux sexualités.

Flyer du cycle de conférences

Bibliographie sélective sur la thématique « Sexualités et théâtre » du portail disciplinaire de la Bibliothèque de l'UNIGE.

 

Corps noirs, entre imaginaires sexuels et (ré)appropriations
Une discussion à l’issue du spectacle Carte Noire nommée Désir

Représentation : jeudi 8 septembre à 18:00 dans le cadre de La Bâtie 2022 – Festival de Genève
Discussion : jeudi 8 septembre à 21:00
Lieu : Théâtre du Loup, Chemin de la Gravière 10, 1227 Acacias

Carte Noire nommée Désir (2021) est une création de Rébecca Chaillon pour huit interprètes, avec une distribution exclusivement composée de personnes Noires assignées femmes. Ce spectacle performatif prend les corps des femmes Noires et le désir comme points de départ d’un travail artistique, poétique, intime et politique sur l’aliénation et l’émancipation de ces mêmes corps. Y sont notamment centrales, les questions de l’hypersexualisation de ces corps et de la construction du désir par rapport à des injonctions paradoxales et des clichés. Ces derniers thèmes, ainsi que la manière dont ils sont traités et mis en jeu par l’écriture théâtrale, seront discutés à l’issue de la représentation en présence de :

Rébecca Chaillon, metteuse en scène, autrice et performeuse, fondatrice de la Compagnie Dans le Ventre (2006)
Ophélie Mac, aka Mac Coco, performeur-céramiste, artiste afro-féministe activiste
Noémi Michel, chercheure-enseignante en théorie politique au Département de science politique – Faculté des sciences de la société de l'Université de Genève, ainsi qu’enseignante à la HEAD Genève de manière régulière, activiste et travailleuse culturelle antiraciste et féministe  

Modération : Ferdinando Miranda, Directeur exécutif du CMCSS

Réseaux sociaux à l’adolescence, entre désir et violence
Une discussion à l’issue du spectacle Trigger Warning (lingua ignota)

Représentation : jeudi 6 octobre à 19:00
Discussion : jeudi 6 octobre à 20:30
Lieu : POCHE /GVE , Rue du Cheval-Blanc 7, 1204 Genève

Trigger Warning (lingua ignota) (2021) est une pièce de l’écrivain dramaturge Marcos Caramés-Blanco, mise en scène par Isis Fahmy, chercheuse associée à La Manufacture – Haute école des arts de la scène à Lausanne. Son titre fait référence aux avertissements écrits – trigger warnings, répandus dans les réseaux sociaux et les médias féministes, prévenant qu’un contenu peut être susceptible de déclencher ou réactiver un traumatisme psychologique. Le spectacle se déploie par le biais de deux régimes différents : la réalité physique d’une chambre à coucher et la réalité parallèle d’un smartphone, tentant de saisir l’expérience bouleversante d’une adolescente sur les réseaux sociaux, vis-à-vis de son corps et de son image.
À partir de la pièce Trigger Warning (lingua ignota), les questions de cyberharcèlement et de sexualités à l’adolescence, ainsi que la manière dont celles-ci sont traitées et mises en jeu par l’écriture théâtrale, seront discutées en bord de scène à l’issue de la représentation, en présence de :

Aurélien Gschwind (elle/il), acteur/trice, diplômé-e de La Manufacture – Haute école des arts de la scène à Lausanne, après un Bachelor en Lettres, philosophie, langue et littérature françaises à l’Université de Genève
Isabelle Collet, informaticienne scientifique de formation, professeure à la section des sciences de l’éducation de l’Université de Genève où elle dirige l'équipe G-RIRE : Genre - Rapports intersectionnels, Relation éducative

Modération : Pauline Guex, chargée de projets au CMCSS

 

Les désirs sexuels chez les adolescent-es, entre dispositifs éducatifs et tabous
Une discussion à l’issue du spectacle Éveil / Printemps

Représentation : jeudi 13 octobre à 19h
Discussion : jeudi 13 octobre à 21h
Lieu : POCHE /GVE, Rue du Cheval-Blanc 7, 1204 Genève

Éveil / Printemps est une pièce mise en scène et adaptée en 2022 par Mathieu Bertholet (metteur en scène et directeur du POCHE /GVE), d’après le texte du dramaturge allemand Frank Wedekind (1864-1918) paru en 1891 (Frühlings Erwachen. Eine Kindertragödie). Jouée pour la première fois à Berlin en 1906, la pièce est jugée scandaleuse et censurée. Frank Wedekind y présente un groupe d’adolescent-es qui font face à la métamorphose de leurs corps et à la découverte de leurs désirs sexuels. Il y attaque l’hypocrisie morale de son époque, dénonçant une société bourgeoise et puritaine qui ignore et passe sous silence l’éveil à la sexualité.
À partir de l’adaptation de cette pièce pour le POCHE /GVE, les thématiques de l’éducation sexuelle, de ses cadres normatifs, des tabous et de la place accordée aux droits, ainsi que la manière dont celles-ci sont traitées et mises en jeu par l’écriture théâtrale, seront discutées en bord de scène à l’issue de la représentation, en présence de :

Mathieu Bertholet, directeur du POCHE /GVE depuis 2015, directeur artistique et metteur en scène de la compagnie MuFuThe, coinstigateur du master de mise en scène à La Manufacture – Haute école des arts de la scène à Lausanne, coresponsable du département Ecriture Dramatique de l’ENSATT à Lyon
Àgnes Földhazi, maitresse d’enseignement HES – responsable des programmes CAS DAS en santé sexuelle, HETS Genève, co-autrice de l’ouvrage Droits humains et éducation sexuelle : contexte, perceptions et pratiques (Genève, IES Éditions, 2021)

Modération : Ferdinando Miranda, Directeur exécutif du CMCSS

Les scripts sexuels, entre libertés et peurs du désir
Une discussion à l’issue du spectacle Kvetch

Représentation : vendredi 2 décembre à 20h
Discussion : vendredi 2 décembre à 21h45
Lieu : Théâtre Benno Besson I TBB I Yverdon-les-Bains, Rue du Casino 9, 1400 Yverdon-les-Bains

Kvetch est une pièce du dramaturge britannique Steven Berkoff, publiée en 1986, et mise en scène par Robert Bouvier pour le Théâtre du Passage à Neuchâtel en 2019. En yiddish, les « kvetches » sont les démons qui nous hantent, les doutes générateurs d’angoisse qui nous parasitent. Steven Berkoff dédie ce texte à l’humour corrosif à toutes celles et tous ceux qui ont peur. La pièce se déploie par le biais d’un double discours : les figures de Berkoff interagissent entre elles sur scène, et parallèlement, partagent avec le public leurs conflits et pensées intérieures, inavouées et inavouables. Caricaturales, ces figures nous incitent à questionner nos préjugés et nos hypocrisies, nos libertés et nos enfermements face à nos désirs et fantasmes.
À partir du spectacle Kvetch, les thématiques des scripts sexuels, des peurs et des tabous du désir, ainsi que la manière dont celles-ci sont traitées et mises en jeu par l’écriture théâtrale, seront discutées en bord de scène à l’issue de la représentation, en présence de :

Robert Bouvier, comédien et metteur en scène, directeur du Théâtre du Passage à Neuchâtel depuis sa création (2000), fondateur de la Compagnie du Passage (2003)
Denise Medico, professeure au Département de sexologie, Université du Québec à Montréal

Modération : Pauline Guex, chargée de projets au CMCSS

 

Vidéos des discussions passées:

 

Jeudi 8 septembre
Corps noirs, entre imaginaires sexuels et (ré)appropriations
Une discussion à l’issue du spectacle Carte Noire nommée Désir