Project list

Improvisation théâtrale

Projet

Project

>
>

Annexes

Général
127
Improvisation théâtrale
Theatrical improvisation
Pauline Hämmerli
Jennifer Socquet, Aurélia Platon, Nadia Bajwa, Lygia Pavitt
pauline.haemmerli@etu.unige.ch
Sexisme et harcèlement sexuel en milieu clinique : formation par improvisation théâtrale
Catégorisation
Master
100 - 300
Rendre actifs
Simuler une situation
Université de Genève
Médecine
2021
Credit Suisse Award For Best Teaching
2022
Oui
Description du projet
Le cours consiste en une présentation théorique suivie d’une représentation théâtrale de scènes réelles mettant en évidence le sexisme et l'agression dans le milieu médical. Les étudiant-es participent ensuite à des discussions en groupe pour proposer des stratégies de réaction qui sont ensuite mises en pratique lors de nouvelles représentations théâtrales.

La campagne de CLASH (Collectif de Lutte contre les Attitudes Sexistes en milieu Hospitalier) Genève, menée en mars 2021 et soutenue par l’UNIGE et les HUG, a montré que les étudiant-es en médecine sont confronté-es, en tant que victime ou témoin, à des situations de sexisme et harcèlement sexuel au cours de leur formation. Les témoignages ont révélé une culture d’apprentissage qui ne protégeait pas les étudiant-es contre les remarques, attitudes et actes sexistes ainsi qu’une nécessité de leur donner des outils concrets pour prévenir et réagir face à ces comportements.

Dans ce contexte, l’idée de mettre sur pied un cours de sensibilisation à ces thématiques a été formulée par CLASH Genève et la faculté de médecine car rien de tel n’était proposé jusqu’alors. L’intégration de ce cours a été soutenue par le bureau de la commission de l’enseignement et le comité Master de la faculté de médecine. Suite à ces événements, plusieurs déclarations de tolérance zéro face aux sexisme et harcèlement sexuel par la faculté de médecine et les HUG ont été annoncées. Ce cours s’inscrit donc dans cette prise de position politique par les deux institutions.

Les objectifs du cours sont de définir le sexisme, le harcèlement sexuel et faire prendre conscience de leur ampleur ; de permettre l’identification et l’analyse de situations problématiques (décoder/déconstruire) ; de rappeler le cadre légal et moral (tolérance zéro) ; de donner des pistes pour se protéger (savoir où s’adresser et attitudes à adopter) et faire réaliser l’importance d’agir (aussi bien en tant que victime que témoin).

Au vu du sujet sensible à aborder, il semblait important d’ancrer cet enseignement en reprenant les témoignages de la campagne de communication et sensibilisation. Il y avait un souhait de stimuler les étudiant-es à réfléchir en profondeur sur les stratégies de prévention pour les rendre acteurs et actrices et les sortir du rôle de victime. C’est avec ces buts en tête que l’idée de travailler avec un groupe d’improvisation théâtrale est venue.

Le cours débute avec une présentation théorique par l’enseignante puis une intervenante du groupe d’improvisation introduit le format du cours. Elle précise que les scènes à venir peuvent être choquantes et que des psychologues sont présents dans la salle si un soutien psychologique se révèle nécessaire pour certain-es.

L’équipe du projet a rédigé un script avec cinq scènes différentes basées sur des faits réels relevant des témoignages recueillis. Les scènes présentent une étudiante en médecine vivant sa première journée de stage dans un service. Elles se déroulent dans divers lieux (bloc opératoire, cafétéria de l’hôpital, parc, etc.) et abordent plusieurs formes de sexisme et degrés d’agression. La troupe d’Impro Impact répète plusieurs fois pour rendre les scènes les plus réelles possibles, en respectant les codes du milieu médical et un timing adéquat. Le jeu est travaillé avec le retour des ancien-nes étudiant-es de médecine.

Après chaque représentation, des groupes d’étudiant-es sont constitués et orientés avec des questions qui sont affichées sur l’écran de la salle. Leurs réactions vis-à-vis des scènes sont confrontées et récoltées. Les étudiant-es doivent se mettre à la place de la victime ou du témoin et proposer des stratégies de réaction. Les comédien-nes ainsi que les organisatrices du cours se déplacent dans les groupes pour animer la discussion et la cadrer.

Après une phase de mise en commun des solutions, les comédien-nes rejouent les scènes en mettant en place les stratégies suggérées par les étudiant-es et en improvisant les réactions des protagonistes qui pouvaient varier d’une scène à l’autre.

Une présentation théorique clôture le cours en insistant sur l’ampleur du problème, les stratégies de réaction face à ces situations ainsi que les ressources de l’UNIGE et des HUG à disposition des étudiant-es.

Le cours s’inscrit dans une séance d’unité de formation qui est obligatoire. Le contenu est évalué lors l’examen final qui se présente sous forme de QCM. Deux des questions posées concernent les situations vues en cours lors des représentations théâtrales.

De manière générale, le bilan de ce cours est très positif autant de la part des organisatrices, des comédien-nes d’Impro Impact que des étudiant-es. Le fait de voir des solutions jouées et d’y avoir réfléchi devrait faciliter la prise de position des étudiant-es par la suite et les rendre ainsi plus autonomes et réactifs face à des situations similaires.

Le fait que le cours soit obligatoire permet de toucher d’autres publics que les campagnes de sensibilisation et potentiellement des futurs agresseurs qui se prendraient conscience de leur comportement. Ce cours devrait être pérennisé si les retours continuent d’être positifs.

Il est envisagé de mettre en place un cours de sensibilisation similaire dans d’autres facultés mais aussi dans les niveaux hiérarchiques plus élevés des HUG. Les comédien-nes d’Impro Impact se sont déjà proposé-es pour interpréter le spectacle dans d’autres contextes, cependant, les scènes doivent être adaptées au milieu concerné. Adapter le script et le jeu théâtral au contexte spécifique dans lequel le cours est proposé est plus impactant qu’un cours généraliste sur le sexisme. 

L’équipe enseignante rappelle qu’il est important de bien penser la partie théorique en amont. Elle doit être consistante et travaillée afin de dégager au mieux des messages clés et clairs à l’issue du cours, ainsi que des techniques de communication. Mettre en place ce format, adapté à l’enseignement en grand groupe, permet d’aligner le but et la méthode pédagogique. L’équipe enseignante souligne que les ressources afin d’être soutenus sont nombreuses (telle que le pôle SEA par exemple) et qu’il ne faut pas hésiter à s’en servir.

« (…) Un cours interactif qui ouvre les yeux et donne des solutions. »

« Très bien illustré, représentatif de la réalité. »

« Avec l'impro, on est mieux immergé dans ces problèmes plutôt que si c'était un cours magistral. »

« Le fait de nous laisser réfléchir par nous même aux solutions est une bonne idée car nous incite à participer activement (...). Rejouer les scènes avec ses solutions nous permettait de nous rendre compte de l'efficacité des solutions selon les situations. »

« (...) nos sentiments de malaise ont été légitimés, et ça renforcera nos capacités à agir si on se trouve dans ce genre de situation. » 

« Il faut oser parler du harcèlement et du sexisme. Il faut s'aider de ses paires ou d'associations pour se sortir de situations difficiles. Il faut rester vigilent à ne pas laisser de l'espace au sexisme. » 

« Peut-être un peu plus de temps sur les stratégies concrètes aurait été top. »

« J'ai apprécié le fait qu'on mette au grand jour ces scénarios qui arrivent tous les jours. Cela est très important pour sensibiliser tout le monde afin que dans le futur cela ne se reproduise plus. De plus, un autre élément important c'est que ces scénarios ont été dérangeants pour tout le monde donc je pense que personne ne voudrait reproduire ça ou aimerait être harcelé-e »

The course consists of a theoretical presentation followed by a theatrical representation of real scenes highlighting sexism and aggression in the medical environment. Students then participate in group discussions to propose reaction strategies that are then put into practice in new theatrical performances.

The campaign of CLASH (Collectif de Lutte contre les Attitudes Sexistes en milieu Hospitalier) Geneva, conducted in March 2021 and supported by the UNIGE and the HUG, showed that medical students are confronted as victims or witnesses to situations of sexism and sexual harassment during their formation. The testimonies revealed a learning culture that does not protect students from sexist remarks, attitudes and acts, and the need to give people concrete tools to prevent and react to such behaviour. 

In this context, the idea of setting up a course to raise awareness of these issues was formulated by CLASH Geneva and the Faculty of Medicine, as nothing of this kind had been proposed until then. The integration of this course was supported by the office of the teaching commission and the Master's committee of the faculty of medicine. Following these events, several declarations of zero tolerance towards sexism and sexual harassment by the Faculty of Medicine and the HUG have been announced. This course is therefore part of this political stance by the two institutions. 

In view of the sensitive subject to be addressed, it seemed important to anchor this teaching by using the testimonies of the communication and awareness campaign. There was a desire to stimulate the students to think deeply about prevention strategies and actions to make them actors and get them out of the role of victim. It was with these goals in mind that the idea of working with an improvisational theatre group came up. The objectives of the course were to define sexism and sexual harassment and to make people aware of their extent; to allow the identification and analysis of problematic situations (decode/deconstruct); to remind people of the legal and moral framework (zero tolerance); to give them ways to protect themselves (know where to go and attitudes to adopt) and to make them realize the importance of taking action (as a victim as well as a witness). 

 

The project team writes a script with five different scenes. To allow the audience to easily identify with the story, the script leads them to follow a medical student on her first day as an intern on a ward. The improvisational theatre scenes are based on the testimonies of the campaign participants to make them as realistic as possible. The scenes take place in various locations (operating room, hospital cafeteria, park, etc.) and deal with various forms of sexism and degrees of aggression. The Impro Impact troupe rehearses several times to make the scenes as real as possible, respecting the codes of the medical environment and proper timing. The play is worked on with the return of former medical students.  

The scenes are performed in front of the class during the course. After each performance, groups of students are formed and oriented with questions that are displayed on the screen in the room. Their reactions to the scenes are confronted and collected. Students are asked to put themselves in the shoes of the victim or witness and to suggest strategies for reaction. The actors and the course organizers move around the groups to facilitate and frame the discussion.  

After a phase of pooling solutions, the actors re-enact the scenes, implementing the strategies suggested by the students and improvising the reactions of the protagonists, which could vary from one scene to another. This is complemented by a theoretical presentation at the beginning and end of the course on the extent of the problem, the strategies for reacting to these situations, and the UNIGE and HUG resources available to the students.  

The course is part of a mandatory training unit session and the content is tested on the final exam which is in the form of MCQs.

Generally speaking, the results of this course are very positive, both for the organizers, the Impro Impact actors and the students. The fact that they have seen solutions played out and have thought about them should make it easier for students to take a stand later and thus make them more autonomous and reactive when faced with similar situations. 

This course should be continued if the feedback continues to be positive. In addition, a similar awareness course is currently being considered for other faculties and for HUG managers. Impro Impact actors have already offered to perform the show in other contexts, however, the scenes need to be adapted to the environment. Adapting the script and acting to the specific context in which the course is offered is more impactful than a general course on sexism.   

Moreover, it is important to think through the theory beforehand. It must be consistent and well thought out in order to provide clear key messages at the end of the course, as well as communication techniques. It is therefore important to frame the content well.  

"(...) An interactive course that opens eyes and gives solutions."  

"Very well illustrated, representative of reality."  

"With improv, we are better immersed in these problems rather than if it were a lecture."  

"Letting us think about solutions on our own is a good idea because it encourages us to actively participate (...). Replaying the scenes with its solutions allowed us to realize how effective the solutions were in different situations."  

"(…) our feelings of discomfort have been legitimized, and it will strengthen our ability to act if we find ourselves in this kind of situation."   

"You have to dare to talk about harassment and sexism. You have to get help from your peers or associations to get out of difficult situations. We must remain vigilant not to give sexism space."   

"Maybe a little more time on the concrete strategies would have been great."  

"I appreciated the fact that these scenarios that happen every day were brought to light. This is very important to make everyone aware so that in the future this will not happen again. Also, another important thing is that these scenarios were disturbing to everyone so I don't think anyone would want to repeat that or like to be harassed." 

Illustrations/annexes
Nouvelles fonctionnalitées
01/09/2022
Non
Institution Faculté Couleur (Hexadecimal)
Université de Genève Transversal #CF0063
Université de Genève Théologie #4B0B71
Université de Genève SDS #F1AB00
Université de Genève Sciences #007E64
Université de Genève Médecine #96004B
Université de Genève Lettres #0067C5
Université de Genève GSEM #465F7F
Université de Genève FTI #FF5C00
Université de Genève FPSE #00b1ae
Université de Genève Droit #F42941
Situation problématique Page cible Situation Main color Dark color Illustration
Préparer Préparer Prepare #9966ff #613fa4 Préparer.svg
Rendre actifs Rendre actif Engage #33cc99 #269973 RendreActif.svg
Responsabiliser Responsabiliser Make responsible #0099ff #297eb6 Responsabiliser.svg
Faire créer Faire creer Create #ffa248 #bc7c3c FaireCréer.svg
Nom de l'innovation Page Cible Innovation name
Impliquer dans l'enseignement Impliquer dans l'enseignement Involve students in the teaching process
Exposer des cas pratiques Exposer des cas pratiques Examine case studies
Impliquer dans la Recherche Impliquer dans la Recherche Involve students in the research process
Démontrer Démontrer Demonstrate
Donner la parole Donner la parole Hear from students
Faire conceptualiser un projet Faire conceptualiser un projet Have students conceptualize a project
Faire gérer un projet Faire gérer un projet Have students manage a project
Faire réagir Faire réagir Generate reactions
Faire réaliser une production originale Faire réaliser une production originale Have students produce an original production
Développer des compétences Développer des compétences Develop skills
Simuler une situation Simuler une situation Simulate a situation
Questionner Questionner Ask questions
Faire collaborer Faire collaborer Encourage cooperation
Faire voter Faire voter To Vote
Logo Nom court Nom de l'institution
UNINE Université de Neuchâtel
UNIGE Université de Genève