Unité d'arménien

Cours public printemps – 30G4075 L’œuvre de l’écrivaine ‘féministe’ arménienne Zabel Essayan, de l’Empire ottoman à l’Arménie soviétique en passant par Paris

30G4075 Ve 14-16, Phil 204, prof. Valentina Calzolari Bouvier (cours public de la Faculté des lettres), tous les 15 jours à partir du 24 février 2023

 

Modules : Arménien (BA1, BA3 ; modules BA/MAa-b ouverts aux étudiant·e·s d’autres disciplines) ; Histoire générale (BA7) ; Littérature comparée (BA4) ; Master Moyen-Orient (GSI), Master Russie-Europe Médiane (GSI), Modules libres.

 

Descriptif

Comment sortir de sa “terne existence”, quand on est femme et arménienne dans l’Empire ottoman ? Hantées par cette question existentielle, Zabel Essayan et deux de ses amies décident de rompre avec Constantinople et d'aller en Europe pour y faire des études supérieures ; leur but est de devenir écrivaines. À Paris, Z. Essayan étudie à la Sorbonne et fréquente les cercles littéraires de René Ghil et du Groupe de l’Abbaye. Elle commence à publier, en arménien et en français (au Mercure de France), et s’affirme comme l’une des écrivaines les plus marquantes de la littérature arménienne. Femme engagée et figure respectée au sein de la communauté arméno-ottomane, en 1909 elle participe à une opération humanitaire de la Croix-Rouge et suit les enquêtes sur les massacres des Arméniens de Cilicie. Cela lui inspire Dans les ruines (1911), son œuvre majeure, où elle pose la question des limites de l’écriture face à l’innommable. Échappée au génocide, en 1915-1916, en 1917 elle publie L’Agonie d’un peuple et déploie ses efforts pour attirer l’attention internationale sur le sort des Arméniens. Après l’armistice de 1918, elle participe aux activités en vue de la reconstruction nationale arménienne et s’intéresse à la réinsertion des femmes islamisées. Invitée par le gouvernement arménien, en 1933 elle s’établit en Arménie soviétique, où elle enseigne à l'Université de Erevan. Déclarée “ennemie du peuple”, en 1937, elle est déportée en Sibérie, où elle finit ses jours sans laisser de traces. Écrivaine prolifique et versatile, Z. Essayan est l’auteure, entre autres, de romans et nouvelles caractérisés par la finesse de l'analyse psychologique des protagonistes féminines. Elle est devenue, aujourd’hui, une figure iconique des mouvements féministes arméniens, en Arménie et en diaspora.

 

Programme des séances

24 février       “Comment sortir d’une terne existence ?” L’écriture comme moyen d’émancipation de la femme dans l’Empire ottoman.

10 mars          Les Jardins de Silihdar : Zabel Essayan à travers son autobiographie.

24 mars         Comment dire l’indicible ? Zabel Essayan et les massacres des Arméniens de Cilicie.

21 avril           Littérature et sacrilège : Zabel Essayan et le génocide des Arméniens.

5 mai              L’art en exil : Zabel Essayan, Mon âme en exil.

12 mai            Figures de femmes dans les écrits de Zabel Essayan.