Troubles du langage : évaluation et remédiation

Du langage à la cognition et vice-versa / From language to cognition and vice-versa (2016-2020)

 Language Cognition.png

 

Descriptif du projet

Cette recherche s'interroge sur les effets que peuvent produire deux types d’entraînement : 1) un entraînement cognitif sur le développement du langage, 2) un entraînement langagier sur la cognition. Nous nous intéressons à deux groupes d'enfants qui présentent des troubles entraînant une dissociation entre les capacités grammaticales et cognitives. En premier lieu, les enfants avec un trouble spécifique du langage (TSL) présentent des difficultés sélectives de la grammaire avec  un QI non verbal normal (Leonard, 1998). A l’opposé, les enfants avec un trouble du spectre autistique (TSA) présentent des difficultés cognitives, particulièrement en théorie de l'esprit, coïncidant avec une forte hétérogénéité dans les compétences linguistiques, y compris en grammaire (Roberts et al, 2004). Trois groupes d'enfants seront entraînés et suivis longitudinalement : des enfants contrôles, des enfants avec TSA et des enfants avec TSL. 

Certaines études montrent des liens étroits entre langage et cognition dans les deux populations que nous étudions avec des difficultés en mémoire de travail dans le TSL (Gathercole & Baddeley, 1990) et en syntaxe dans l’autisme (Durrleman & Delage, soumis). Nous nous proposons d’explorer ces liens par le biais d’études d’entraînement en nous focalisant 1) pour le langage, sur la syntaxe complexe 2) pour la cognition, sur la mémoire de travail (MdT) et la théorie de l’esprit (TdE).

1) De récentes études montrent un lien prédictif entre MdT et complexité syntaxique dans le développement typique (Montgomery et al., 2008; Delage & Frauenfelder, 2012, in prep.) comme dans le TSL (Delage & Frauenfelder, 2013 ; Delage, 2015). Nous proposons ici un entraînement des capacités de MdT afin de vérifier l’impact réel de cet entraînement sur les capacités syntaxiques des enfants avec TSL suivis en logopédie.

2) Certains auteurs postulent un lien entre l’acquisition de la syntaxe de l’enchâssement et la compréhension des fausses croyances qui est importante dans le développement d’une TdE chez l’enfant tout-venant (de Villiers et al., 2000), mais aussi chez l’enfant TSA (Durrleman et al., 2013). Ceci a mené à la découverte qu’entraîner des phrases enchâssées améliore les capacités en TdE chez les jeunes enfants à développement typique (Lohmann & Tomasello, 2003). Comme les enfants atteints de TSA ont des difficultés en TdE, il serait pertinent de déterminer s’ils pourraient également bénéficier d’un tel entraînement.

 

Ce projet s’inscrit dans la problématique de l’interface entre langage et cognition avec une approche ‘evidence-based practice’, actuellement privilégiée en logopédie. En effet, si les résultats confirment l’efficacité des entraînements dispensés aux enfants, la suite logique est le transfert des connaissances scientifiques à la pratique réelle des logopédistes.

 

Hélène Delage était responsable du volet 1 (entraînement de la mémoire de travail) ; Emily Stanford a réalisé son doctorat en partie sur ce volet.

Stéphanie Durrleman  était responsable du volet 2 (entraînement syntaxique).

Julien Da Costa a été engagé sur la conceptualisation des matériels d’entraînement : http://tecfa.unige.ch/proj/logo/

 

---

 

Project description

This project addresses the interface between language and cognition. While in the past there has been a strict division between cognitive determinism and linguistic determinism, we propose to bridge these approaches by asking two main questions: can cognitive training have repercussions on language? Can language training influence cognition? To address these questions, we propose such trainings in two clinical populations classically showing a dissociation between grammatical and cognitive capacities: children with Specific Language Impairment (SLI), said to have selective difficulties in grammar but normal nonverbal IQ (Leonard, 1998); and children with Autism Spectrum Disorder (ASD), said to have selective difficulties in theory of mind, but displaying high heterogeneity in language skills, including grammar (Kjelgaard & Tager-Flusberg, 2001; Roberts et al., 2004). Thus, the populations of SLI and ASD show somewhat complementary but non-overlapping patterns of impairments, and will allow us to investigate the impact of cognition training and language training in two distinct groups of children. The cognition training will focus on enhancing working memory skills, followed by evaluations of syntactic abilities. The language training will focus on complex syntax, followed by evaluations of Theory of Mind skills.

1) The motivation for training working memory (WM) in Study 1, comes from work showing a strong link between WM and syntactic complexity in typical development (Montgomery et al., 2008; Poll et al., 2013; Delage & Frauenfelder, in prep.) as well as in SLI (Montgomery & Evans, 2009; Delage et al., submitted) and in ASD (Eigsti, 2009; Durrleman & Delage, 2016). We hypothesize that the training of WM capacities will prove beneficial for syntactic capacities, particularly for the most complex constructions involving embedding and/or syntactic movement, as these are most likely to solicit computational resources (Jakubowicz, 2011; Delage & Frauenfelder, in prep.). This training will first be evaluated with typically-developing children, and then with children with SLI and ASD, for whom there is a potential clinical application.

2) The motivation for training complex syntax in Study 2 stems from the observed link between the acquisition of embedding and success at false belief tasks (de Villiers et al., 2000). False belief tasks are argued to be a good test of the child’s representational Theory of Mind (ToM), because they rely on their understanding that a belief can be separate and distinct from reality (Dennett, 1979). This connection between syntax and ToM has in turn led to the discovery that training on embedding improves ToM capacities in young children with typical development (Hale & Tager-Flusberg, 2003; Lohmann & Tomasello, 2003). The relationship between embedding and false belief has more recently been shown to hold in ASD and SLI as well (Tager-Flusberg & Joseph, 2005; Durrleman & Franck 2015; de Villiers & de Villiers 2000, a.o.), which leads us to hypothesize that these children, a subset of whom experience difficulties in ToM, will also improve their false belief reasoning thanks to training on embedding.

 

Hélène Delage was responsible for Study 1 (working memory training) ; Emily Stanford completed her PhD in part on this project.

Stéphanie Durrleman was responsible for Study 2 (syntactic training).

Julien Da Costa has been involved in the conceptualization of training materials: http://tecfa.unige.ch/proj/logo/

 

Publications en lien direct avec le projet / Published papers directly related to the project

Delage, H., Eigsti, I. M., Stanford, E & Durrleman, S. (in press). The impact of working memory training on syntax and processing speed for children with ASD. Journal of Autism and Developmental Disorders

Durrleman, S., Dumont, A. & Delage, H. (2022). Syntactic strategy training for theory of mind in deaf children. Journal of Deaf Studies and Deaf Educationhttps://archive-ouverte.unige.ch/unige:160689

Delage, H., Stanford, E & Durrleman, S. (2021). Working memory training enhances complex syntax in children with Developmental Language Disorder. Applied Psycholinguistics, 42(5), 1341-1375 https://doi.org/10.1017/S0142716421000369 ; https://archive-ouverte.unige.ch/unige:153731

Durrleman, S., Colin, C. Urbain, C., Cissokho, M. & Delage, H. (2021). Entraîner la syntaxe : Bénéfices linguistiques et cognitifs chez les enfants avec TDL via une étude de cas multiples. Glossa130, 78-97. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:160702

Delage, H, Stanford, E., Piller, A. G. & Durrleman, S. (2020). Entraînement de la mémoire de travail : Quels effets sur la mémoire et la syntaxe d’enfants présentant un trouble développemental du langage ? Approche Neuropsychologique des Apprentissages chez l’Enfant166, 319-329. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:153726

Durrleman, S. & Delage, H. (2020). Training complements for belief reasoning in Developmental Language Disorder. Journal of Speech, Language and Hearing Research63(6), 1861-1977. https://doi.org/10.1044/2020_JSLHR-19-00075 ; https://archive-ouverte.unige.ch/unige:150330

Delage, H., Stanford, E. & Durrleman, S. (2019). Entraînement de la mémoire de travail chez l’enfant avec TSA : Quel impact sur la syntaxe ? In P. Gatignol & T. Rousseau (Eds.), Troubles du spectre de l’autisme : recherche et orthophonie, pp. 381-408. Collection “Rencontres d’orthophonie”. Isbergues : Ortho-Edition. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:154026

Durrleman, S., Burnel, M., de Villiers, J., Thommen, E., Yann, R. & Delage, H. (2019). The clinical impact of grammar on mentalizing: A study of children with Autism Spectrum Disorder and with Developmental Language Disorder. Frontiers in Psychology, 10, 2478. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2019.02478 ; http://archive-ouverte.unige.ch/unige:149974

Stanford, E., Durrleman, S. & Delage, H. (2019). The effect of working memory training on the production of object clitics in French-speaking children with Developmental Language Disorder. American Journal of Speech-Language Pathology, 28(4), 1388-1410https://doi.org/10.1044/2019_ajslp-18-0238 ; http://archive-ouverte.unige.ch/unige:149969

Delage, H., Gatignol, P. & Durrleman, S. (2017). Entraîner la mémoire de travail pour améliorer la syntaxe : Une étude d’entraînement chez les enfants présentant un trouble spécifique du langage et un trouble du spectre autistique. In P. Gatignol & T. Rousseau (Eds.), Efficacité des thérapies. Collection “Rencontres d’orthophonie”. Isbergues : Ortho-Edition. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:153765

Durrleman, S., Gatignol, P. &. Delage, H., (2017). La théorie de l’esprit peut-elle s’améliorer grâce à un entraînement grammatical ? Une étude chez les enfants atteints de troubles du spectre autistique et de troubles spécifiques du langage. In P. Gatignol & T. Rousseau (Eds.), Efficacité des thérapies. Collection “Rencontres d’orthophonie”. Isbergues : Ortho-Edition. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:153766

 

Subside FNS/SNF Grant n°100014_159606