Cours et séminaires

Séminaire Artl@s : La mondialisation culturelle au prisme du numérique

  • Ce séminaire se propose d'analyser la manière dont la mondialisation artistique et culturelle est étudiée à l'aide des approches numériques, dans une perspective transdisciplinaire, et de contribuer à cette analyse. Circulation des personnes (écrivains, acteurs, artistes, musiciens...), des oeuvres (textes, des images), des styles et des idées - quelles sources et quelles méthodes sont privilégiées ? Pour quels résultats ? Nous analyserons les implications intellectuelles, méthodologiques et politiques de ces approches, et en évaluerons les apports. Nous travaillerons en croisant l'étude de textes d'historien-ne-s de la mondialisation, l'analyse de projets numériques, et les exercices concrets sur des sources numérisées, pour étudier ces circulations.
     
    Le séminaire s'inscrit dans le cadre des travaux du groupe international de recherches Artl@s (https://artlas.huma-num.fr/fr/), en collaboration avec l'équipe du séminaire Artl@s-Paris (Ecole normale supérieure).

    Validation:  Les participant-e-s sont invité-e-s à valider en participant au projet Artl@s. La validation peut aussi se faire, selon le profil et la discipline de chacun-e, par une petite recherche / un projet numérique et sa présentation orale, ou par un commentaire de 10 000 signes maximum (espaces compris). Les sujets et modalités de validation sont donc définies pour chaque personne au début du semestre avec la Pr. Joyeux-Prunel. Cette année, il est proposé de participer à un projet d'exposition sur la circulation internationale des images, en partenariat avec la classe de photographie et la classe de scénographie de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris (Marie-José Burki), ainsi qu'avec un groupe d'étudiant.e.s de l'Ecole normale supérieure de Paris (Léa Saint-Raymond).


    Chaque vendredi de 12h à 14h, salle U159. Attention : la séance du 16 octobre passe en ligne, la salle étant laissée à un colloque.

    Code du séminaire : 32M7124

    Retrouvez les discussions du séminaire, les diaporamas des séances, les textes partagés, et soyez informé-e-s de la vie du séminaire en vous inscrivant sur Moodle.

    • 25 septembre 2020: Introduction.

      Un point de vue historique et critique sur l'histoire des approches mondiales, et sur la place du numérique dans cette historiographie.

      Quelques références (liste plus détaillée en fin de diaporama):

    • 2 octobre. Un projet pour pister la circulation internationale des arts : ARTL@S, et ses coulisses

      Artl@s (https://artlas.huma-num.fr) est un projet de recherche fondé en 2009, qui utilise les outils numériques pour contribuer à une histoire plus mondiale de l'art à l'époque contemporaine. Il met à disposition des chercheurs plusieurs bases de données d'accès ouvert, en particulier BasArt, une base mondiale, collective, de catalogues d'expositions.  La revue plurilingue à comité de lecture Artl@s Bulletin publie des travaux adoptant des approches nouvelles pour étudier la mondialisation artistique et culturelle, notamment des approches numériques, cartographiques et statistiques, ainsi que des études portant sur des régions moins connues des chercheur-se-s. La revue est en open access intégral.

      Références utiles :

       
      A faire pour cette séance et les suivantes :
       
    • 9 octobre. Pister la circulation des images. Le projet VISUAL CONTAGIONS

      Le projet VISUAL CONTAGIONS étudie la circulation mondiale des images à l’ère de l’imprimé sur un siècle, des années 1890 à l'avènement d'Internet. Il décrit et analyse comment certaines images ont plus circulé que d’autres – en reproductions, copies, pastiches, imitations —, par quels canaux et selon quelle chronologie elles se sont diffusé. L’ambition est de comprendre ce qui fait qu’une image eut du succès, mais aussi de cerner comment la circulation des images a contribué à la mondialisation des cultures, et si elle révèle ou non la domination symbolique de certains pays et cultures sur d’autres selon les époques.

      VISUAL CONTAGIONS est financé par le FNS du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2025.

    • 16 octobre ( ! séance en ligne). Atelier : Le but de l'année : une expositions sur les circulations visuelles

      Dans le cadre du séminaire, il vous est proposé de collaborer, du début jusqu'à la fin, à un projet d'exposition sur la circulation des images en Europe, en collaboration avec deux classes de l'Ecole des Beaux-Arts (une classe de l'atelier de photographie, une classe de l'atelier de scénographie) et un groupe d'étudiant.e.s de l'Ecole normale supérieure de Paris.
       
      Cette séance a pour but de présenter le projet - et d'y réfléchir ensemble !
    • 23 octobre (en ligne). Première étape, les corpus ? Constitution, Archivage, Description

      Cette séance est dédiée à la présentation par plusieurs groupes d'étudiant.e.s des corpus choisis pour le projet.
      Nous travaillerons ensemble à la constitution du corpus, à sa description par le biais de métadonnées, et à son archivage numérique.
    • 30 octobre. Que faire avec son corpus ? Introduction à la cartographie

    • 13 novembre. ( en ligne ) Invitée, Laurence Danguy. Approches traditionnelles et outils numériques dans l’étude des périodiques européens

      Le champ de recherche des périodiques illustrés est apparu voici une trentaine d’années. Dans les pays francophones, il a d’abord été investi par les germanistes, avant d’acquérir une dimension interdisciplinaire au début des années 2000. Différentes disciplines y sont depuis représentées: l’histoire culturelle, l’histoire de l’art, les études littéraires ainsi que les études anglophones, germaniques et hispaniques. Cette constellation a favorisé des problématiques interculturelles, dynamisées par l’apparition des outils numériques, d’abord l’accès digitalisé aux revues, puis les programmes de deep learning. L’étude des périodiques engage à présent une méthodologie complexe, croisant des approches traditionnelles et des outils numériques. Ceci a un impact sur les pratiques de la recherche ainsi que sur les présupposés heuristiques.

      L’intervention sera centrée sur l’étude des transferts culturels et artistiques dans l’aire franco-germanique ainsi que sur la reconstruction de réseaux.

      Laurence Danguy a soutenu son doctorat en Histoire et Sciences de l'art en 2006 en cotutelle à l'Ehess et l'Université de Constance. Sa thèse a été publiée en 2009 aux éditions de la Maison des sciences de l’homme de Paris dans la collection Philia sous le titre L’ange de la jeunesse – La revue Jugend et le jugendstil à Munich. Elle a enseigné entre 2005 et 2009 à l’Université de Constance. Elle collabore à l’Unil depuis 2008 en tant que chercheuse (projets FNS/Unil sur le Nebelspalter, notamment), chargée de recherches et chargée de cours. À l’Ehess, elle a été chargée de conférences de 2010 à 2012, puis à nouveau à partir de 2016. Ses recherches actuelles portent sur l’image populaire dans le champ artistique européen, les revues illustrées européennes, le concept de transfert sémantique ainsi que les humanités numériques.

    • 20 novembre. ( ! séance en ligne) Invité: Julien Schuh. Repenser la circulation des images et des textes: le projet ModOAP (Modèles et outils d’ahpprentissage profond)

      Les outils de deep learning développés récemment permettent de repérer des images ou des textes similaires dans des corpus très vastes; mais leur utilisation ne va pas de soi. Comment interpréter les résultats produits par le machine learning? Quelles théories de la culture, de la circulation médiatique, de la mémoire collective proposer pour donner sens à ces nouveaux objets? Le projet ModOAP, qui développe des outils de machine learning et des modèles préentraînés sur des corpus imprimés (presse, manuels, guides de voyage, affiches), cherchera également à penser la reconfiguration des questionnements de l'histoire de la culture à travers le prisme des outils numériques. Je proposerai quelques cas d'études à partir des premiers prototypes développés dans ce cadre.

      Julien Schuh est Maître de Conférence à l'Université Paris Nanterre, CSLF / Membre junior IUF à l'Institut Universitaire de France). http://www.numapresse.org/annuaire/julien-schuh-2/

    • 27 novembre. ( ! séance en ligne) Invitée : Evanghelia Stead. Les revues artistiques et littéraires dans l'internationalisation artistique et littéraire

      Dans le cadre de la publication de son dernier ouvrage, Sisyphe heureux. Les revues artistiques et littéraires, approches et figures  (Presses universitaires de Rennes), la Pr. Evanghélia Stead viendra nous expliquer comment les revues – une des sources les plus disponibles sous format numérique – peuvent être abordées pour étudier la circulation internationale conjointe des textes et des images.

      Evanghélia Stead est Professeure de littérature comparée à l’université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines. http://www.uvsq.fr/mme-evanghelia-stead--369360.kjsp Parmi ses publications : https://www.lalibrairie.com/livres/sisyphe-heureux---les-revues-artistiques-et-litteraires--approches-et-figures_0-6541899_9782753579354.html

    • 4 décembre. Atelier.

      Premiers résultats de la recherche en équipe - qui seront présentés aux étudiants des Beaux-Arts. 

    • 11 décembre. Rencontre avec les étudiants de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris

    • 18 décembre. Atelier

    • 26 février 2021. Atelier

    • 5 mars 2021. Atelier

    • 12 mars 2021. Invité : Marco Jalla, Déplacement et restitution des œuvres d'art : du rôle des copies hier et aujourd'hui.

      Un fac-similé des Noces de Cana, réalisé par l'entreprise madrilène Factum Arte, est aujourd’hui installé à l’emplacement originaire de l’œuvre de Véronèse dans le réfectoire de San Giorgio à Venise. Le chef-d’œuvre est reproduit jusque dans ses moindres détails, y compris les coutures en relief qui joignent les panneaux découpés par les troupes de Napoléon pour transporter le tableau en France en 1797. Cette formidable copie usant de technologies de pointe en matière de photographie numérique et d’impression en relief s’inscrit dans le sillage de différentes expériences menées au XIXe siècle avec des copies peintes alors à la main. Nous proposons donc d’éclairer cette histoire qui pose la question de la substitution de l’original par la copie, la question de la « bonne » et de la « mauvaise » reproduction, et la question épineuse et toujours d’actualité du déplacement et de la restitution des œuvres d’art.

      Marco Jalla est chercheur associé en Histoire de l’art à l’Université de Tokyo. Ses recherches portent sur les fonctions de la copie de peinture au XIXe siècle.

    • 19 mars 2021. Atelier

    • 26 mars 2021. Atelier

    • 16 avril 2021. Atelier

    • 23 avril 2021. Atelier

    • 30 avril 2021. Atelier

    • 7 mai 2021. Atelier

    • 14 mai 2021. Atelier