Trajectoires

 Nominations - Automne 2021

 

Vincent Vargas

vargas.png
Professeur associé
Faculté de médecine
Section de mathématiques, Section de physique
Pôle recherche national SwissMAP

Bio-Express

Vincent Vargas obtient un doctorat en mathématiques appliquées en 2006 à l'Université Denis Diderot (Paris). Après un stage postdoctoral au Capital Fund Management, toujours à Paris, il est nommé chargé de recherche au CNRS et obtient une habilitation à diriger des recherches en 2014. Depuis 2019, il est directeur de recherche au CNRS, basé à l’Université Sorbonne Paris Nord. Vincent Vargas est un expert mondialement reconnu dans le domaine de la gravité quantique. Ses travaux ont été récompensés en 2019 par le prix Marc Yor de l’Académie des sciences en France et à plusieurs reprises par le CNRS. Le professeur Vargas rejoint la Section de mathématiques et le Département de physique théorique de l’UNIGE en tant que professeur associé en novembre 2021. Il renforcera l'interaction entre ces deux domaines stratégiques.

 

Andrea Caviglia

Caviglia.jpg
Professeur ordinaire
Faculté des sciences
Département de physique de la matière quantique

Bio-Express

Andrea Caviglia obtient son doctorat de physique en 2010 à l’Université de Genève. Il effectue ensuite un séjour postdoctoral à l'institut Max Planck de Hambourg et, en 2013, il accepte un poste de professeur assistant à la Delft University of Technology. Il bénéficie d'une bourse ERC starting grant en 2015 et reçoit le prix Nicholas Kurti en 2016, avant d’être promu professeur associé en 2017 à l’Université de Delft. Andrea Caviglia intègre l’UNIGE en janvier 2022, en tant que professeur ordinaire du Département de physique de la matière quantique de la Faculté des sciences.

Andrea Caviglia est un spécialiste de la physique des matériaux quantiques, qu’il étudie par des mesures à l’échelle nanoscopique et par des sondes permettant de mesurer la dynamique ultra-rapide de ces systèmes. Ses recherches se concentrent principalement sur les oxydes de métaux de transition. A des températures très élevées, ceux-ci présentent une étonnante variété de propriétés électroniques fascinantes, telles que le magnétisme et la supraconductivité.

Un des défis de ce domaine consiste à réaliser des matériaux électroniques artificiels ayant de nouvelles propriétés ou fonctionnalités. Sur la base de ses travaux récents, Andrea Caviglia a démontré que la nano fabrication couplée à des impulsions laser femtosecondes peut être utilisée pour révéler et contrôler les propriétés de telles hétérostructures d'oxydes.

 

Philippe Eigenmann

Eigenmann 2021.jpg
Professeur ordinaire
Faculté de médecine
Département de pédiatrie, gynécologie et obstétrique

Bio-Express

Philippe Eigenmann effectue ses études de médecine à Genève. Après une formation en pédiatrie, une spécialisation en allergologie pédiatrique le conduit à l’Université Johns Hopkins, à Baltimore. En parallèle à sa formation clinique, il y effectue des travaux de recherche dans le domaine de l’allergie alimentaire. À son retour aux HUG en 1996, il développe une consultation d’allergologie pédiatrique dont il prend la responsabilité. Il est depuis 2013 le responsable de l’Unité d’allergologie pédiatrique, au sein du Service des spécialités pédiatriques. Il poursuit en outre ses recherches sur la prévention et le traitement des allergies alimentaires et fonde le premier programme académique de recherche et d’enseignement en allergologie pédiatrique de Suisse.
Philippe Eigenmann est membre du comité éditorial de plusieurs revues et est, depuis 2019, éditeur en chef de «Pediatric Allergy and Immunology», le journal le plus cité de la spécialité. Il est également très actif dans les sociétés savantes nationales et internationales du domaine, notamment dans le cadre de l’Académie européenne d’allergologie et immunologie cliniques (EAACI), dont il a présidé la section de pédiatrie et est membre du comité exécutif. Il a également présidé le congrès annuel de l’EAACI à Genève en 2012. Au niveau national, Philippe Eigenmann a présidé la Société suisse d’allergologie et immunologie, dont il est membre d’honneur. Promu à la fonction de professeur associé en 2012, il est nommé professeur ordinaire au Département de pédiatrie, gynécologie et obstétrique de la Faculté de médecine en novembre 2021.

> Page personnelle

 

Frédéric Ris

Ris_Frederic_2018.jpg
Professeur associé
Faculté de médecine
Département de chirurgie

Bio-Express

Frédéric Ris obtient un diplôme fédéral de médecin à Genève en 1999. Il mène ensuite des recherches sur les îlots de Langerhans, puis poursuit sa formation clinique entre Lachen (CH), Genève et Bruxelles. Il occupe notamment la fonction de chef de clinique scientifique aux HUG et développe un projet d’imagerie par résonance magnétique et nanoparticules de fer. Il obtient un titre de spécialiste en chirurgie en 2008 et un doctorat en médecine en 2010. Lors d’un séjour post-doctoral à l’Université d’Oxford, il se spécialise en chirurgie colorectale et proctologique. Il obtient le Board européen de chirurgie colo-proctologique en 2011 et, en 2013, un titre de spécialiste en chirurgie viscérale.
De retour à Genève en 2012, il est nommé responsable en chirurgie colorectale au sein du Service de chirurgie viscérale des HUG. Il supervise alors la réunion de la chirurgie colorectale et de l’Unité de proctologie en 2018, dans le groupe de chirurgie colo-proctologique. Il a par ailleurs participé au programme exécutif de l’INSEAD « Innovation Health for tomorrow » en 2016.  Également enseignant aux niveaux pré- et post-gradués, il dirige régulièrement des travaux de master. Ses recherches portent principalement sur l’innovation en chirurgie (techniques d’imagerie et de réalité augmentée), la chirurgie colorectale, les problématiques du plancher pelvien et la proctologie. Privat-docent de la Faculté de médecine en 2015, il est nommé professeur assistant au Département de chirurgie en 2018, et titularisé à la fonction de professeur associé en novembre 2021.

 

Sébastien Castelltort

Castelltort_photo.jpg
Professeur ordinaire
Faculté des sciences
Département des sciences de la Terre

Bio-Express

Sébastien Castelltort effectue ses études de géologie à l’Université de Montpellier, puis une thèse de Doctorat à l’Université de Rennes (2003). Après un postdoc à l’ETH-Zürich (2003-2005), il est nommé maître de conférence au laboratoire de tectonique de l’Université Pierre et Marie Curie à Paris avant de rejoindre l’ETH-Zürich en 2007 en tant que maître-assistant. Depuis 2011, il est professeur associé au Département des sciences de la Terre de l'Université de Genève et accède à la fonction de professeur ordinaire en décembre 2021. Sébastien Castelltort dirige le groupe de dynamique des surfaces terrestres, il est responsable des activités du Terrascope et, depuis 2019, directeur du Département des sciences de la Terre. Les recherches de son groupe portent sur les successions sédimentaires et l’enregistrement des climats du passé qu’elles contiennent. L’équipe étudie la réponse physique du système Terre, notamment les systèmes fluviatiles, aux grandes perturbations climatiques de l’histoire de la planète, analogues au réchauffement global actuel. En se basant sur une combinaison d’analyses de terrain dans les grandes chaines de montagne (Pyrénées, Alpes, Himalaya, Tian Shan) et sur des modélisations, ses travaux contribuent notamment à démontrer la survenue d’événements de crues extrêmes lors des épisodes de grand réchauffement global du passé. Le professeur Castelltort est également impliqué dans la transmission au grand public des grands principes de géologie fondamentaux et de la compréhension de notre environnement. Il participe notamment au développement du Terrascope au sein du Scienscope de l’Université de Genève, ainsi qu’au projet ClimatiZens (Agora - Fonds National de la Recherche Scientifique). Sébastien Castelltort est en outre auteur et co-auteur de plus de 50 articles scientifiques évalués par des pairs.

 

Korine Amacher

Amacher.jpg
Professeure ordinaire
Faculté des lettres
Département d'études méditerranéennes, slaves et orientales

Bio-Express

Après un doctorat en études russes obtenu en 2001 à l’Université de Genève, Korine Amacher est nommée maître-assistante à l’Université de Genève, puis chercheuse avancée du Fonds national suisse de la recherche scientifique (Moscou, Académie des Sciences de Russie, 2007-2010). En 2012, elle est nommée professeure associée d’histoire russe et soviétique à l’Université de Genève (Faculté des lettres et GSI). Elle accède à la fonction de professeure ordinaire en août 2021. Auteure de nombreuses publications, spécialiste reconnue de l’histoire des mouvements révolutionnaires dans l’Empire russe, de l’historiographie soviétique, ainsi que de la mémoire historique et des politiques mémorielles en Russie, elle s’intéresse également à l’histoire de l’émancipation des femmes en Russie et en URSS, ainsi qu’aux trajectoires individuelles. Elle est par ailleurs directrice du master Russie – Europe médiane du GSI et de la revue internationale Connexe, les espaces postcommunistes en question(s). Depuis 2020, elle codirige en outre le Festival Histoire et Cité de l’Université de Genève.

 

Fabrice Teroni

Photo_Teroni.jpg
Professeur ordinaire
Faculté des lettres
Département de philosophie

Bio-Express

Fabrice Teroni est professeur ordinaire au Département de philosophie de l’Université de Genève et chef de projet au Centre interfacultaire en sciences affectives (CISA). Il partage avec son collègue Julien Deonna la chaire de philosophie des émotions, travaille à l’intersection entre philosophie de l’esprit et philosophie de la connaissance. Ses recherches, menées essentiellement dans le cadre de thumos, le Groupe genevois de recherche sur les émotions, les valeurs et les normes, portent sur les états affectifs, la mémoire et la perception. Parmi ses thèmes de prédilection, on compte les liens entre émotions et valeurs, entre états affectifs et subjectivité, ainsi qu’entre souvenir et connaissance du passé. Il a publié de nombreux articles et des monographies sur la théorie des émotions, la nature de la honte et la mémoire. La théorie attitudinale des émotions et celle de la honte qu’il a développées avec Julien Deonna sont au centre de nombreux débats. Ses intérêts portent également sur les émotions suscitées par la fiction, la nature des concepts évaluatifs ainsi que les rapports entre théories en psychologie et en philosophie des émotions. Il vient d’obtenir un projet FNS pour 4 ans explorant les liens entre émotions et images mentales.


> Page personnelle

 

Julien Deonna

Photo_Deonna.jpg
Professeur ordinaire
Faculté des lettres
Département de philosophie

Bio-Express

Julien Deonna est professeur ordinaire au Département de philosophie et Chef de projet au Centre interfacultaire en science affectives. Après un premier cycle à l’Université de Genève et une thèse de doctorat sur l’empathie à l’Université de Bristol, Julien Deonna occupe des positions postdoctorales aux Universités de Cambridge et UC Berkeley. Il partage aujourd’hui avec son collègue Fabrice Teroni la chaire de philosophie des émotions et mène l’essentiel de ses recherches dans le cadre de thumos, le Groupe genevois de recherche sur les émotions, les valeurs et les normes. Ses intérêts portent sur la philosophie de l’affectivité, les émotions morales et la psychologie morale. Il tente dans ce cadre d’apporter des réponses à la question des liens entre émotions, valeurs et bien-être. Il a publié de nombreux articles et des monographies sur la théorie des émotions, la nature de la honte et l’empathie. La théorie attitudinale des émotions qu’il a développée avec son collègue Fabrice Teroni est au centre de nombreux débats ainsi que ses travaux sur le fait d’être ému. Il vient d’obtenir un projet FNS d’une durée de quatre ans visant à explorer les liens entre émotions et images mentales.

> Page personnelle

 

Marie Houllemare

houllemare.jpg
Professeure ordinaire
Faculté des lettres
Département d’histoire générale

Bio-Express

Marie Houllemare étudie l’histoire aux universités de Grenoble et de Paris-Sorbonne, où elle obtient un doctorat en 2006. Maître de conférences (2009-2019), membre junior de l’Institut universitaire de France (promotion 2014), puis professeure à Amiens (2019-2021), elle effectue par ailleurs plusieurs séjours de recherche au Oxford Center for Global History (2015-2017) et au Oxford Center for European History (2018).

Ses centres d’intérêt portent sur l’histoire de la justice en France et en Savoie au XVIe siècle, ainsi que sur l’histoire comparée et connectée des empires européens. Son habilitation à diriger des recherches, soutenue en 2018, est consacrée aux politiques répressives dans les colonies françaises aux XVIIe et XVIIIe siècles et à leur rôle dans la consolidation impériale.

Nommée professeure ordinaire en histoire moderne au Département d’histoire générale de la Faculté des lettres en août 2021, Marie Houllemare poursuit ses recherches sur l’histoire de l’État impérial, des savoirs de gouvernement, de la communication politique et des archives à l’époque moderne, tout en menant des enquêtes collectives en histoire globale de la violence, cadre dans lequel elle prépare actuellement la parution d’un manuel, le Oxford Handbook of The Seven Years War.

 

 

Giovanna Zapperi

photo portraitGiovanna.jpg
Professeure ordinaire
Faculté des lettres
Unité Histoire de l’art

Bio-Express

Giovanna Zapperi obtient un doctorat à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris en 2005. Elle est professeure d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Tours (2017-2021) et à l’École nationale supérieure d’art de Bourges (2010-2017). Elle est également professeure invitée « Rudolf-Arnheim » à l’Université Humboldt de Berlin (2007-2008), chercheuse en résidence à l’Institut d’études avancées de Nantes (2009), pensionnaire de la Villa Médicis, Académie de France à Rome (2013-2014) et Rudolf-Wittkower-Fellow à la Bibliotheca Hertziana, Institut Max Planck d’Histoire de l’art à Rome (2020-2021). Elle est nommée professeure ordinaire à l’Unité d’histoire de l’art de l’Université de Genève en automne 2021.
Ses recherches portent sur le lien entre le genre, la culture visuelle et la critique dans l’art au 20e siècle, avec une attention particulière pour l’art et les écrits des femmes, la question de l’archive, les rapports entre art et politique, ainsi que les débats critiques actuels sur les théories féministes, queer et postcoloniales en histoire de l’art, sujets sur lesquels elle a publié de nombreux articles dans des revues internationales et des catalogues d’exposition.

> Page personnelle

 

Douglas Teodoro

Teodoro_1.png
Professeur assistant
Faculté de médecine
Département de radiologie et informatique médicale

Bio-Express

Douglas Teodoro étudie l'ingénierie informatique à l'Université fédérale d'Itajubá, au Brésil. Arrivé en Suisse, il travaille au CERN en tant que gestionnaire de données au sein de l’équipe qui a découvert le boson de Higgs. En 2012, il obtient un doctorat en informatique de la Faculté des sciences de l’UNIGE, avec un travail centré sur la gestion et l'analyse sémantique de données biomédicales distribuées pour soutenir la surveillance en temps réel de la résistance antimicrobienne.
Entre 2013 et 2016, de retour dans son pays d’origine, il effectue un séjour post-doctoral au Département des technologies de l'information et de l'éducation sanitaire de l'Université d'État de Rio de Janeiro, suivi d'une expérience dans la recherche industrielle en science des données de santé chez Philips Research.
De retour en Suisse, il rejoint l'Institut suisse de bioinformatique - SIB. En 2019, il est nommé professeur assistant à la HES-SO Genève, où il continue ses recherches en science des données appliquée au domaine biomédical. Il est également responsable de l’enseignement des modules d'algorithmique et de programmation. Douglas Teodoro est nommé professeur assistant au Département de radiologie et d'informatique médicale de la Faculté de médecine de l'UNIGE en automne 2021.

> Page personnelle

 

Christophe Graf

Graf_C.jpg
Professeur associé
Faculté de médecine
Département de réhabilitation et gériatrie

Bio-Express

Christophe Graf effectue ses études de médecine à l’Université de Genève, où il obtient un doctorat en 2005, puis un titre de spécialiste en médecine interne en 2007. Il se spécialise ensuite en gériatrie et passe deux ans en tant que chef de clinique scientifique au sein du Service de gériatrie des HUG. En 2012, il est nommé directeur médical d’un établissement de longs séjours dans le canton de Vaud, tout en restant actif au niveau de l’enseignement et de la recherche à l’Université de Genève. Après quatre ans dans cette fonction, il est nommé chef du Service de réadaptation médicale des HUG, puis chef du Département de réadaptation et gériatrie en 2019. Ses domaines de recherche se concentrent sur l’étude des prédicteurs d’évolution des troubles cognitifs, la validation d’outils d’évaluation gériatrique et la prise en charge nutritionnelle des personnes âgées. Il enseigne régulièrement aux niveaux pré- et post-gradués et préside la Commission des examens de fédéraux de gériatrie depuis 2019. Nommé professeur assistant au Département de réadaptation et gériatrie en 2020, puis professeur associé en octobre 2021, il est nommé à la même date médecin-chef du service de gériatrie et réadaptation des HUG.

> Page personnelle

 

François Jornayvaz

F-Jornayvaz_20210907_0013.jpg
Professeur associé
Faculté de médecine
Département de médecine et Centre facultaire du diabète

Bio-Express

François Jornayvaz obtient en 2000 un diplôme de médecin à Lausanne, qu’il complète par un doctorat en médecine, avec un travail de recherche clinique en physiologie du métabolisme chez des enfants et adolescent-es né-es avec un retard de croissance intra-utérin. Il s’engage ensuite dans une formation clinique à Lausanne et à Genève, et obtient un titre de spécialiste en médecine interne générale avant d’enchaîner avec une seconde spécialisation en endocrinologie-diabétologie lors d’une formation à Genève et à l’Hôpital Cochin de Paris. Il s’envole alors pour l’Université de Yale (New Haven, USA) pour un séjour post-doctoral en recherche fondamentale dans le domaine de la résistance à l’insuline, notamment au niveau hépatique. A son retour aux HUG, il est nommé chef de clinique, puis chef de clinique scientifique, ce qui lui permet de poursuivre son activité de recherche sur le lien entre la résistance à l’insuline et la stéatose hépatique non alcoolique. Il conduit et participe à plusieurs études cliniques, notamment sur le diabète gestationnel tout en s’engageant dans l’enseignement ainsi que dans la formation post-graduée pour médecins généralistes et spécialistes. En 2016, il devient médecin adjoint agrégé responsable de l’unité de diabétologie avant de prendre la tête du service d’endocrinologie, diabétologie, nutrition et éducation thérapeutique du patient en 2021. Privat-docent de la Faculté de médecine de l’UNIGE en 2016, puis chargé de cours en 2019, il est nommé professeur associé au Département de médecine en octobre 2021.


> Page personnelle

 

Benno Rehberg-Klug

rehberg_klug_portrait.jpg
Professeur assistant
Faculté de médecine
Département d'anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences

Bio-Express

Benno Rehberg-Klug effectue des études de médecine à Cologne, où il obtient également un doctorat en médecine sur la distribution des récepteurs excitatoires et inhibitoires dans le cerveau (1991). En 1998, il obtient un titre de spécialiste en anesthésiologie à l’Université de Bonn. Après un séjour post-doctoral de 1992 à 1994 au Weill Medical College de l’Université Cornell à New York, il complète son habilitation en 2000 à l’Université de Bonn avec des travaux sur l’implication des canaux sodiques dans les mécanismes de l’anesthésie. En parallèle, il commence des études en recherche clinique sur le monitoring de la profondeur de l’anesthésie. Dès 2000, il travaille à l’Hôpital universitaire de la Charité à Berlin, où il dirige un groupe de recherche sur le monitorage de la nociception en anesthésie, soutenu par une bourse de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG). Il est nommé professeur associé à la Charité en 2008, où il fait également une spécialisation en antalgie chronique. En 2010, il rejoint le du Service d’anesthésiologie des HUG. Ses domaines de recherche se concentrent désormais sur la chronicisation de la douleur et la prévention de cette chronicisation, surtout dans le cas de la douleur postopératoire. Il est nommé professeur assistant au Département d'anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences de la Faculté de médecine de l’UNIGE en septembre 2021.

 

Sophie de Seigneux

deSeigneux_2020_ASSM.jpg
Professeure ordinaire
Faculté de médecine
Département de médecine


Bio-Express

Sophie de Seigneux effectue ses études de médecine à Genève (diplôme en 2001 et doctorat en 2004), qu’elle compléte par une spécialisation en médecine interne. De 2004 à 2008, elle étudie la pathophysiologie rénale à Aarhus, au Danemark, où elle obtient un doctorat. Elle poursuit sa spécialisation en néphrologie à Genève et à Paris. Depuis 2009, elle combine médecine clinique et recherche fondamentale et a notamment participé, de 2011 à 2014, au Pôle de recherche national en néphrologie (NCCR Kidney).
En 2014, privat-docent de la Faculté de médecine de l’UNIGE et médecin-adjointe agrégée au Service de néphrologie des HUG, elle obtient un subside professoral du FNS. Elle est ainsi nommée professeure assistante en 2015 et fonde son groupe de recherche dont les travaux portent sur la pathophysiologie et le suivi de l’insuffisance rénale chronique. Plus particulièrement, il s’intéresse au rôle des cellules tubulaires comme cibles thérapeutiques, ainsi qu’au diagnostic et au suivi non invasif de la maladie rénale.
Sophie de Seigneux mène de front ses travaux de recherche et sa pratique clinique et managériale tout en s’impliquant activement dans l’enseignement et le mentorat. Elle est au bénéfice de plusieurs fonds compétitifs et de subsides Ambizione et Eccellenza du FNS. En 2020, elle est lauréate du Prix Stern-Gattiker de l’Académie suisse des sciences médicales, une distinction qui récompense des femmes menant une carrière exceptionnelle en médecine académique. Elle est nommée professeure ordinaire au Département de médecine de la Faculté de médecine et médecin-cheffe du Service de néphrologie et hypertension des HUG en octobre 2021.

 

Philippe Bijlenga

Bijlenga_2018.jpg
Professeur associé
Faculté de médecine
Département des neurosciences cliniques

Bio-Express

Philippe Bijlenga obtient un diplôme de médecin à Genève en 1995, puis un certificat de biologie médicale et un doctorat ès sciences. Il effectue ensuite sa formation en neurochirurgie aux HUG, puis passe deux ans (2006-2008) à Cambridge, au Royaume-Uni. A son retour dans le Service de neurochirurgie des HUG, il est successivement nommé chef de clinique, médecin-adjoint, puis médecin-adjoint agrégé. Il est actuellement responsable de la prise en charge des patients aux soins continus de neurochirurgie, ainsi que de la prise en charge pluridisciplinaire des anomalies cérébrovasculaires.
Spécialiste des anévrismes intracrâniens, Philippe Bijlenga possède une expertise à la fois fondamentale et clinique. Il a notamment dirigé des projets de suivi de plusieurs milliers de patients intégrant l’analyse de données démographiques et cliniques mais aussi d’imagerie, de protéomique, de transcriptomique et de génétique dans le but de modéliser la maladie anévrismale et les prises de décisions médicales. Il travaille également sur l’utilisation de la réalité virtuelle et augmentée en neurochirurgie et collabore à un registre des tumeurs de la base du crâne, tout en participant à l’introduction de méthodes innovante dans le suivi des patients souffrant de lésions cérébrales sévères. Nommé professeur assistant au Département des neurosciences cliniques de la Faculté de médecine en 2018, il est titularisé à la fonction de professeur associé en octobre 2021.

 

Guy Haller

Haller_2021.jpg
Professeur assistant
Faculté de médecine
Département d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences

Bio-Express

Guy Haller obtient un diplôme de médecin à Genève en 1993. Après un doctorat en médecine en 1997 et une spécialisation en anesthésiologie, il complète sa formation post-graduée à l’étranger où il obtient un Master en science en informatique médicale (Université de Bath, Royaume-Uni) et un doctorat en épidémiologie (Université de Monash-Melbourne, Australie).
De retour à Genève en 2006, il devient médecin-adjoint au Département hospitalier de médecine aiguë (Unité d’anesthésie gynéco-obstétricale et ophtalmologique), poste qu’il partage à 50% avec une activité dirigée vers la qualité des soins et l’épidémiologie au service qualité des soins et au service d’épidémiologie clinique. En 2015, il prend la direction du projet stratégique 20/20 «Excellence clinique et qualité» des HUG. Il enseigne en parallèle la gestion des services de santé et la qualité à l’Université de Monash en tant que professeur associé. Il dirige plusieurs travaux et un groupe de recherche autour des facteurs de risque organisationnels des complications iatrogéniques et des problématiques de mesure et d’amélioration de la qualité des soins. Privat-docent de la Faculté de médecine de l’UNIGE et chargé de cours en 2017, il est nommé professeur assistant au Département d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences en août 2021.

 

Marie Besson

M-Besson_20210915-17_Préférée_2.jpg
Professeure assistante
Faculté de médecine
Département d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences

Bio-Express

Marie Besson effectue ses études à Genève ; elle obtient un diplôme de médecin en 1998 et un doctorat en 2006. Elle se spécialise en médecine interne et en pharmacologie et toxicologie cliniques (titres de spécialiste en 2006), puis complète cette formation par un fellowship à l’Université de Bristol, au sein de l’Unité de psychopharmacologie ainsi que de la Clinique de la douleur du Bristol Royal Infirmary. De retour en Suisse, elle est nommée médecin adjointe, responsable de l’Unité de psychopharmacologie clinique du Service de pharmacologie cliniques des HUG en 2012.
Spécialiste de la pharmacologie clinique des psychotropes et du traitement médicamenteux de la douleur chronique, Marie Besson mène ses recherches selon deux axes. Le premier vise à explorer le rôle de la transmission GABAergique dans la douleur neuropathique et chronique et sa modulation par des agonistes sélectifs. Elle mène pour cela des recherches sur des modèles animaux ainsi que sur des volontaires sains et des patient-es. Le second consiste en l’adéquation et la sécurité de la prescription dans le domaine du handicap mental au moyen du développement d’outils pharmacologiques et de raisonnement systématiques. Elle est par ailleurs co-responsable depuis 2009 de l’enseignement de la pharmacologie à la Faculté de médecine de l’UNIGE. Privat-docent en 2015 puis chargée de cours en 2017, elle est nommée professeure assistante au Département d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences en septembre 2021.

 

Belén Ponte

B-Ponte_choix1.jpg
Professeure assistante
Faculté de médecine
Département de médecine

Bio-Express

Belén Ponte obtient un diplôme de médecine à l'Université de Genève en 1999. Après un doctorat en médecine, elle se spécialise en médecine interne à Fribourg et à Genève, puis en néphrologie à Londres et Madrid avant de revenir aux HUG en 2008, où elle occupe actuellement la fonction de médecin adjointe agrégée au Service de néphrologie et de l'hypertension. Impliquée dans tous les secteurs cliniques de la néphrologie et l’hypertension, elle acquiert également une certification en échographie rénale. En parallèle à son activité clinique, elle s’intéresse à l’épidémiologie au travers de son implication dans une étude populationnelle suisse multi-centrique SKIPOGH (Swiss Kidney Project on Genes and Hypertension). Elle est également titulaire d’un Master en science en épidémiologie de la London school of hygiene & tropical medicine et d’un doctorat en sciences de la vie.
Ses travaux de recherche concernent les biomarqueurs des maladies rénales chroniques, l’hypertension artérielle et les marqueurs cardiovasculaires dans le cadre d’études populationnelles mais aussi d’études de plus petite envergure. Déjà titulaire d’un Diplôme interuniversitaire (DIU) en facteurs de risque cardio-vasculaire et hypertension, elle reçoit un titre européen de spécialiste en hypertension en 2020. Privat-docent de la Faculté de médecine en 2016, elle est nommée professeure assistante au Département de médecine en juillet 2021.

 

Gregory Antonarakis

greg antonarakis 2.jpg
Professeur associé
Faculté de médecine
Département de réhabilitation oro-faciale
Division d’orthodontie
Clinique universitaire de médecine dentaire

Bio-Express

Gregory Antonarakis effectue des études de médecine-dentaire à la Faculté de médecine de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni). Après avoir travaillé quelques années en tant que médecin-dentiste généraliste, il rejoint la Faculté de médecine de l’UNIGE, où il accomplit sa spécialisation en orthodontie. Il est également titulaire d’un master en biologie orale et d’un doctorat en médecine dentaire. Il obtient ensuite un PhD en orthodontie de l’Université de Göteborg en Suède. Sa formation l’amène au Canada, à l’Hospital for Sick Children (Université de Toronto), où il effectue un clinical fellowship sur l’orthodontie chez les enfants avec des fentes labio-maxillo-palatines et anomalies crânio-faciales.
De retour à la Faculté de médecine de l’UNIGE en 2013, il rejoint la division d’orthodontie où il est nommé privat-docent en 2015, puis chargé de cours en 2017. Ses recherches portent notamment sur les enfants avec fentes labio-maxillo-palatines, les traitements combinés orthodontico-chirurgicaux, et plus récemment, sur les soins orthodontiques chez les enfants en situation de handicap. Il participe également activement au lancement d’une clinique spécialisée dans les soins orthodontiques aux enfants en situation de handicap (clinique SOESH), active depuis 2019, dont il est le responsable. Il est nommé professeur associé au Département de réhabilitation oro-faciale en octobre 2021.

 

Noëlle Junod Perron

N-Junod_20210907_choix1.jpg
Professeure assistante
Faculté de médecine
Département de santé et médecine communautaires

Bio-Express

Noëlle Junod Perron obtient  un diplôme de médecin à Genève (1995), puis un titre FMH de spécialiste en médecine interne (2001) après s’être formée à La Chaux-de-Fonds, Bâle et Lausanne. Arrivée aux HUG en 2001 comme cheffe de clinique à la Policlinique de médecine, elle se spécialise alors en éducation médicale. Elle obtient un master en 2007 puis un doctorat « in Health Profession Education » en 2013 à l’Université de Maastricht aux Pays-Bas. Elle est par ailleurs installée en cabinet privé à temps partiel depuis fin 2016.
Privat-docent de la Faculté de médecine en 2014, elle rejoint alors l’Unité de Développement et de recherche en éducation médicale (UDREM). Depuis 2021, elle est directrice du CAS de formateur/formatrice dans le domaine des sciences de la santé. Elle est également responsable du programme d’enseignement de la communication en milieu clinique auprès des étudiant-es en médecine et coordonne le programme de compétences en supervision et encadrement à l’attention des chef-fes de clinique des HUG. Ses domaines de recherche touchent à la communication médecin-patient-e, à l’acquisition des compétences cliniques et à la formation des formateurs et formatrices. Elle est nommée chargée de cours en 2018, puis professeure assistante au Département de santé et médecine communautaires en août 2021.

 

Christoph Riedo

Riedo Christoph.jpg

Professeur assistant
Faculté des lettres
Département de musicologie et Unité de musicologie

Bio-Express

Christoph Riedo étudie la musicologie et l’histoire aux Universités de Berne, Padoue et Fribourg, où il obtient un doctorat en 2012. Également titulaire d’un diplôme de maître de gymnase (DMG), il participe à plusieurs projets de recherche du Fonds national suisse (FNS) et poursuit un cursus postdoctoral au Kunsthistorisches Museum de Vienne (2015) et à la Harvard University (2015-2017). À son retour des États-Unis, il est nommé chargé de cours aux Universités de Bâle (2018-2021) et de Fribourg (2021), ainsi qu’aux Hautes écoles de musique de Berne (2018-2019) et de Fribourg-en-Brisgau (2020-2021). A la rentrée académique d’automne 2021, il prend ses fonctions de professeur assistant à l’unité de musicologie de la Faculté des lettres de l’Université de Genève.


Ses travaux scientifiques couvrent une période s’étendant du XVe au début du XIXe siècle et portent notamment sur la musique religieuse catholique, l’histoire musicale suisse, la pratique instrumentale et l’interprétation historiquement informée.


En plus de son cursus universitaire, Christoph Riedo a étudié le violon baroque à Bâle (Schola Cantorum Basiliensis), à Genève (Centre de musique ancienne) et à Milan (Civica Scuola di Musica). Il a participé à une quinzaine d’enregistrements avec des orchestres et ensembles actifs dans le domaine de l’interprétation historiquement informée. Il porte ainsi un intérêt de longue date à l’échange entre la recherche scientifique et la pratique musicale, qu’il entend d’ailleurs encourager à Genève dans le cadre du cursus de bachelor en partenariat avec la Haute École de Musique de Genève (HEM).

 

Julie Péron

Peron.jpg

Professeure associée
Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation
Section de psychologie

Bio-Express

Après l’obtention d’un diplôme d'études supérieures spécialisées (2002), puis d’un diplôme d’études approfondies (2004) dans le domaine de la neuropsychologie, Julie Péron soutient une thèse de doctorat en Sciences de la Santé à l’Université Rennes 1 en 2008. Ce travail lui vaut le Prix Bretagne jeunes chercheurs ainsi que le Prix Alain Agniel de la Société de neuropsychologie de langue française.
Désireuse d’ancrer ses recherches dans la pratique, Julie Péron exerce en parallèle la neuropsychologie clinique au sein du Centre hospitalier universitaire de Rennes, successivement à la consultation mémoire, au sein du service de neurologie adulte et à l’Unité de médecine hautement spécialisée dans les mouvements anormaux.

De 2009 à 2013, elle effectue un séjour postdoctoral au Centre interfacultaire en sciences affectives de l’Université de Genève où elle développe ses travaux sur les liens entre la motricité et les émotions auprès de personnes vivant avec des pathologies du système nerveux central telles que la maladie de Parkinson.

En 2014, elle est nommée maître-assistante à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève. Elle reprend, dans le même temps, son activité clinique au sein du Service de neurologie adulte des Hôpitaux Universitaires de Genève où elle est promue psychologue responsable de l’Unité de neuropsychologie en 2019. Elle crée alors le Laboratoire de neuropsychologie clinique et expérimentale, et poursuit, avec son équipe, ses travaux dans le domaine de la neuropsychologie de l’habitude et des comportements répétitifs pathologiques liés à une affection cérébrale.

Julie Péron est une membre active de l'Association suisse des neuropsychologues de 2015 à 2019, pour laquelle elle exécute des mandats au sein du bureau (2015-2016) et de la commission de formation continue (2015-2019). Elle est par ailleurs membre du comité scientifique de l’Association France Parkinson.

Julie Péron est nommée professeure associée à la Section de psychologie en septembre 2021 et devient titulaire de la chaire de neuropsychologie clinique.


 

Nadia Elia

Elia_Nadia.jpg

Professeure assistante
Faculté de médecine
Département d'anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences

Bio-Express

Nadia Elia obtient un diplôme de médecin à Genève en 1998, puis un doctorat en 2000. En 2005, elle entame une formation en épidémiologie qui lui permet d’obtenir un diplôme de la London School of Hygiene and Tropical Medicine en 2006, puis un Master of Science de l’Université de Londres en 2008. Elle partage ensuite son temps entre l’Institut de médecine sociale et préventive – devenu Institut de santé globale – de la Faculté de médecine de l’UNIGE et le Service d’anesthésiologie des HUG.

Nadia Elia obtient un titre de spécialiste FMH en santé publique en 2012 et quitte l’Institut de santé globale en 2020 pour se concentrer sur le développement de l’unité d’investigations anesthésiologiques au sein du Service d’anesthésiologie des HUG, où elle fournit une aide méthodologique aux chercheuses et chercheurs anesthésistes. Elle développe par ailleurs ses propres travaux de recherche sur le thème de l’intégrité scientifique. En parallèle, elle enseigne l’épidémiologie et la méthodologie de la recherche à la Faculté de médecine ainsi qu’aux HUG, tout en participant activement à la mise en œuvre du partenariat avec les patient-es dans le domaine de la recherche. Dans ce cadre, elle est à l’origine d’une plateforme, mise en ligne en 2021, visant à améliorer la visibilité et la transparence des études impliquant des patient-es menées au HUG et à l’UNIGE. Privat-docent de la Faculté de médecine en 2017, elle est nommée professeure assistante au Département d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences en août 2021.

 

Lee Howell

Howell.png

Professeur associé invité
Faculté d'économie et de management
Institut de management

Bio-Express

L’Université de Genève a nommé le 1er août 2021 Lee Howell au rang de professeur associté invité à la Faculté d’économie et de management.
Lee Howell enseigne deux nouveaux cours à l'Institute of Management de la GSEM : « The Fourth Industrial Revolution » (automne 2021) et « Disruptive Technologies » (printemps 2022). Les thèmes clés de ces deux cours sont la transition énergétique vers la neutralité carbone, les pratiques de gestion responsables au-delà des métriques ESG, et le leadership des systèmes dans le capitalisme participatif.
Lee Howell a obtienu un doctorat en droit à l'Université de Saint-Gall avec une thèse portant sur la gestion des risques au niveau du conseil d'administration. Il est également diplômé de l'Université du Maryland, de la Delaware Law School et de l'American University Washington College of Law.
Directeur général du Forum économique mondial (WEF) et responsable de sa réunion annuelle phare à Davos-Klosters de 2009 à 2020, Lee Howell occupe actuellement le poste de conseiller principal auprès du président du WEF. Il a débuté sa carrière dans les affaires internationales en tant que membre du Center for Strategic and International Studies et a été conseiller principal pour l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). Il a en outre travaillé au sein de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) afin de lancer des initiatives visant à promouvoir la réconciliation dans les communautés marquées par la violence ethnique.
Le professeur Howell écrit fréquemment sur les tendances mondiales, le leadership des systèmes, la résilience aux risques et la quatrième révolution industrielle. Ses recherches portent sur les plateformes numériques, les risques mondiaux, les récits stratégiques et l'innovation technologique
> Page personnelle

 

Enrica Bordignon

Bordignon_photo_PO_01.10 ou 01.11.2021_31.07.2025.jpg

Professeure ordinaire
Faculté des sciences
Département de chimie physique

Bio-Express

Enrica Bordignon étudie la chimie à l'Université de Padoue où elle réalise une thèse en chimie physique consacrée à l'application de spectroscopies de résonance magnétique pour l'étude de processus impliqués dans la photosynthèse. Elle effectue un premier stage postdoctoral à l'Université d'Osnabrück, puis un second à l'Ecole polytechnique fédérale de Zürich, où elle devient maître-assistante en 2012. Elle est nommée professeure associée en biophysique à la Freie Universität de Berlin en 2013. Depuis 2016, elle est professeure associée à la Faculté de chimie et biochimie de l'Université de la Ruhr à Bochum, où elle dirige un groupe d'une dizaine de personnes. Son groupe figure parmi les seuls au monde à pouvoir mesurer des spectres résonance paramagnétique électronique (RPE) dans des cellules. En octobre 2021, Enrica Bordignon est nommée au titre de professeure ordinaire au Département de chimie physique de la Section de chimie et biochimie de l’UNIGE. Elle poursuivra ses activités de recherche dans la dynamique structurale de protéines lors de processus d'intérêts biomédicaux étudiée par spectroscopie RPE, travaux qui lui ont déjà valu une reconnaissance internationale.

 

Claire Balleys

claire_Balleys.jpg

Professeure associée
Faculté des sciences de la société
Medi@lab

Bio-Express

Claire Balleys est sociologue de la jeunesse et des pratiques numériques. Ses travaux portent sur les sociabilités et les cultures numériques, en lien avec les contextes sociaux dans lesquels elles s’inscrivent. Elle mène actuellement une recherche sur l’appropriation des espaces urbains par les jeunes en Suisse.


Après un doctorat en sociologie de la communication et des médias obtenu à l'Université de Fribourg, Claire Balleys effectue des séjours scientifiques à Télécom ParisTech, à l'Institut national de la recherche scientifique du Québec et au sein du LabCMO à Montréal. De 2017 à 2021, elle est professeure assistante à la Haute école de travail social de Genève (HES-SO). Parallèlement à ses activités scientifiques, Claire Balleys mène des projets de politique publique visant la promotion de la participation juvénile via les médias sociaux au Canada et en Suisse. Ses enseignements portent sur les usages des écrans et des médias sociaux, les processus de socialisation, les méthodes de recherche qualitative, les cultures juvéniles et les communautés en ligne. Claire Balleys est nommée professeure associée au sein du Medi@lab de la Faculté des sciences de la société de l’UNIGE à la rentrée d’automne 2021.

 

Nicolas Baya Laffite

baya.png

Professeur associé
Faculté des sciences de la société
Département de sociologie

Bio-Express

Nicolas Baya Laffite est sociologue des sciences et des techniques. Ses recherches visent à comprendre la productivité des conflits dans la production des ordres sociotechniques et de l'innovation. Son approche porte une attention particulière au jeu entre droit, technologies, et savoirs dans le gouvernement des agencements conflictuels à des échelles multiples, du local au transnational. Longtemps centrés la question environnementale, ses terrains d’enquête se sont progressivement élargis, s’ouvrant au numérique: d’abord comme moyen pour étudier des dynamiques conflictuelles diverses, puis comme dynamique conflictuelle à étudier en elle-même.
Formé en sciences politiques et en gestion métropolitaine à l'Université de Buenos Aires, Nicolas Baya Laffite obtient un doctorat en études sociales des sciences et des techniques à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris. Il poursuit sa carrière au STSLab de l'Université de Lausanne, au médialab de Sciences Po et au Laboratoire interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS) de l'Université Paris-Est. Il effectue en outre des séjours scientifiques à la TU Berlin et au Centro CTS de l'Universidad Maimonides, en Argentine.
Nommé professeur associé à la Faculté des sciences de la société de l’UNIGE à la rentrée d’automne 2021, ses enseignements consisteront en des cours introductifs à l’étude des sciences et des techniques en société au niveau Bachelor, et des cours avancés pour les étudiants des Masters de la faculté proposant une approche par projets autour des enjeux technoscientifiques des transitions – notamment écologique et numérique.
En parallèle, Nicolas Baya-Laffite accorde une place fondamentale à la troisième mission de l’Université, le Service à la cité. Il est mandaté en tant qu'expert pour la plateforme de politiques d'innovation de l'OCDE, le programme MOST (Gestion des transformations sociales) de l'UNESCO, le projet REPERE (Participation des ONG au pilotage de la recherche) du ministère français de l'environnement, ou encore auprès de la Cité des Sciences et de l’industrie de Paris, dans le cadre du projet World Wide Views on Climate Waroming du Danish Board of Technology. 

 

Lucia Ruiz Rosendo

Headshot_LuciaRuizRosendo.jpeg
Professeure associée
Faculté de traduction et d'interprétation
Département d'interprétation

Bio-Express

Lucía Ruiz Rosendo obtient un doctorat en traduction et interprétation à l’Université de Grenade (Espagne) en 2006 et une maîtrise d’études avancées (MAS) de formation d’interprètes à la Faculté de traduction et d’interprétation de l’Université de Genève en 2012.
Elle travaille comme formatrice d'interprètes et chercheuse à l'Université Pablo de Olavide de 2004 à 2015 avant d'être nommée professeure assistante au Département d'interprétation de la Faculté de traduction et d’interprétation de l’UNIGE.
Ses domaines de recherche principaux sont l’interprétation dans les zones de conflit, l’interprétation dans les organisations internationales et la formation d’interprètes, sujets de nombreux articles et livres.
Lucía Ruiz Rosendo enseigne dans le cadre de la maîtrise en interprétation de conférence (MACI) et la maîtrise d’études avancées (MAS) de formation d’interprètes. Elle coordonne également l’École doctorale virtuelle de la FTI et participe à la création de cours en ligne en interprétation. Elle est également la coordinatrice des programmes conjoints entre la FTI et le CICR, ainsi qu’entre la FTI et l’ONU, visant à former des interprètes qui travaillent sur le terrain
Elle pilote par ailleurs le projet AXS, centré sur l’interprétation dans des différentes étapes des conflits. En août 2021, Lucia Ruiz Rosendo est nommée professeure associée de la Faculté.

 

Clément Mazet

Mazet_photo_PO_01.08.2021_31.07.2025.jpg
Professeur ordinaire
Faculté des sciences
Département de chimie organique

Bio-Express

En août 2021, Clément Mazet est nommé professeur ordinaire au Département de chimie organique, Section de chimie et biochimie de la Faculté des sciences de l'Université de Genève.

Clément Mazet soutient sa thèse de doctorat en 2002 à l’Université de Strasbourg (France). Après des expériences postdoctorales dans le domaine de la catalyse par des complexes organométalliques à l’Université de Bâle (Suisse) puis à l’Université d’Harvard (États-Unis), il est recruté en tant que maitre-assistant au sein du Département de chimie organique de l'Université de Genève en 2007. Il obtient un financement FNS professeur boursier et suite à un concours, est promu au titre de professeur associé en 2014. La qualité de ses enseignements est rapidement reconnue tant par les étudiant-es que par ses pairs. Il développe également un programme de point, axé sur des transformations chimiques d’intérêt tant pour la synthèse organique que pour la pharmaceutique. Il est l’auteur de près de 70 articles scientifiques parus dans des revues de premier plan.

Le professeur Clément Mazet sera responsable d’un enseignement en chimie organique à divers échelons du parcours universitaire. La catalyse sélective occupe un rôle central dans la recherche contemporaine en chimie organique et le programme de recherche développé par le professeur Clément Mazet s’inscrit dans cet esprit.



> Page personnelle

 

Isabelle Charnavel

IsabelleCharnavel-Photo.jpg
Professeure ordinaire
Faculté des lettres
Département de linguistique

Bio-Express

Après une formation en lettres classiques et en linguistique historique à l’École Normale Supérieure et à la Sorbonne (Paris), Isabelle Charnavel obtient un doctorat en sciences cognitives à l’Université Pierre-et-Marie-Curie (Paris-VI) en 2011, puis un doctorat en linguistique à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) en 2012. De 2013 à 2021, elle est professeure assistante, puis associée, au Département de linguistique de l’Université de Harvard, où elle enseigne et encadre des étudiant-es du bachelor au doctorat. A l’été 2021, elle est nommée professeure ordinaire au Département de linguistique de l’Université de Genève.


Le projet général qui sous-tend ses recherches vise à modéliser la faculté de langage des humains, leur remarquable capacité cognitive à produire et à comprendre une infinité d’énoncés. Ses recherches portent principalement sur la relation entre le sens et la forme des énoncés, ainsi que sur les interactions entre le système linguistique et le contexte extralinguistique. Afin de développer des théories prédictives expliquant ces liens entre sémantique, pragmatique et syntaxe, elle examine différents phénomènes translinguistiques, principalement en français, mais aussi dans d’autres langues comme l’anglais, le chinois ou l’islandais. Elle s’intéresse notamment au fonctionnement des pronoms réfléchis et intensifieurs tels que son propre en français ou herself en anglais, ainsi qu’à celui des expressions indexicales, dont le sens dépend du contexte d’énonciation, telles que le pronom je ou l’adverbe demain.

 

Susan Pickford

headshot_SusanPickford[2].JPG
Professeure assistante
Faculté de traduction et d’interprétation
Département de traduction

Bio-Express

Après des études de littérature française et allemande à l'université d'Oxford et une première expérience professionnelle dans l'édition à Paris, Susan Pickford obtient un doctorat en lettres modernes à l'Université de Toulouse en 2006, avec une thèse consacrée au récit de voyage excentrique post-sternien.
Elle est nommée maître de conférences en traductologie à l'Université Paris XIII en 2007, puis à l’Université Paris-Sorbonne en 2013. Ses recherches se situent à l'interface de la traductologie et de l'histoire du livre. Elle s'intéresse tout particulièrement à la sociologie professionnelle des traducteurs littéraires. Elle travaille actuellement à une monographie consacrée à la place des traducteurs dans le paysage éditorial français au XIXe siècle. Nommée professeure assistante au Département de traduction de la Faculté de traduction et d’interprétation de l’UNIGE, elle intègre l’Unité d'anglais en septembre 2021.
Susan Pickford est par ailleurs traductrice professionnelle du français et de l'allemand vers l'anglais, spécialiste des arts et des sciences humaines, avec plusieurs centaines de traductions à son actif, notamment pour les grands musées parisiens. Elle a été membre élue du bureau de l'Association des traducteurs littéraires de France pendant une dizaine d'années et collabore régulièrement avec le Centre national du livre et d'autres instances pour des expertises en traduction.