Trajectoires

 Nominations - Printemps 2021

 

Susan Pickford

headshot_SusanPickford[2].JPG
Professeure assistante
Faculté de traduction et d’interprétation
Département de traduction

Bio-Express

Après des études de littérature française et allemande à l'université d'Oxford et une première expérience professionnelle dans l'édition à Paris, Susan Pickford obtient un doctorat en lettres modernes à l'Université de Toulouse en 2006, avec une thèse consacrée au récit de voyage excentrique post-sternien.
Elle est nommée maître de conférences en traductologie à l'Université Paris XIII en 2007, puis à l’Université Paris-Sorbonne en 2013. Ses recherches se situent à l'interface de la traductologie et de l'histoire du livre. Elle s'intéresse tout particulièrement à la sociologie professionnelle des traducteurs littéraires. Elle travaille actuellement à une monographie consacrée à la place des traducteurs dans le paysage éditorial français au XIXe siècle. Nommée professeure assistante au Département de traduction de la Faculté de traduction et d’interprétation de l’UNIGE, elle intègre l’Unité d'anglais en septembre 2021.
Susan Pickford est par ailleurs traductrice professionnelle du français et de l'allemand vers l'anglais, spécialiste des arts et des sciences humaines, avec plusieurs centaines de traductions à son actif, notamment pour les grands musées parisiens. Elle a été membre élue du bureau de l'Association des traducteurs littéraires de France pendant une dizaine d'années et collabore régulièrement avec le Centre national du livre et d'autres instances pour des expertises en traduction.

 

Thomas Sheldrake

Sheldrake_nomination_PA_photo.png
Professeur assistant
Faculté des sciences
Département des sciences de la Terre

Bio-Express

Thomas Sheldrake est un spécialiste en volcanologie. Il s’intéresse plus particulièrement aux processus qui contrôlent la fréquence, la magnitude et la géochimie des éruptions volcaniques. Son parcours est marqué par la mobilité et de nombreuses collaborations internationales et interdisciplinaires. Il a obtenu un MA (Hons) en géographie et économie à l'Université d'Édimbourg en 2010 et un MSc en risques naturels à l'Université de Bristol en 2011. Suite à cela, il reçoit une bourse de l'Université de Bristol pour étudier les volcans qui construisent des dômes de lave. En vue d’approfondir ses connaissances dans les processus magmatiques et volcaniques, il rejoint le groupe de pétrologie et volcanologie du professeur Caricchi à l'Université de Genève fin 2015. Depuis, il acquiert une expertise dans le développement de nouvelles approches pour quantifier la variabilité géochimique des roches à diverses échelles spatiales, allant du micromètre à l’échelle de l’affleurement.
En juin 2021, il intègre le Département des sciences de la Terre de l’Université de Genève en tant que professeur assistant Eccellenza financé par le FNS. Son groupe de recherche (Volcanic Geochemistry and Eruption Geochronometry) vise à comprendre comment les coraux enregistrent le volcanisme, en étudiant les mécanismes d’incorporation de traceurs géochimiques dans leur squelette. Le but principal de ses travaux est de reconstruire l'activité magmatique à très haute résolution temporelle (années, saisons), ce qui aidera à mieux prédire les éruptions volcaniques. En amenant et en développant une nouvelle discipline de recherche à Genève, Thomas Sheldrake vient renforcer l’excellence académique du département des sciences de la Terre où différents groupes mènent des recherches de pointe dans les domaines de la volcanologie et des paléoclimats.

 

David Ehrenreich

photo_Ehrenreich.png
Professeur associé
Faculté des sciences
Département d'astronomie

Bio-Express

David Ehrenreich obtient un doctorat ès sciences à l’Université Pierre & Marie Curie (Paris VI) en 2017. Spécialiste des atmosphères des exoplanètes, il est reconnu mondialement dans son domaine de recherche. Il est l’auteur de nombreuses publications scientifiques et exposés de revue dans des conférences internationales.
Ses travaux de recherche en astrophysique concernent plus précisément les exoplanètes, leur formation, leur composition et l’étude de leur atmosphère lorsqu’elles en possèdent une. David Ehrenreich rejoint le Département d’astronomie de l’Université de Genève en septembre 2012 au bénéfice d’une bourse européenne Marie-Curie (FP7), puis devient collaborateur scientifique en juin 2015. Suite à l’obtention d’une bourse ERC Consolidator (H2020), il est nommé professeur associé suppléant en 2017 avant d’accéder en juin 2021 à la fonction de professeur associé dans le cadre du PRN-PlanetS.
Avec son groupe au sein du Département d’astronomie, David Ehrenreich cherche à observer et à modéliser les propriétés des atmosphères des exoplanètes. Il est également impliqué en tant que «mission scientist» sur le satellite CHEOPS, la première mission spatiale sous leadership suisse de l’Agence Spatiale Européenne dédiée aux exoplanètes.
> Page personnelle

 

Aleksandr Logunov

Logunov_ Photo.jpg
Professeur ordinaire
Faculté des sciences 
Section de mathématiques & Pôle de recherche national SwissMAP

Bio-Express

Aleksandr Logunov obtient un doctorat en 2015 à l'Université de Saint-Pétersbourg. Depuis 2018, il est professeur assistant à l’Université de Princeton. Il s’est illustré par des découvertes importantes sur les propriétés fondamentales des solutions de l’équation de Laplace en démontrant les conjectures de Yau et de Nadirashvili. Il a été récompensé pour ses travaux par le Clay Research Award en 2017, par le Prix Salem en 2018, par le Prix de la Société Mathématique Européenne en 2020 et par le New Horizons Prize en 2021. Il a été conférencier invité au congrès international des mathématiciens à Rio de Janeiro en 2018. Aleksandr Logunov est nommé professeur ordinaire à la Section de mathématiques de la Faculté des sciences de l’Université de Genève en juin 2021 et au Pôle de recherche national SwissMAP.

 

Pascal Oesch

Oesch_Photo.jpg
Professeur associé
Faculté des sciences
Département d'astronomie

Bio-Express

Pascal Oesch obtient en 2010 un doctorat ès sciences à l’ETHZ. Il décroche dans la foulée la prestigieuse « Hubble fellowship », bourse qui le mène aux États-Unis, d’abord à l’Université de Californie à Santa Cruz, puis au Yale Center for Astronomy and Astrophysics à New Haven. En 2016, il rejoint l’Université de Genève en tant que professeur assistant, grâce au programme Professorships du FNS. En juin 2021, il accède au titre de professeur associé au Département d’astronomie de la Faculté des sciences de l’UNIGE.

Pascal Oesch est un expert mondialement reconnu dans le domaine de la recherche et de l’étude des galaxies les plus lointaines. En 2020, il intègre pour la seconde fois la très prestigieuse liste des 1% des scientifiques les plus cités au monde, tous domaines confondus.

Pascal Oesch est un chercheur brillant, comme en témoignent la qualité et le nombre de ses publications, ainsi que les importants projets observationnels qu’il dirige avec les télescopes spatiaux Hubble et Spitzer, mais aussi avec les Very Large Telescopes au Chili et les télescopes Keck à Hawai. Il est également régulièrement invité à participer à des conférences internationales où ses exposés de revue sont unanimement reconnus par ses pairs. Les activités du professeur Oesch au Département d’astronomie renforceront de manière significative l’axe de recherche en galaxies et Univers lointain tout en permettant de consolider la place de ce groupe dans l’élite mondiale. Ce domaine de recherche de pointe bénéficiera d’un essor considérable ces prochaines années grâce au lancement du James Webb Space Telescope, prévu à la fin de cette année, ainsi qu’à la mise en service, dès 2025, du télescope géant Extremely Large Telescope de 39 mètres de diamètre.

 

Monika Lendl

Lendl_photo.jpeg
Professeure assistante
Faculté des sciences
Département d'astronomie

Bio-Express

Monika Lendl obtient en 2014 un doctorat ès sciences à l’Université de Genève. Après une thèse sous la direction du professeur Didier Queloz au Département d’astronomie, elle effectue plusieurs séjours postdoctoraux à l’Université de Liège puis à l’Institut für Weltraumforschung de Graz. Elle revient à Genève en avril 2019 en tant que collaboratrice scientifique pour le NCCR PlanetS. Au 1er juin 2021, Monika Lendl accède au titre de professeure assistante au Département d’astronomie suite à l’obtention d’une bourse FNS Eccellenza.
Spécialiste de la science des exoplanètes, experte de premier plan en photométrie de précision dans le visible et l’infra-rouge ainsi que dans les mesures des vitesses radiales stellaires, elle est reconnue mondialement dans son domaine de recherche. Elle est l’auteur de nombreuses publications scientifiques et exposés de revue dans des conférences internationales.
Ses travaux de recherche en astrophysique concernent plus précisément le suivi photométrique à haute-précision des candidats planétaires détectés dans les différents programmes de recherche de planètes en transit, en particulier via les grands relevés sols tels que WASP et NGTS et via les missions spatiales telles que TESS et CHEOPS. Elle étudie également la mesure dans l’infra-rouge, avec l’instrument HAWK-I sur le VLT/ESO, de l’émission venant directement de la planète via la mesure du flux manquant quand la planète est cachée derrière l’étoile au moment d’une éclipse secondaire.
Avec son groupe au sein du Département d’astronomie, Monika Lendl apporte un savoir-faire de haut niveau pour la réduction des données photométriques et le retour scientifique de la mission CHEOPS et, à plus long terme, de la mission PLATO.

 

Damien Segransan

Photo_SEGRANSAN Damien.jpg
Professeur associé
Faculté des sciences
Département d'astronomie

Bio-Express

Damien Ségransan obtient en 2001 un doctorat ès sciences, mention astrophysique à l'Université Joseph Fourier de Grenoble. Il rejoint le Département d’astronomie de la Faculté des Sciences l’Université de Genève en 2001 en tant que post-doctorant, puis est recruté comme collaborateur scientifique de 2012, avant d’être nommé maître d’enseignement et de recherche en 2014, et enfin professeur associé en février 2021.

Damien Ségransan est un astronome internationalement reconnu pour ses travaux dans le domaine de la recherche et de la caractérisation de planètes extra-solaires par les techniques les plus variées, telles que l’imagerie à très haute résolution angulaire en utilisant l’interférométrie ou l’optique adaptative, les vitesses radiales ou encore l’astrométrie d’extrême précision. L’utilisation de ces techniques dans leurs capacités ultimes ainsi que la recherche d’infimes signaux dans les données complexes l’ont finalement amené à développer les techniques de statistiques et d’analyses les plus performantes. Fort de ces compétences, Damien Ségransan est devenu l’initiateur, le promoteur et le responsable scientifique du Data Analysis Center for Exoplanets (DACE), une plateforme web pour l’analyse des données issues de la recherche d’exoplanètes qui est désormais utilisée au niveau mondial.

Damien Ségransan a publié plus de 280 articles dans des journaux avec comités de revue et il est un expert de niveau mondial dans son domaine. En tant que tel il est régulièrement invité à présenter des exposés dans des conférences thématiques internationales. A l’Université de Genève il enseigne au niveau Master, initie les étudiant-es à l’astrophysique et encadre les doctorant-es sur la voie de la recherche scientifique. De plus, il sait transmettre sa passion pour l’astrophysique et son enthousiasme de chercheur non seulement aux spécialistes mais aussi au grand-public et aux enfants, contribuant ainsi à la diffusion du savoir et au rayonnement de notre institution.

 

Vincent Bourrier

Bourrier Vincent_Photo.jpg
Professeur assistant
Faculté des sciences
Département d'astronomie

Bio-Express

Vincent Bourrier obtient en 2014 un doctorat ès sciences à l’Université Pierre-et-Marie-Curie, Paris VI (maintenant Sorbonne Université). Il rejoint le Département d’astronomie de l’Université de Genève pour un contrat postdoctoral à l’occasion du démarrage du Pôle national de recherche « PlanetS ». Il y poursuit ses travaux en tant que maître-assistant, puis collaborateur scientifique 2 au sein du groupe du professeur Ehrenreich. En 2019, il obtient le Young Scientist Prize in Astrophysics de l’International Union of Pure and Applied Physics puis, en 2020, une bourse Starting Grant de l’European Research Council (ERC). Vincent Bourrier est nommé professeur assistant au Département d’astronomie en mars 2021.
Spécialiste de la caractérisation des exoplanètes par spectroscopie, il est reconnu mondialement dans son domaine de recherche. Il est l’auteur de nombreuses publications scientifiques et exposés de revue dans des conférences internationales. Ses travaux de recherche en astrophysique concernent plus précisément la nature des atmosphères d’exoplanètes et de leur évolution sous des conditions d’irradiation extrême.

 

Xin Wu

Xin_Wu.jpg
Professeur ordinaire
Faculté des sciences

Département de physique nucléaire et corpusculaire


Bio-Express

Xin Wu obtient un doctorat en physique des particules au Massachussetts Institute of Technology en 1990. Il développe ensuite un programme de recherche en physique des astroparticules dans l’espace et constitue un groupe de recherche internationalement reconnu qui a joué un rôle de premier plan dans la construction de détecteurs et l'analyse de données de plusieurs expériences importantes, telles que DAMPE (détection directe des rayons cosmiques de très hautes énergies) et POLAR (mesure de polarisation des sursauts gammas), qui ont produit des résultats significatifs publiés dans de grandes revues scientifiques.
Initiateur de plusieurs instruments spatiaux, il occupe actuellement des postes de PI (Principal Investigator), de coordinateur et d'autres charges de direction dans des collaborations internationales liées aux projets spatiaux DAMPE, HERD, POLAR-2, PAN et eXTP. Il est également le délégué suisse de l’Astroparticle Physics European Consortium (APPEC) et membre de la Commission suisse pour la recherche spatiale de l’Académie suisse des sciences. XIN Wu est nommé professeur ordinaire du Département de physique quantique et corpusculaire de la Faculté des sciences de l’UNIGE en mars 2021.

> Page personnelle


 

Lucia Kleint

luciakleint_photo.jpg
Professeure assistante
Faculté des sciences
Département d’informatique

Bio-Express

Lucia Kleint obtient un doctorat à l'ETHZ en 2011. Experte de renommée internationale en physique solaire et en instrumentation astronomique, elle est l’auteure de nombreuses publications importantes et est régulièrement invitée à des conférences. Après plusieurs années postdoctorales aux États-Unis, pendant lesquelles elle contribue notamment au lancement du satellite IRIS de la NASA et aux premières publications scientifiques sur la base de ses résultats, elle revient en Europe en tant que chercheuse principale d'une bourse Marie Curie de l'Union européenne. Par la suite, elle coordonne l'équipe chargée des logiciels de vol pour le spectromètre/télescope d'imagerie des rayons X (STIX), qui vole désormais à bord du satellite Solar Orbiter de l'ESA.
Nommée à la tête de l'observatoire solaire allemand de Ténériffe, elle est responsable des opérations et de la gestion du plus grand télescope solaire d'Europe et dirige une refonte majeure de son optique. Récemment, elle travaille en outre sur une recherche interdisciplinaire utilisant les méthodes de l'informatique pour analyser les données solaires, en particulier les éruptions sur le Soleil, pour laquelle elle obtient une bourse PRIMA du FNS. En 2021, Lucia Kleint reçoit le prix K. Harvey pour le début de carrière de l'American Astronomical Society et est nommée professeure assistante au Département d'informatique de la Faculté des sciences de l’UNIGE.

 

Lorenzo Paolozzi

Picture_Paolozzi.png
Professeur titulaire suppléant
Faculté des sciences
Département de physique nucléaire et corpusculaire


Bio-Express

Lorenzo Paolozzi obtient un doctorat en physique à l'Université de Rome Tor Vergata en 2014. Il est membre de la collaboration ATLAS au CERN depuis 2013 et de la collaboration FASER depuis 2019. C’est un expert mondial dans la conception de capteurs monolithiques en silicium de très haute résolution temporelle et de l'électronique associée.
Les détecteurs innovants qu'il contribue à concevoir ont donné lieu à de projets de recherche communs avec le CERN. Ceux-ci portent tant sur la matière sombre avec des méthodes différentes de celles adoptées dans les grandes collaborations du collisionneur Large Hadron Collider, que sur des applications médicales comme le système de scanner TEP à très haute résolution spatiale qui porte cette méthode d'imagerie moléculaire à ses limites.
Lorenzo Paolozzi est nommé professeur titulaire suppléant au sein du Département de physique nucléaire et corpusculaire de la Faculté des sciences de l’UNIGE en avril 2021. Ses recherches, menées en étroite collaboration avec le CERN, se concentreront sur le développement de nouvelles technologies de capteurs au silicium ainsi que sur l’exploration d’éventuelles applications au-delà de la physique des particules, comme cela a été fait pour le transfert des technologies développées pour les expériences du LHC vers les disciplines des sciences de la vie.

> Page personnelle

 

Juliette Labarthe

juliette_labarthe.jpg
Directrice du Service égalité & diversité
Rectorat

Bio-Express

Juliette Labarthe obtient en 2003 un master en sciences économiques et sociales à l’UNIGE. Elle rejoint les HUG en 2004 en tant que sociologue et collaboratrice scientifique dans l’Unité de psychiatrie. Elle intègre en 2005 le Bureau des questions féminines de l’Université de Genève, service qui sera rebaptisé en 2008 « Service égalité» puis développé en « Service égalité & diversité » en 2020.

Durant les 15 années passées au sein de ce service, Juliette Labarthe est notamment chargée de son pilotage stratégique et financier, des nominations professorales, des campagnes de communication ainsi que de la rédaction des publications. Juliette Labarthe est à la source de nombreux projets au niveau cantonal, national et international et participe à l’organisation d’une multitude d’évènements publics d’envergure pour l’Université, notamment l'exposition Faces à faces, la campagne #UNIUNIE contre le harcèlement ou le projet 100 femmes et des milliers d'autres. Continuant à se perfectionner, elle effectue actuellement un CAS en gestion de PME.

Juliette Labarthe est une personne reconnue par ses pairs, ouverte, collégiale, dynamique, créative et intègre. Elle propose une vision des enjeux égalité et diversité forte et cohérente, s’appuyant sur les avancées déjà réalisées, impliquant toutes les forces en présence pour une université égalitaire et inclusive.

Juliette Labarthe entre en fonction en tant que de directrice du Service égalité & diversité le 1er juin 2021.

 

Christophe Lovis

lovis_photo.jpg
Professeur associé
Faculté des sciences
Département d'astronomie

Bio-Express

Christophe Lovis étudie à l’ETHZ et obtient en 2007 un doctorat ès sciences, mention astronomie & astrophysique à l'Université de Genève. Il développe sa carrière scientifique à l’UNIGE où il est successivement post-doctorant, maître-assistant, maître d’enseignement et de Recherche, avant d’être nommé à la fonction de professeur associé au Département d’astronomie de la Faculté des sciences en mars 2021.

Christophe Lovis est un astronome internationalement reconnu pour ses travaux dans le domaine de la recherche et la caractérisation d’exoplanètes et en particulier sur la mesure de vitesses radiales et les études spectroscopiques de précision extrême. Il est également un expert mondial dans l’étude des atmosphères des exoplanètes, ce qu’il l’a amené à jouer un rôle primordial dans le développement des spectrographes et des outils d’analyse des données de dernière génération.

Avec plus de 300 publications dans des journaux spécialisés, Christophe Lovis présente une production scientifique remarquable. Il est régulièrement invité à donner des exposés de revue dans des conférences internationales. A l’UNIGE, il enseigne au niveau Bachelor et Master, tout en guidant des jeunes astrophysicien-nes sur la voie de la recherche scientifique à travers la réalisation d’un doctorat. Christophe Lovis excelle également dans l’art de s’adresser à un large public, auquel il sait transmettre sa passion pour l’astrophysique et son enthousiasme de chercheur, contribuant ainsi au rayonnement de notre institution.

 

Stéphane Armand

StephaneArmand_2020-Photo.jpg
Professeur assistant
Faculté de médecine
Département de chirurgie

Bio-Express

Stéphane Armand effectue des études de biomécanique à Clermont-Ferrand, Montréal, Paris et Valenciennes, où il obtient un doctorat ès sciences en 2005. Il rejoint alors la Faculté de médecine de l’UNIGE et le Service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l'appareil moteur des HUG, où il dirige le laboratoire de cinésiologie. Depuis, il développe ce laboratoire autour d’une activité clinique et de recherche en étroite collaboration avec le corps médical des HUG. Son principal axe de travail s’articule autour du mouvement pathologique afin de mieux identifier, comprendre, prédire et traiter les troubles du mouvement, et en particulier la marche. Sur le plan facultaire, Stéphane Armand est nommé collaborateur scientifique en 2011, privat-docent en 2014, puis, en avril 2021, professeur assistant au Département de chirurgie.

 

Yves Chalandon

Yves Chalandon_BD-2_2021.jpg
Professeur ordinaire
Faculté de médecine
Département de médecine

Bio-Express

Yves Chalandon obtient un titre de spécialiste en médecine interne en 1996, puis en hématologie en 2002. Il poursuit sa formation à Vancouver où ses travaux de recherches s’orientent sur les mécanismes de leucémogénèse. De retour à Genève, il travaille aux HUG, dans le domaine de la transplantation allogénique de cellules souches hématopoïétiques et les hémopathies malignes. Ses travaux de recherche clinique se concentrent sur la transplantation de moelle et sur la reconstitution immune post-allogreffe, notamment au niveau européen, avec l’European Society for Blood and Marrow Transplantation (EBMT), ainsi que sur les leucémies.

Responsable de l’Unité d’hématologie oncologique et de transplantation médullaire des HUG, il est nommé chef du Service d’hématologie ad interim en 2016, puis chef de service en 2017. Il est par ailleurs nommé président de la Commission nationale de transplantation de cellules souches hématopoïétiques en 2012. Egalement membre de nombreuses sociétés savantes de sa spécialité, Yves Chalandon a été, de 2007 à 2013, président du groupe leucémie du Groupe suisse de recherche clinique sur le cancer (SAKK) et membre du conseil d’administration de la SAKK. Il est l'actuel président d’un sous-comité de l'EBMT et vice-président du groupe GRAALL de recherche clinique contre la leucémie lymphoblastique aigue de l’adulte, qui réunit le SAAK et des structures similaires en France et en Belgique. Nommé privat-docent de la Faculté de médecine en 2006, puis professeur associé au Département de médecine en 2012, il est promu à la fonction de professeur ordinaire en avril 2021.

 

Pierre Mégevand

pierre_megevand_512.jpg
Professeur assistant
Faculté de médecine
Département des neurosciences cliniques

Bio-Express

Pierre Mégevand effectue des études de médecine à Neuchâtel et à Genève. Il obtient en 2008 un doctorat en neurosciences et débute ensuite une spécialisation en neurologie. Il se spécialise en électroencéphalographie intracrânienne lors d'un séjour post-doctoral (2012-2015) afin d’étudier les mécanismes cérébraux de la perception de la parole. Il rejoint alors la Faculté de médecine de l’UNIGE et l’Unité d'épileptologie, au sein du Service de neurologie des HUG, en tant que chef de clinique scientifique. Il collabore également aux recherches menées par le Wyss Center for Bio and Neuroengineering, au Campus Biotech. Il obtient en novembre 2020 un subside professoral Eccellenza du FNS qui lui permet de créer son propre laboratoire au Département des neurosciences cliniques de la Faculté de médecine, le Human Neuron Lab. En utilisant des microélectrodes pour enregistrer de nombreux neurones individuels dans le cerveau de patients humains, Pierre Mégevand vise à mieux comprendre comment l'activité neuronale sous-tend les facultés cognitives et comment certains dérèglements de cette activité mènent à des maladies comme l'épilepsie. Il est nommé professeur assistant au Département des neurosciences cliniques de la Faculté de médecine en mai 2021, avec une affiliation secondaire au Département des neurosciences fondamentales.

 

Yves Jackson

Jackson_Yves_2021.jpg
Professeur assistant
Faculté de médecine
Département de santé et médecine communautaires

Bio-Express

Yves Jackson obtient un diplôme fédéral de médecine humaine à l’UNIGE en 1997. Après avoir achevé sa formation de spécialiste FMH en médecine interne générale, il complète son cursus par un diplôme de médecine tropicale à l’Université Mahidol, à Bankok (Thaïlande), puis par un double master de santé publique et de santé internationale à l’Université de New South Wales à Sydney (Australie). Cet intérêt combiné pour la médecine clinique et la santé publique avec une attention particulière portée aux besoins de santé des populations vulnérables le conduit à endosser la responsabilité de la consultation ambulatoire mobile de soins communautaires (CAMSCO) des HUG en 2007 et de l’Unité d’enseignement Immersion en médecine communautaire au sein de la Faculté de médecine de l’UNIGE dès 2018. Ses domaines de recherche et d’enseignement concernent la santé des populations en situation de vulnérabilité (personnes migrantes ou en grande précarité). Il contribue à documenter l’émergence de la maladie de Chagas en Europe et s’intéresse aux effets des politiques publiques sur les migrant-es sans statut légal au travers du Projet Parchemins soutenu par le FNS. Il s’engage également au service de la Cité au sein du Comité de la Croix Rouge genevoise. Il est nommé professeur assistant au Département de santé et médecine communautaires de la Faculté de médecine en mai 2021.

 

Simon Braun

Braun_2021.jpg
Professeur assistant
Faculté de médecine
Département de médecine génétique et développement

Bio-Express

Simon Braun effectue des études de biologie moléculaire à l’École supérieure de biotechnologie de Strasbourg, puis réalise une thèse de Master au Salk Institute à San Diego (États-Unis) en 2008. Entre 2009 et 2013, il étudie le métabolisme des cellules souches neuronales et leur contribution à la régénération du cerveau à l’EPFZ. Il obtient un doctorat en 2013 et remporte la médaille de l’EPFZ. De 2014 à 2019, il effectue un séjour post-doctoral à l’Université de Stanford, où il initie ses recherches sur l’épigénétique et la régulation de la chromatine. Il développe en particulier une méthode permettant l’édition de l’épigénome dans des cellules vivantes. En août 2019, il intègre le Département de médecine génétique et développement de la Faculté de médecine de l’UNIGE en tant que maître-assistant. Lauréat d’une bourse professorale Eccellenza du FNS en 2020, il est nommé professeur assistant en avril 2021. Son groupe de recherche étudie les mécanismes responsables de la diversité des cellules neuronales au cours du développement du cerveau. Il se concentre sur le rôle des régulateurs épigénétiques qui contrôlent l'accessibilité de la chromatine et l'expression des gènes. Son objectif est de mieux comprendre les causes des troubles du développement du cerveau comme l’autisme, qui sont souvent associés à des mutations dans des régulateurs épigénétiques.

 

David Beran

Beran_2021.jpg
Professeur assistant
Faculté de médecine
Département de santé et médecine communautaires
Centre facultaire du diabète

Bio-Express

David Beran est titulaire d'un Bachelor en gestion. Après un début de carrière dans l'industrie pharmaceutique, il obtient un Master en santé publique de la London School of Hygiene and Tropical Medicine en 2002. Il rejoint ensuite l'University College de Londres en tant que chercheur sur des projets dans des pays à faible et moyen revenu concernant l'accès à l'insuline et la prise en charge du diabète. Il y réalise également un doctorat consacré sur les besoins des personnes avec le diabète de type 1.

Arrivé à Genève en 2011, David Beran rejoint le Service de médecine tropicale et humanitaire des HUG et le Département de santé et médecine communautaires de la Faculté de médecine de l’UNIGE. Il est également membre du Centre facultaire du diabète, un réseau regroupant des médecins et des scientifiques spécialistes du diabète et des pathologies métaboliques associées. Il dirige divers projets de recherche dans les pays à faible et moyen revenu axés sur l'accès à l'insuline et les réponses des systèmes de santé au diabète et aux maladies chroniques. Au-delà de l'accès à l'insuline et des systèmes de santé, il s'intéresse à la manière dont les besoins et le point de vue des personnes vivant avec un diabète peuvent être intégrés dans la recherche et les réponses du système de santé. Il travaille également sur des projets d’implémentation financés par le gouvernement suisse au Kirghizistan et en Ukraine. Il est nommé professeur assistant au Département de santé et médecine communautaires en mai 2021.

 

Stéphanie Dagron

Dagron_2019_.jpg
Professeure associée
Faculté de médecine
Département de santé et médecine communautaires – Institut de santé globale

Bio-Express

Stéphanie Dagron effectue des études de droit à Poitiers, ainsi qu’en Allemagne (Marburg, Sarrebruck et Heidelberg) et au Royaume-Uni (Cambridge). Elle obtient un double doctorat en droit des Universités de Poitiers et de la Sarre. Intéressée par l’approche juridique des questions de santé, elle poursuit ses recherches à Zurich avec un financement Ambizione du FNS obtenu en 2009, puis un subside de professeure boursière du FNS à partir de 2013. Nommée professeure ordinaire à la Faculté de droit de l’UNIGE en 2016, elle enseigne le droit international et européen de la santé et de la sécurité sociale à de nombreux étudiant-es en droit mais aussi en provenance d’autres facultés dans le cadre des programmes du Global Studies Institute. Ses recherches portent essentiellement sur le rôle des normes et sur l’importance de l’approche des droits humains dans le domaine de la santé publique. Stéphanie Dagron est consultante pour l’OMS et travaille notamment sur les droits humains et l’épidémie mondiale de tuberculose. Elle est aussi membre du comité d’éthique de la recherche de l’OMS depuis septembre 2019. Suppléante professeure associée à la Faculté de médecine depuis 2019, elle est nommée professeure associée à l’Institut de santé globale en avril 2021.

 

Georges Savoldelli

Savoldelli_2021_ok.jpg
Professeur ordinaire
Faculté de médecine
Département d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences & Unité de développement et de recherche en éducation médicale

Bio-Express

Georges Savoldelli obtient en 1994 un diplôme de médecin à l’UNIGE. Il poursuit une formation clinique et obtient en 2001 un doctorat et un titre de spécialiste en anesthésie-réanimation. De 2003 à 2006, lors d’un séjour post-doctoral à Toronto, il obtient un Master en éducation médicale. Il y développe également un intérêt pour la recherche en éducation basée sur la simulation. De retour à Genève en 2006, il fonde le SimulHUG, le programme de simulation des HUG et de l’UNIGE soutenu par le Département facultaire d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences et l’Unité de développement et de recherche en éducation médicale (UDREM).

Sur le plan clinique, il est médecin-adjoint agrégé et responsable de l’Unité d’anesthésie gynéco-obstétricale et ophtalmologique des HUG. Par ailleurs très impliqué dans la formation pré- et post-graduée, il préside le Comité du programme Master depuis 2015. Privat-docent en 2012, il devient professeur associé en 2016 et est nommé professeur ordinaire au Département d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences de la Faculté de médecine en avril 2021.

 

Alain Jacot-Descombes

jacot-descombes.jpg
Data Protection Officer
Rectorat

Bio-Express

Après des études en informatique à la Faculté des sciences de l’Université de Genève, où il obtient un doctorat en 1993 dans le domaine de la vision par ordinateur, Alain Jacot-Descombes effectue un post-doctorat de 18 mois au sein du Human Media Lab de l’Electrotechnical Laboratory (Tsukuba Science City, Japon) avant de rejoindre, en 1995, le Centre universitaire d’informatique (CUI) de l’UNIGE en tant que chef de projet. En 1997, Il intègre la société de services informatiques Steria où il conduit divers projets dans le domaine de la communication interbancaire. De 1997 à 2000, il préside la Section romande de la Société suisse d’informatique.

En 1999, Alain Jacot-Descombes prend la direction de la Division informatique (DINF), devenue en 2012 la Division du système et des technologies de l’information et de la communication (DiSTIC). Sous son impulsion, la DiSTIC modernise en permanence les services, applications et infrastructures numériques soutenant les activités académiques et administratives. Membre depuis 2000 du Conseil de fondation de SWITCH, il participe par ailleurs de 2010 à 2017 à l’élaboration, puis au pilotage, de programmes de swissuniversities relatifs à l’information scientifique.

Fort d’une connaissance exceptionnelle des systèmes et outils informatiques de l’UNIGE, ainsi que du fonctionnement institutionnel, Alain Jacot-Descombes est nommé Data Protection Officer de l’UNIGE (Délégué à la protection des données) en avril 2021. La création de ce poste répond à un besoin prioritaire, identifié dès 2019, d’élaboration et de mise en œuvre d’une stratégie de protection des données et de mise en conformité de l’UNIGE avec le cadre légal en la matière. Dans un contexte d’accélération sans précédent de la transition numérique, cette fonction cruciale s’inscrit dans un double impératif : d’une part consolider la coordination et l’organisation entre les différents systèmes d’information et de communication afin d’assurer un traitement efficient des données, d’autre part, garantir la protection de la sphère privée et des données personnelles. Il s’agira notamment de renforcer les interactions et la collaboration avec le Préposé cantonal à la protection des données et à la transparence (PPDT), de sensibiliser la communauté universitaire en matière de protection des données, de promouvoir un usage adéquat des services Cloud au sein de l’institution, de favoriser le recours à des solutions collaboratives en support au télétravail, d’accélérer la mise en œuvre de projets institutionnels importants traitant de données personnelles et/ou confidentielles, ainsi que d’appuyer le développement de l’Open Science.

 

Alexandra Calmy

Calmy_decanat_webok.png
Professeure ordinaire
Faculté de médecine
Département de médecine

Bio-Express

Après des études de médecine à Genève, Alexandra Calmy effectue une spécialisation en médecine interne et maladies infectieuses. Elle complète ensuite sa formation avec un doctorat en recherche clinique sur le VIH/sida obtenu à Sydney (Australie) en 2008. Ses recherches portent essentiellement sur la problématique du VIH/sida, sur les effets secondaires liés aux trithérapies antirétrovirales ainsi que sur la réponse à apporter à la crise humanitaire provoquée par cette pandémie.

Responsable de l’Unité VIH/sida des HUG, Alexandra Calmy participe par ailleurs au conseil scientifique de l’étude de cohorte VIH suisse (SHCS). Elle est membre de la Commission fédérale pour la santé sexuelle, co-présidente du groupe clinique et thérapeutique pour la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Suisse. Très engagée au niveau international, elle collabore avec Médecins sans Frontières depuis 1994. Elle préside l’équipe d’évaluation des protocoles de recherche clinique auprès de l’Agence nationale française de recherche sur le sida, hépatites et virus émergents (ANRS-MIE), ainsi que des groupes de travail de l’OMS sur la prise en charge du VIH. Depuis 2020, elle est membre de la Task force fédérale d'expert-es sur les questions liées à la pandémie de Covid-19 – dont elle préside le groupe des soins cliniques –, et travaille à l’évaluation de l’efficacité de traitements antiviraux en cas d’infection au SRAS-COV-2.

Nommée en 2014 professeure assistante, puis titularisée à la fonction de professeure associée en 2017, elle est nommée professeure ordinaire au Département de médecine de la Faculté de médecine de l’UNIGE en avril 2021. Elle est aussi, depuis 2019, vice-doyenne en charge de la médecine internationale et humanitaire.

 

Paul G. Unschuld
UNSCHULD Paul.jpg
Professeur associé
Faculté de médecine
Département de psychiatrie

Bio-Express

Après un diplôme de médecine obtenu à l’Université de Munich en 2002, Paul G. Unschuld poursuit une formation en neurologie et en psychiatrie à l'Université Ludwig Maximilian de Munich ainsi à l'Institut Max Planck de psychiatrie. Il obtient le titre de spécialiste en psychiatrie et psychothérapie en 2008, et de spécialiste en neurologie en 2009. Dans le cadre d'une bourse de recherche Max Planck, il est également formé en statistiques génétiques et en conduite d’essai clinique. Pendant un séjour post-doctoral à l'Université Johns Hopkins de Baltimore (2010-2012), il apprend à appliquer des techniques avancées en neuroimagerie pour les questions neuroscientifiques. En 2012, de retour à l'Hôpital universitaire psychiatrique de Zürich, il crée un groupe de recherche. En 2015, il accède à la fonction de médecin adjoint, avec la responsabilité de l'Unité de démence et santé de la vieillesse, et est nommé privat-docent de l’Université de Zurich. Depuis 2018, il est rédacteur en chef de la revue scientifique Neurodegenerative Diseases. Spécialiste des pathologies cérébrales liées à l'âge, il travaille sur la relation entre les fonctions cérébrales, le lien entre la neurodégénération et les maladies psychiatriques, ainsi que sur les facteurs nécessaires à la préservation de la santé cognitive et mentale au cours de la vieillesse. Il est nommé médecin-chef du Service de psychiatrie gériatrique des HUG et professeur associé au Département de psychiatrie de la Faculté de médecine de l’UNIGE en décembre 2020.

 

Charna Dibner

Dibner_2021.jpg
Professeure associée
Faculté de médecine
Département de microbiologie et médecine moléculaire

Bio-Express

Charna Dibner obtient un doctorat en sciences médicales en 2002, au Département de biochimie de l'Institut de technologie du Technion Israël, dirigé par le professeur Avram Hershko lauréat du Prix Nobel en 2004. Elle rejoint ensuite le Département de microbiologie et médecine moléculaire de la Faculté des sciences de l’UNIGE en tant que chercheuse post-doctoral. Elle travaille dès lors sur les mécanismes de transcription et de compensation de température des horloges circadiennes des mammifères. En 2009, elle est nommée cheffe de groupe du laboratoire d'endocrinologie circadienne au Département de médecine de la Faculté de médecine de l’UNIGE et au Service d’endocrinologie, diabétologie, nutrition et éducation thérapeutique du patient des HUG.
Ses recherches concernent le rôle des oscillateurs circadiens dans la régulation des processus métaboliques chez les mammifères. Elle s'intéresse en particulier au rôle des horloges périphériques dans les maladies métaboliques et le cancer chez l’être humain. Pour ses travaux novateurs, elle a reçu de nombreuses distinctions, notamment le prix de la Fondation Roche pour la recherche, le prix Takeda pour la recherche sur le diabète, les prix de la Fondation franco-suisse pour la recherche sur le diabète et le prix Leenaards en 2019. Maître d’enseignement et de recherche depuis 2016, avec une affiliation secondaire au Département de physiologie cellulaire et métabolisme, Charna Dibner est nommée professeure associée au Département de médecine de la Faculté de médecine de l’UNIGE en février 2021.

 

Niels Dupont

Photo_NDupont_2020.jpg
Directeur

Service Santé au Travail, Environnement, Prévention et Sécurité (STEPS)

Bio-Express

Après des études en hygiène, sécurité & environnement, puis un Master en développement durable, management environnemental et géomatique à Paris, Niels Dupont intègre le CERN en tant qu’inspecteur de sécurité en 2007. Il dirige ensuite le bureau de la sécurité de l’expérience CMS (détecteur de particules de l’accélérateur LHC) pendant sept ans, œuvrant pour une sécurité opérationnelle et une préparation aux situations d’urgence, tout en assurant de nombreuses formations.

Spécialisé en radioprotection et dans les risques majeurs, Niels Dupont s'engage dans le volontariat auprès de l’Association Genevoise des Sections de Samaritains (AGSS) dès 2015. Il prend la tête de l’État-Major du Piquet Catastrophe (PICA) de Genève en 2019 et continue cet engagement bénévolement auprès de secouristes et de professionnels de la santé.

Niels Dupont rejoint l’Université de Genève le 1er mars 2021 en tant que directeur du service STEPS (Santé au Travail, Environnement, Prévention et Sécurité). Attaché aux valeurs institutionnelles et persuadé de la nécessité de valoriser le retour d’expérience, Niels Dupont désire renforcer la position du groupe STEPS dans une volonté de service à la communauté universitaire et aux partenaires. Une volonté qui guidera la gestion du service afin de promouvoir une véritable culture de sécurité.

 

Michelangelo Foti

CRTOH_Foti3.jpg
Professeur ordinaire
Faculté de médecine
Département de physiologie cellulaire et métabolisme

Bio-Express

Michelangelo Foti effectue des études de biochimie à l’Université de Genève. Il obtient un doctorat en sciences en 1996 et travaille ensuite sur la biologie des récepteurs cellulaires pour le VIH. De 1999 à 2001, il effectue un séjour post-doctoral à l’Université de San Diego où il s’intéresse au métabolisme des phosphoinositides. De retour à la Faculté de médecine de l’UNIGE, il développe un axe de recherche dans le domaine des maladies métaboliques et cancers associées à l’obésité. Il travaille plus spécifiquement sur les mécanismes moléculaires responsables du développement des hépatopathies stéatosiques non alcoolique et la progression de ces désordres métabolique du foie vers le carcinome hépatocellulaire.

Sur le plan facultaire, Michelangelo Foti est, depuis 2018, directeur du Département de physiologie cellulaire et métabolisme. Il est également membre du Centre du diabète et de recherche translationnel en oncohématologie (CRTOH), qui réunit au sein de deux différents réseaux les scientifiques et les médecins genevois travaillant dans le domaine du diabète ou du cancer afin d’intégrer le plus rapidement possible les découvertes des sciences biomédicales au traitement des malades. Membre du Conseil participatif de la Faculté de médecine depuis 2007, il est également le responsable académique du pôle de microscopie ultrastructurale et d’une unité d’enseignement Apprentissage par problème (APP). Privat-docent de la Faculté de médecine en 2010, il est nommé professeur associé au Département de physiologie cellulaire et métabolisme en 2012, puis professeur ordinaire en février 2021.

 

Maïtena Armagnague

Maitena Armagnague.jpg
Professeure associée
Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation
Section des sciences de l'éducation

Bio-Express

Après une thèse en sociologie consacrée aux jeunes issus de l'immigration turque en France et en Allemagne dans des contextes de ségrégation réalisée à l’Université de Bordeaux (France), Maïtena Armagnague est engagée comme enseignante-chercheure dans cette même université tout en bénéficiant d’une expérience dans un Institut de travail social durant 5 ans. Elle rejoint ensuite l'Institut national de formation et de recherche sur le handicap et les enseignements adaptés (INSHEA/Paris) en tant que maître de conférence. Elle y développe des recherches et des formations relatives à l'éducation des enfants et des   jeunes minorisé-es, notamment primo-migrant-es. Elle dirige et co-dirige alors plusieurs projets de recherche collectifs donnant lieu à une série de publications scientifiques. Elle encadre plusieurs doctorats sur les questions éducatives en contexte de diversité. Lauréate en 2019 d'une bourse d'excellence scientifique, elle obtient la responsabilité d'un projet financé par l’Agence nationale de la recherche scientifique française portant sur l'orientation scolaire de jeunes primo-migrant-es. En février 2021, Maïtena Armagnague est nommée professeure associée à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’UNIGE. Elle y dirige l'équipe de recherche EduMiJ (Education, Minorités et Justice sociale).

 

Eric Sanchez

Eric Sanchez.jpg
Professeur associé
Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation
Technologies de formation et apprentissage (TECFA)

Bio-Express

Agrégé de biologie-géologie, Éric Sanchez soutient une thèse en didactique des sciences à l'Université de Lyon, puis occupe un poste de professeur à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Sherbrooke (Quebec). Il rejoint ensuite l'École normale supérieure de Lyon où il dirige l'équipe EducTICE de l'Institut français de l'éducation, puis l'Université de Fribourg où il fonde le Laboratoire d'innovation pédagogique en 2016. Éric Sanchez est nommé professeur associé au sein de la structure Technologies de formation et apprentissage (TECFA) de la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’UNIGE en février 2021. Ses travaux portent sur la conception de jeux destinés à des usages éducatifs et l'apprentissage avec les jeux numériques en contexte d'éducation formelle et informelle.

 

Silvia Stringhini

Silvia Stringhini-6_photo.jpg
Professeure assistante
Faculté de médecine
Département de santé et médecine communautaires

Bio-Express

Silvia Stringhini effectue des études d’économie internationale et du développement à l’Université de Pavie en Italie, puis obtient un Master en santé globale au Trinity College de Dublin, en 2008. Elle poursuit sa formation en santé publique et épidémiologie avec un doctorat, obtenu en 2011, de l’Université Paris-Sud et du University College de Londres (European Label PhD). En 2011, elle rejoint l’Institut de médecine sociale et préventive du CHUV, aujourd’hui UNISANTE, d’abord comme post-doctorante, puis comme maître assistante et, enfin, comme responsable de secteur de recherche.

Privat-docent de l’Université de Lausanne depuis 2016, Silvia Stringhini travaille sur les inégalités sociales et leur lien avec la santé et la maladie et plus précisément sur les maladies chroniques et le vieillissement, ainsi que sur leurs conséquences biologiques ou encore sur leur lien avec les facteurs environnementaux. Entre 2018 et 2019, elle est professeure invitée à la Dalla Lana School of Public Health de Université de Toronto. En octobre 2018, elle prend la tête de l’Unité d’épidémiologie populationnelle du Service de médecine de premier recours des HUG. Privat-docent de la Faculté de médecine de l’UNIGE en 2019, elle est nommée professeure assistante au Département de santé et médecine communautaires en février 2021.

 

Yaniv Benhamou

Benhamou Y..jpg
Professeur associé
Faculté de droit
Centre pour le droit numérique 

Bio-Express

Après un doctorat obtenu à la Faculté de droit de l’Université de Genève (summa cum laude, couronné par le prix Bellot), Yaniv Benhamou pratique le droit à Genève et à Zurich et réalise des séjours de recherche à l’étranger (Munich, Melbourne et Boston). Il revient ensuite à la Faculté de droit comme chargé de cours en droit de la propriété intellectuelle. Depuis 2019, il est membre du Bureau de la transformation numérique de l’Université de Genève, responsable du cours transversal sur le numérique, et membre du Comité directeur du Centre de droit de l’art et du Comité directeur du CAS Digital Law Finance Law du Centre de droit bancaire et financier (CDBF).

En février 2021, Yaniv Benhamou est nommé en qualité de professeur associé à 40% à la Faculté de droit pour le droit du numérique. Cette nomination s’inscrit dans la stratégie de création de chaires sur le numérique à l’Université de Genève. Le professeur Benhamou contribuera ainsi à développer les activités du Centre de droit du numérique appelé Digital Law Center, qui a été créé l’an passé dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie numérique de l’Université de Genève. Il donnera ainsi de nouveaux enseignements en droit de la protection des données, de la création et du numérique (dont le Big Data et l’intelligence artificielle) et sera appelé à développer des projets de recherche et des activités en droit du numérique à la Faculté de droit et à l’Université dans une perspective transversale.

 

Numa Graa

Numa Graa - photo.jpg
Professeur associé
Faculté de droit
Département d'histoire du droit et des doctrines juridiques et politiques

Bio-Express

Après avoir accompli des études de droit aux Universités de Lausanne et de Berne, Numa Graa obtient en 2013 un doctorat à l’Université de Lausanne, avec une thèse consacrée à l’histoire du droit pénal des mineurs, récompensée notamment par le Prix Professeur Walther Hug. En 2016, il obtient un doctorat en histoire moderne et contemporaine de l’Université Paris-IV Sorbonne, avec une thèse portant sur la défense de l’ordre public durant les années 1930. Au cours des dernières années, Numa Graa a travaillé comme avocat, puis comme greffier au Tribunal fédéral. Depuis 2018, il est par ailleurs chargé d’enseignement en histoire du droit à la Faculté de droit de l’Université de Neuchâtel. En février 2021, il est nommé en qualité de professeur associé en histoire du droit public suisse et comparé au Département d’histoire du droit et des doctrines juridiques et politiques de l’UNIGE.

Les recherches de Numa Graa portent en particulier sur l’histoire de la justice, des institutions et de l’action étatique, ainsi que sur l’histoire du droit pénal.

 

Estelle Sohier

sohier.png
Professeure associée
Faculté des sciences de la société
Département de géographie et environnement

Bio-Express

En février 2021, l'Université de Genève confère à Estelle Sohier le titre de professeure associée à plein temps à la Faculté des sciences de la société. Sa spécialisation principale dans les domaines de la géographie culturelle et des études visuelles justifie que son rattachement principal soit au Département de géographie et environnement.
Madame Sohier a obtenu son doctorat sur les usages de la photographie par la Royauté éthiopienne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2008. Elle était, suite à des travaux postdoctoraux, maître de l'enseignement et de la recherche dans notre athénée.
Ses travaux portent sur la photographie et les imaginaires géographiques. Elle a assuré le commissariat de l’exposition au musée Rath sur Boissonnas et la Méditerranée. Elle a participé à la direction de projets de recherche, notamment sur les "Dispositifs spatiaux du spectacle du monde à Genève". Elle a, entre autres publications, codirigé plusieurs ouvrages remarqués liés à ces projets.
Estelle Sohier poursuivra ses recherches dans le champ des études visuelles appliquées à la géographie. Sa présence permettra de consolider la dimension spatiale des études visuelles en sciences sociales et d'étendre l’offre de formation dans cette direction.

 

Peter Bossaerts

bossaerts.png
Professeur invité
Faculté d'économie et de management
Geneva Finance Research Institute

Bio-Express

Peter Bossaerts effectue ses études à l’Université d’Anvers (Belgique), où il obtient une licence et un diplôme de master en économie appliquée. Après des cours de statistique à l’Université Libre de Bruxelles, il obtient un doctorat en économie financière à l’Université de Californie à Los Angeles. Il débute sa carrière en 1986 comme professeur assistant à la Graduate School of Industrial Administration de l'Université Carnegie Mellon. En 1990, il rejoint le California Institute of Technology (Caltech) en qualité de professeur associé, puis de professeur ordinaire en finance et titulaire de la chaire W.D. Hacker en économie et management. Il est en outre nommé doyen du Département des sciences humaines et sociales et directeur du Linde Institute for Economics and Management Sciences de Caltech. En 2013, Peter Bossaerts rejoint la David Eccles School of Business de l'Université de l'Utah et, depuis 2014, il est professeur de finance expérimentale à l'Université de Melbourne (Australie) et Redmond Barry Distinguished Professor, ainsi que chercheur en neurosciences décisionnelles au Florey Institute for Neuroscience and Mental Health. Peter Bossaerts est alors nommé à l'Université de Tilburg, à l'Université de Yale et à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). En janvier 2021, il est nommé professeur invité, niveau professeur ordinaire, à la Faculté d’économie et de management de l’Université de Genève.

Peter Bossaerts est un pionnier dans les domaines de la neuroéconomie et de la neurofinance et l'un des premiers à avoir adopté des méthodes expérimentales en finance et en économie. Il a en outre reçu les distinctions de Fellow de la prestigieuse Econometric Society, de la Society for the Advancement of Economic Theory et de la Academy of the Social Sciences en Australie. A la GSEM, Peter Bossaerts sera professeur invité niveau professeur ordinaire, au sein du Geneva Finance Research Institute.

 

Eric Feraille

feraille.jpg
Professeur ordinaire
Faculté de médecine
Département de physiologie cellulaire et métabolisme

Bio-Express

Eric Feraille effectue des études de médecine à l’Université Paris-XII, puis un Internat en médecine au CHU de Nantes. Il s’initie ensuite à la physiologie rénale lors de deux années de recherche au Collège de France (Paris) avant de rejoindre l’UNIGE en 1990. Titulaire d’un doctorat en médecine avec spécialisation en néphrologie de l’Université de Nantes (1993) et d’un doctorat ès sciences mention biologie de l’UNIGE (1995), il est successivement nommé maître-assistant, maître d’enseignement et de recherche puis, en 2011, professeur associé au Département de médecine interne de la Faculté de médecine de l’UNIGE. Il rejoint le Département de physiologie cellulaire et métabolisme de la Faculté de médecine en 2013.

Spécialiste de la physiologie et la physiopathologie des transports ioniques et de l’eau par le tube rénal, il dirige le Laboratoire de physiologie et physiopathologie des cellules rénales. Il intègre le NCCR Kidney control of homeostasis en 2010 et est encore membre de son bureau. Très impliqué dans l’enseignement de la physiologie et de la physiopathologie, il a dirigé l’Unité excrétion et homéostasie. Il est aussi à l’origine de la création de l’Unité d’intégration en fin de troisième année du bachelor de médecine. Il est nommé professeur ordinaire en février 2021.

 

Aleberto Pagnamenta

Alberto Pagnamenta, photo.jpg
Professeur titulaire
Faculté de médecine
Département de médecine

Bio-Express

Alberto Pagnamenta effectue des études de médecine entre Lausanne et Zürich et obtient un diplôme en 1991, puis un doctorat en 1993. Il se spécialise en médecine interne à Winterthur et Zürich (titre de spécialiste en 1997) et en médecine intensive à Zürich et Genève (titre de spécialiste en 2002). Il effectue par ailleurs un séjour de recherche clinique et expérimentale sur l’hypertension pulmonaire dans le laboratoire de physiologie et physiopathologie de l’Université libre de Bruxelles et est également titulaire d’un Master en biostatistique et méthodologie épidémiologique de l‘Université de Pavie, obtenu en 2014.

Il exerce à Zurich et Bâle en tant que chef de clinique avant d’être nommé, en 2002, responsable du Service de soins intensifs de l’hôpital régional de Mendrisio au Tessin. Depuis 2015, il est responsable du Service de biostatistique dans le Service de la formation, de la recherche et de l’innovation de l’Ente Ospedaliero Cantonale tessinois. Il enseigne régulièrement aux niveaux pré- et post-gradués aussi bien pour les médecins que pour le personnel soignant. Ses principaux domaines de recherche sont l’hypertension pulmonaire, l’incident reporting aux soins intensif et la qualité des soins aux soins intensifs. Privat-docent de la Faculté de médecine de l’UNIGE depuis 2016, il est nommé professeur titulaire au Département de médecine en février 2021.

 

Annalisa De Cia

DeCia_Photo.jpeg
Professeure assistante
Faculté des sciences
Département d'astronomie

Bio-Express

De nationalité italienne, Annalisa De Cia obtient en juillet 2011 un doctorat de l’Université d’Islande. Spécialiste du milieu interstellaire, des abondances chimiques, du gaz et des poussières dans les galaxies, elle est reconnue mondialement dans son domaine de recherche. Elle est l’auteure de nombreuses publications scientifiques et exposés de revue dans des conférences internationales. En janvier 2021, Annalisa De Cia est promue au titre de professeur assistante au Département d’astronomie de la Faculté des sciences de l’Université de Genève.
Ses travaux de recherche en astrophysique concernent plus précisément la compréhension de l’évolution du gaz et des poussières dans les galaxies et leur histoire dans le passé. Annalisa De Cia travaille à l'interface entre la physique des galaxies et la physique stellaire. Elle a obtenu un subside «PRIMA» du FNS pour 5 ans, afin d’étudier la composition chimique et les poussières du milieu interstellaire. Avec son groupe de recherche au sein de l’UNIGE, elle cartographiera le gaz dans notre Galaxie et d’autres galaxies proches à l’aide du télescope spatial Hubble, et elle étudiera le milieu interstellaire de galaxies lointaines pour mieux comprendre l’évolution des galaxies.

 

Gaby Palmer

G-Palmer_20201208_0003.jpg
Professeure associée
Faculté de médecine
Département de médecine

Bio-Express

Gaby Palmer effectue des études de biochimie à l’Université de Genève. Elle y obtient en 1999 un doctorat ès sciences pour son travail portant sur les mécanismes de formation osseuse. Elle complète sa formation par un stage post-doctoral dans le Service de rhumatologie des HUG. Elle s’intéresse alors aux maladies inflammatoires du système ostéo-articulaire et, en particulier, au rôle des cytokines de la famille de l’interleukine (IL)-1 dans l'arthrite. Elle est nommée maître-assistante en 2004 et accède à la fonction de privat-docent de la Faculté de médecine en 2008.
Ses travaux de recherche portent actuellement sur la biologie de différentes cytokines de la famille de l’IL-1 et sur leur rôle dans les maladies inflammatoires chroniques. Nommée maître d’enseignement et de recherche au Département de médecine de la Faculté de médecine en 2011, elle est promue à la fonction de professeure associée en février 2021.

 

Nicolas Ray

Ray_Nicolas UNIGE.jpg
Professeur associé
Faculté de médecine
Institut de santé globale

Bio-Express

Nicolas Ray étudie la biologie à Lausanne, puis obtient un Master en sciences de l'environnement (1999) et un doctorat en biologie (2003) à l'UNIGE. Durant trois séjours post-doctoraux (Université de Melbourne, Université de Southampton, Université de Berne), il approfondit ses techniques de modélisation des mouvements des individus et des populations. En 2009, il revient à l'UNIGE en tant que collaborateur scientifique au sein de l'Institut des sciences de l'environnement (ISE). Il est ensuite nommé chargé d'enseignement, puis, en 2014, chargé de cours. De 2009 à 2018, il est détaché à mi-temps au groupe GRID-Genève du Programme des Nations Unies pour l'Environnement, où il dirige, dès 2013, l'Unité de modélisation environnementale et géotraitement. En parallèle, depuis 2004, Nicolas Ray co-développe le logiciel AccessMod, un outil officiel de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) permettant de modéliser l'accessibilité géographique aux services de santé dans les pays à bas et moyens revenus. Ses recherches appliquées dans ce domaine sont financées par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Fonds mondial et la Banque mondiale. Elles viennent en soutien aux ministères de la santé de plus de 17 pays africains. Nicolas Ray rejoint l'Institut de santé globale de la Faculté de médecine en 2018, où il crée son groupe de recherche GeoHealth, tout en continuant d'être impliqué dans l'enseignement et la recherche à l'ISE en tant que directeur du Pôle en sciences digitales pour l'environnement et la santé. Il est nommé professeur associé à l’Institut de santé globale de la Faculté de médecine en janvier 2021.

 

Didier Péclard

DPéclard2.jpg
Professeur associé
Faculté des sciences de la société

Bio-Express

Après des études de science politique aux universités de Lausanne et de Londres (School of Oriental and African Studies), Didier Péclard obtient en 2005 un doctorat de Sciences Po Paris. Assistant à l’Université de Bâle (2001-2005), il est ensuite chercheur à la Fondation suisse pour la paix (swisspeace) à Berne (2006-2015), dont il dirige le domaine «États et conflits». En 2015, il rejoint l’Université de Genève en tant que maître d’enseignement et de recherche suppléant, afin de présider à la mise sur pied d’un Master en études africaines au Global Studies Institute. Peu après, il est rattaché à la Faculté des sciences de la société et accueilli au Département de science politique et relations internationales.
Il est nommé professeur associé au sein de la Faculté de sciences de la société en février 2021. Spécialiste de l’Afrique subsaharienne, Didier Péclard consacre ses travaux aux dynamiques de formation des États et aux relations entre État et société. À l’Université de Genève, il poursuivra ses recherches sur l’Afrique subsaharienne en suivant deux axes principaux: l’étude des guerres civiles comme matrice de formation de l’État et le rôle de l’État dans les politiques de développement. La nomination de Didier Péclard permet de consolider la Faculté des sciences de la société dans l’analyse des conflits armés, du développement et des études africaines et d’étendre l’offre de formation dans ces directions.

 

Clara Kulich

kulich.png
Professeure associée
Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation
Section de psychologie

Bio-Express

Après des études de psychologie à Vienne (Autriche), Clara Kulich réalise une thèse dans le domaine de la psychologie sociale et des organisations à l’Université d’Exeter (Grande-Bretagne). Elle prend alors part aux premières recherches effectuées sur la « falaise de verre » (glass cliff), notion qui traduit le fait que les femmes ont davantage de chances d’accéder aux postes de leadership dans des contextes précaires. Durant une année de mobilité à Genève (2001-2002), Clara Kulich se familiarise avec la psychologie genevoise sous l’encadrement du professeur Uli Frauenfelder. Elle obtient ensuite un post-doc fellowship de l’Economic and Social Research Council afin de poursuivre ses recherches au Centre of Leadership Studies à la Exeter Business School, puis aux côté du professeur Fabio Lorenzi-Cioldi de l’Université de Genève à partir de 2009. Clara Kulich a depuis occupé plusieurs postes et obtenu deux subsides du FNS, un premier pour ses recherches sur les dynamiques identitaires chez des individus en mobilité sociale et un deuxième pour étudier les raisons pour lesquelles les femmes – ainsi que d’autres groupes minoritaires – font face à des situations de falaise de verre. Clara Kulich est nommée professeure associée en psychologie sociale en février 2021.

 

Patrick Dällenbach

Patrick Dällenbach10.jpg
Professeur assistant
Faculté de médecine
Département de pédiatrie, gynécologie et obstétrique

Bio-Express

Patrick Dällenbach obtient en 1996 un diplôme de médecin à l’UNIGE, puis un doctorat en 2000. Il accomplit sa formation post-graduée aux HUG et est titulaire, depuis 2003, d’un titre de spécialiste en gynécologie-obstétrique. Il complète sa formation par un diplôme universitaire européen d’endoscopie opératoire en gynécologie en 2004 (Université d’Auvergne Clermont-Ferrand) et par un certificat de formation continue universitaire en recherche clinique orientée patient de l’UNIGE en 2008. Il est également titulaire de deux diplômes de spécialiste FMH, en gynécologie-obstétrique opératoire, et en urogynécologie.
Sur le plan clinique, Patrick Dällenbach est nommé médecin-adjoint responsable de l’Unité de périnéologie des HUG en 2009 et assume la fonction de suppléant du chef de service de gynécologie depuis 2012. Il est nommé privat-docent au sein de la Faculté de médecine de l’UNIGE en 2014, chargé de cours en 2016, puis professeur assistant au Département de pédiatrie, gynécologie et obstétrique en janvier 2021. Très impliqué dans l’enseignement pré-gradué et co-responsable de l’AMC de gynécologie-obstétrique, Patrick Dällenbach est un spécialiste reconnu de la chirurgie minimalement invasive et robotique gynécologique, avec une expertise en urogynécologie. Ses domaines de recherche principaux sont l’urogynécologie et les pathologies du plancher pelvien mais il s’intéresse également à l’endométriose et à la chirurgie gynécologique minimalement invasive.

 

Corinne Charbonnel

Charbonnel_photo.jpg
Professeure ordinaire
Faculté des sciences
Département d'astronomie

Bio-Express

Corinne Charbonnel obtient en 1992 un doctorat en astrophysique et techniques spatiales à l'Université P. Sabatier de Toulouse. Sa carrière scientifique se développe entre les universités de Genève et de Toulouse ainsi que le CNRS. Elle est chercheuse invitée dans différents laboratoires aux États-Unis et en Allemagne. A l’Université de Genève, elle occupe un poste de maître d’enseignement et de recherche de 2007 à 2011, puis de professeure associée depuis le 1er janvier 2011. Corinne Charbonnel est une astronome internationalement reconnue pour ses travaux de recherche portant sur la structure, la formation et l’évolution des étoiles, sur la nucléosynthèse stellaire et primordiale, ainsi que sur l’évolution chimique des amas d’étoiles et des galaxies. Elle est l’auteure d’environ 370 publications. Elle organise de nombreux colloques et écoles en Suisse et à l’étranger, et donne régulièrement des exposés de revue dans des conférences internationales. Présidente de commissions scientifiques internationales ainsi que de la Société française d’astronomie et d’astrophysique de 2010 à 2012, membre de nombreux conseils scientifiques, Corinne Charbonnel a été ordonnée Chevalier de l’Ordre National du Mérite par la ministre française de la recherche et de l’enseignement supérieur en 2011. Fortement engagée pour la promotion de l’égalité des chances, elle est mentore pour les programmes Relève et Tremplin du Service de l’égalité et de la diversité de l’UNIGE depuis 2013 et elle assure la co-présidence de la Commission égalité de la Faculté des sciences de l’UNIGE depuis décembre 2019. Elle est membre du Conseil participatif de cette même Faculté depuis 2017.

 

Daniel Kalbermatten

Kalbermatten.JPG
Professeur ordinaire
Faculté de médecine
Département de chirurgie

Bio-Express

Originaire du Valais, Daniel Kalbermatten effectue ses études de médecine à l’Université de Berne, où il obtient un titre de Docteur en médecine en 1998. Il entreprend ensuite une formation en chirurgie plastique, reconstructive et esthétique, d’abord à Berne, puis à Lucerne et à Bâle, où il est nommé chef de clinique adjoint en 2006. Il effectue également un séjour de recherche à l’Université de Manchester, où il obtient en 2006 un Master of Philosophy. De retour en Suisse, il est nommé chef de clinique au CHUV en 2007.  En 2010, il obtient un doctorat de l’Université de Umea, en Suède.
Titulaire d’un titre de spécialiste en chirurgie plastique depuis 2005, il est nommé privat-docent des universités de Lausanne et de Bâle en 2008, puis professeur titulaire de l’Université de Bâle en 2012. Parallèlement à son activité clinique, Daniel Kalbermatten est très actif dans la recherche, en particulier dans le domaine des cellules souches mésenchymateuses pour la régénération des nerfs dans le cadre du Basel Stem Cell Network. En octobre 2020, il est nommé médecin-chef du service de chirurgie plastique, reconstructive et esthétique des HUG et professeur ordinaire au Département de chirurgie de la Faculté de médecine de l’Université de Genève.