A la une

Discussions autour des effets du port du masque

Le Professeur Edouard Gentaz et les chercheurs.es du SMAS s'expriment pour apporter quelques éléments de réponse aux nombreuses questions que suscite l'obligation du port du masque par les professionnel·le·s de l’enfance et de l’éducation.
 

Masques et émotions ne font pas bon ménage, surtout chez les enfants | Le Journal de l'UNIGE, 27.02.2022

Reconnaît-on les visages et les émotions face à des personnes masquées? Une étude recense les résultats de la recherche à ce sujet et révèle que les capacités tant des adultes que des enfants sont significativement altérées. L’apprentissage du langage pourrait également être impacté.

 

Quels sont les effets du port du masque sur la reconnaissance des visages et des émotions chez les enfants et les adultes ? | A.N.A.E. - Approche Neuropsychologique Des Apprentissages Chez l’Enfant, 34(176), 113–125.

La pandémie de COVID-19 a conduit de nombreux gouvernements à rendre obligatoire le fait de porter un masque en public afin de limiter la propagation du coronavirus à travers le monde entier. La mise en application généralisée d’une telle mesure sanitaire a fait émerger de nombreuses inquiétudes et interrogations au sein de la population. Que relèvent les recherches sur cette question ? Les recherches récentes, difficiles à conduire compte tenu du contexte sanitaire sont donc peu nombreuses mais elles révèlent deux résultats majeurs. Le premier est que les capacités de reconnaissance des visages sont significativement altérées chez les adultes et les enfants pour les visages masqués par rapport aux visages non masqués, mais avec un effet plus important chez les enfants. Le second résultat montre que la reconnaissance des expressions faciales est possible mais altérée par le port du masque, et ce d’autant plus que les enfants sont jeunes.

Article en ligne disponible ici.

 

Le masque Le masque des enseignants complique l’apprentissage de la lecture | Heidi News, 27.05.2021

Le port du masque par les maîtres et maîtresses d’école affecte-t-il les apprentissages des jeunes élèves, en particulier celui de la lecture? Une étude de chercheurs français et genevois offre des éléments de réponse. Les auteurs concluent que l’impossibilité de voir l’entier du visage de l’enseignant pénalise les enfants qui présentent déjà au préalable un risque de devenir de mauvais lecteurs.

 

La difficulté d’apprentissage de la lecture liée au port du masque de l’enseignant | L’année psychologique/Topics in Cognitive Psychology, 2021/2 (Vol. 121)

Le masque porté par les enseignants en raison de la pandémie liée à la Covid-19 met certains élèves en difficulté lors de l’apprentissage de la lecture : ceux qui peinent à discriminer les sons du langage. C’est ce qu’ont prouvé des chercheurs et chercheuses du Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications (Loria ; Université de Lorraine-Inria-CNRS), du Laboratoire de psychologie cognitive (Université d’Aix-Marseille-CNRS) et de l’Université de Genève grâce à une étude effectuée sur des élèves de 5 à 7 ans publiée le 12 mai en format électronique et le 9 juin dans la revue papier de L’année psychologique/Topics in Cognitive Psychology.
 

Communiqué de presse (PDF), également disponible sur le site d'informations Factuel de l’Université de Lorraine : http://factuel.univ-lorraine.fr/node/16972
 

Version électronique de l’article L’année psychologique/Topics in Cognitive Psychology

Pour citer cet article :

Piquard-Kipffer, A., Cavadini, T., Sprenger-Charolles, L. & Gentaz, É. (2021). Impact of lip-reading on speech perception in French-speaking children at risk for reading failure assessed from age 5 to 7. L’Année psychologique/Topics in Cognitive Psychology, 121(2), 3-18. https://doi.org/10.3917/anpsy1.212.0003

 

Les enfants savent lire les émotions malgré le masque | Heidi News, 24.12.2020

Selon une étude américaine, le masque n’altère pas plus la capacité des enfants à lire les émotions que les lunettes de soleil. Les explications de Thalia Cavadini, doctorante en psychologie à la FPSE.

 

Les tout-petits savent reconnaître les émotions | Migros Magazine, 03.12.2020

Les mesures de protection entravent-elles la communication avec les tout-petits? Parents et professionnels de la petite enfance s’inquiètent. Pour en avoir le cœur net, Édouard Gentaz, professeur en psychologie du développement à l’Université de Genève, a commencé à effectuer des expériences avec son équipe. Et se veut rassurant.
 

Pourquoi les enfants ne seront pas traumatisés par le port du masque | Heidi News, 05.11.2020

En Suisse, le masque de protection facial est désormais obligatoire dans les écoles à partir du degré secondaire II et dès le secondaire I dans plusieurs cantons. Au-delà même de la pertinence scientifique de cette mesure, une question émerge: «N’est-ce pas trop tôt?». Les explications Olivier Desrichard et Edouard Gentaz, professeurs de psychologie.
 

Comment les bébés interagissent-ils avec des professionnel·le·s masqué·e·s ? Quelques repères pour mieux comprendre et agir | A.N.A.E, novembre 2020 (n°168)

Le port systématique du masque par les professionnel·le·s de l’enfance et de l’éducation suscite de nombreuses interrogations aussi bien de la part des praticiens que de celle des parents. Par exemple, comment font les bébés pour percevoir le visage et les émotions exprimées, des adultes masqués ?