[p. 1]

1946-08-18, Alice de Rougemont à Denis de Rougemont §

Mon cher,

Je me demande où tu en es dans la préparation de ta conférence ? Figure-toi que ce matin j’ai entendu un sermon à Boudry fait par un pasteur inconnu, tout jeunet, sur la reconstruction de l’Europe. Le sermon m’a frappée par sa simplicité. Lecture du 1er chapitre de Néhémie — demander à Dieu d’y voir plus clair.

Ensuite penser d’abord à reconstruire le temple, Néhémie chap. 13 verset 14, Esdras 3.2 et Esdras 6.3. — puis pierre angulaire le Christ, Matthieu 21 verset 42.

Voilà les 3 idées principales que je te dis telles que je me [p. 2] les rappelle.

J’espère que ta sciatique n’est pas revenue et que tu te feras faire des piqûres si nécessaire, selon les conseils de Toinette. Tu dois être dans de bonnes conditions pour faire ton travail, si tu es encore seul au logis. Et puis tu dois recevoir tes amis américains ? Cela doit te prendre pas mal de temps ! À en juger par toutes les lettres que je te renvoie ta correspondance ne chôme pas.

Nous avons fait venir le gypseur, qui nous a fait un devis pour le corridor. C’est encore abordable… et je pense qu’il commencera son ouvrage au milieu de la semaine.

[p. 3] Antoinette téléphone ce soir que la famille compte rester encore une quinzaine de jours à Chaumont. Max va mieux, mais a encore des maux de tête dès qu’il se fatigue. Elle a eu beaucoup de plaisir à te voir l’autre jour et demandait de tes nouvelles.

Nous avons eu Melle Rossel à souper, à qui j’ai enfin pu montrer des photos des enfants et donner quelques nouvelles, elle est repartie toute contente.

Tante Florence a lu [p. 4] un ou 2 chapitres de « la bombe » cet après-midi et en a été bien amusée. Elle a hâte de savoir ce qu’on en dira.

Sur ce, je te dis bonsoir, toutes nos pensées d’affection et bon courage.
Ta mère bien aff.
A. de R.