[p. 1]

1951-12-10, Denis de Rougemont à Alice de Rougemont §

Chère Mère,

J’ai été bien navré d’apprendre ton petit accident — dont tu ne m’as rien dit au téléphone, imitant le stoïcisme des Anciens ! J’aurais voulu venir te voir le dernier week-end, mais j’ai dû aller à Grenoble faire un discours. Nanik m’y a conduit en auto et a acheté pour toi une boîte de bonbons que tu recevras en même temps que ce petit mot. Je te supplie de te faire bien soigner et de ne pas te confier uniquement aux conseils de l’excellent Oncle Pierre, qui a tendance à penser que la Nature doit agir sans lui. Heureusement que Toinette peut être près de toi. A.-M. est revenue guérie et reposée. Je dois aller à Paris après-demain pour cinq jours, et mettrai Nino chez sa mère pendant qu’A.-M. retournera à Neuchâtel.

Tout va bien au Centre, où nous venons d’avoir une grande réunion des directeurs de festivals (Salzburg, Bayreuth, Venise, Lucerne, etc.) qui ont formé sous nos auspices une Association européenne des festivals. Grand succès.

Je te quitte pour courir à un rendez-vous, je pense beaucoup à toi et t’embrasse de tout cœur.
Denis